Crise de manie : Traitement

1

Traitement 

Le traitement de la crise de manie nécessite une hospitalisation surtout en cas de crise grave.

L'emploi des neuroleptiques sous forme injectable, et en particulier des phénothiazines, ou des butyrophénones, permet de calmer le patient. Ces molécules (médicaments) sont également employés comme traitement de fond à l'intérieur d'un service spécialisé en psychiatrie, en milieu hospitalier.

Les sels de lithium, à condition de surveiller la lithiémie, c'est-à-dire le taux de lithium dans le sang, sont quelquefois proposés par les psychiatres en association avec les neuroleptiques.

Les sels de lithium présentent néanmoins un inconvénient : leurs propriétés thérapeutiques qui se manifestent qu'au bout de 15 jours environ. Ils ont néanmoins l'avantage de permettre de réduire progressivement les neuroleptiques.

Le dosage de la créatinine doit également être effectué car les sels de lithium sont susceptibles d'entraîner une insuffisance rénale surtout chez les patients présentant une déshydratation; comme c'est souvent le cas chez des personnes âgées.

La prévention des rechutes est obtenue grâce au sel de lithium, surtout quand le patient présente des intervalles d'épisodes de manie, et de dépression. Les sels de lithium semblent avoir une action préférentielle sur les accès de manie, plutôt que sur les épisodes dépressifs.
Il existe d'autres médicaments normothymiques, c'est-à-dire susceptibles de régulariser la thymie. Il s'agit avant tout de la carbamazépine et du valpromide.

Une autre technique, plus récente celle-ci, est l'électroconvulsivothérapie appelée également sismothérapie. Cette méthode appelée auparavant électrochocs se pratique sous anesthésie brève de quelques minutes, et sous curarisation, c'est-à-dire injection de curare au patient associée à des myoresolutifs (médicaments destinés à relâcher la tension musculaire).

Le traitement a pour but de provoquer une crise d'épilepsie généralisée en utilisant un courant électrique dont l'administration se fait à travers le crâne (électricité transcrânienne). Ceci provoque une crise qui est suivie d'une période de désorientation, et d'une amnésie (oubli de l'épisode) plus spécifiquement une amnésie rétrograde  généralement de courte durée, mais qui persiste parfois.

Il s'agit d'un traitement proposé chez les patients présentant des épisodes thymiques aigus à type de dépression légère, d'état maniaque grave, ou d'états mixtes. Quand l'agitation n'est pas contrôlée ou mal contrôlée par les médicaments neuroleptiques et les sels de lithium, ou quand l'amélioration tarde à venir, l'électroconvulsivothérapie peut éventuellement être la solution.

Il faut néanmoins savoir que cette technique est contre-indiquée quand le patient présente une hypertension intracrânienne, une insuffisance respiratoire, des troubles du rythme cardiaque et des épisodes d'embolie à répétition (pathologie emboligène).

Quand un patient présente un accès d'hypomanie il est nécessaire de lui injecter un neuroleptique, sous surveillance médicale stricte. Ceci permet quelquefois d'éviter l'hospitalisation en milieu spécialisé psychiatrique.

Aucun commentaire pour "Crise de manie"

Commentez l'article "Crise de manie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.