Constricteur de la vulve (muscle) : Symptômes

1

Physiopathologie 

Le prolapsus des organes génitaux internes, qui correspond au déplacement de ces organes, est secondaire à la destruction de cette partie. Il contient également les glandes de Bartholin qui sont les glandes situées de part et d'autre de la moitié postérieure de l'orifice du vagin. Elles sont inclues dans le muscle qui aide la vulve à se refermer (constricteur de la vulve). Ces glandes permettent de sécréter en permanence, mais encore plus, au moment du rapport sexuel, un liquide filant et incolore contribuant à la lubrification du vagin. Cette sécrétion aboutit au niveau de l'appareil sexuel par l'intermédiaire du canal excréteur, émergeant entre les petites lèvres. Les glandes de Bartholin sont parfois atteintes d'inflammation (bartholinite) susceptibles d'entraîner une infection, qui en cas de récidive, nécessite une ablation.

Le clitoris possède un appareil qui lui permet une certaine rigidification mais également son érection, il s'agit de l'appareil érectile du clitoris. Celui-ci est situé sous les aponévroses constituant le plancher du périnée chez la femme.

D'autre part, certaines femmes qui présentent des anomalies du périnée, comme par exemple une distance insuffisamment importante entre l'anus et le pubis, (région inférieure du bas ventre recouverte de poils) on constate un délabrement atypique déchirure survenant au cours de l'accouchement, et nécessitant une colpopérinéorraphie, c'est-à-dire une reconstruction chirurgicale du périnée.  

Aucun commentaire pour "Constricteur de la vulve (muscle)"

Commentez l'article "Constricteur de la vulve (muscle)"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.