Crise de mélancolie et dépression endogène : Symptômes

Symptômes 

  • Le patient ressent une sensation de malaise interne (cénesthésie), associée à une diminution de l'intérêt (anhédonie), pour toutes les activités quotidiennes avec sentiment d'indignité de culpabilité. D'autre part, les troubles de la concentration et l'incapacité décisionnelle avec angoisse intense, viennent compléter le tableau (clinique).
  • Les troubles du sommeil (voir la vidéo sur le sommet sur le sommeil) sont assez fréquents, et on constate d'autre part une modification des habitudes alimentaires à type d'anorexie, ou au contraire de boulimie.

Physiopathologie 

Il est nécessaire de décrire le syndrome de Cotard, qui se caractérise par une négation du corps, une sorte de damnation, et de culpabilité poussée au paroxysme, voire d'immortalité.

Il existe une forme mineure de dépression endogène, que l'on appelle dysthymie. Dans ce cas la dépression ne se caractérise pas par des symptômes psychotiques, et le patient présente des désordres la personnalité avec pessimisme, absence anormale de plaisir, que l'on appelle anhédonie.

Diagnostic différentiel 

La dépression endogène et la crise de mélancolie, ne doivent pas être confondues avec :

  • Un syndrome de sevrage (intoxication alcoolique, drogue, médicament).
  • Une affection hormonale comme une maladie d'Addison, une hypothyroïdie, ou une maladie de Cushing.
  • Un syndrome de fatigue chronique.
  • Une fibromyalgie.
  • Un syndrome cérébral organique avec démence.
  • Une intoxication par les corticoïdes.
  • L'absorption de certains médicaments comme des bêtabloquants, ou des médicaments anticancéreux.

Aucun commentaire pour "Crise de mélancolie et dépression endogène"

Commentez l'article "Crise de mélancolie et dépression endogène"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.