Crépitant : Symptômes

1

Physiologie 

Laennec distinguait le râle crépitant de retour correspondant au râle le plus gros et le plus humide, du râle crépitant proprement dit que l'on entend à la troisième période de la pneumonie. En fait, il s'agit plutôt d'un râle sous crépitant. Les râles sous crépitants sont des bruits comparables aux râles crépitants, mais n'en ayant pas tous les caractères. Ils sont audibles quand il existe une congestion pulmonaire. D'autre part, ils sont moins secs au moment de l'inspiration et de l'expiration.

Physiopathologie 

On parle plus précisément de râle crépitant caractéristique des bruits anormaux qui sont consécutifs au passage de l'air dans les bronches (chacun des conduits aériens issus de la division de la trachée en deux et chacune de leurs ramifications). Ils peuvent être également secondaires à la présence de liquides (glaires entre autres) accumulés dans les conduits précédemment cités, dans les alvéoles (petites cavités situées à l'extrémité de la division la plus petite d'une bronche, c'est-à-dire la bronchiole au niveau de laquelle vont s'effectuer les échanges gazeux (oxygène, gaz carbonique) avec le sang).Quelquefois ils sont produits par un rétrécissement plus ou moins important et réversible des canaux aériens précédemment cités.

Aucun commentaire pour "Crépitant"

Commentez l'article "Crépitant"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.