Conjonctive granuleuse

Terme issu du grec trakhas : raboteux.

Synonyme : trachome, ophtalmie égyptienne.

Variété de conjonctivite contagieuse due à Chlamydia trachomatis, à l'origine de la première cause de cécité dans le monde et qui se transmet par contact direct ou indirect c'est-à-dire par des vêtements, des mains, des objets de toilette sales, entre autres. Les germes, à l'origine de l'apparition d'un trachome qui sont strictement humains, se transmettent également par l'intermédiaire des poussières et du sable transporté par le vent.

La conjonctive est la couche très mince de cellules (muqueuse), transparente, recouvrant la partie arrière des paupières, en ce qui concerne la conjonctive palpébrale, et la face avant du globe oculaire et plus précisément du bulbe en ce qui concerne la conjonctive bulbaire. Une conjonctivite, (conjunctivitis) de façon générale, est l'inflammation de la conjonctive indépendamment de sa cause. Le plus souvent il s'agit d'une irritation due à un excès de lumière, à une poussière, un changement de température brutale, une allergie ou une autre irritation.

La conjonctive granuleuse constitue un problème de santé publique majeure dans les pays suivants :certaines régions d'Afrique (Afrique du Nord), d'Asie du Sud et d'Amérique latine . En effet, on évalue à à peu près 500 millions le nombre d'individus concernés par cette affection. Il s'agit d'une pathologie endémique due à une petite bactérie, Chlamydia trachomatis qui sévit dans certains pays chauds possédant un climat sec. Une endémie est la persistance dans une région d'une maladie en particulier, frappant une grande partie de la population. L'endémie peut régner de façon constante dans cette région ou bien y revenir à des époques précises.

On a constaté que la contagion était plus importante à l'intérieur de mêmes familles. Cette variété de conjonctivite se caractérise par la présence de granulations sur la conjonctive granuleuse proprement dit.
Les patients présentent des granulations, des papilles charnues, des follicules dans les culs-de-sac des conjonctives s'associant à une inflammation de la conjonctive bulbaire. Chez certains d'entre eux on constate parfois des lésions de la cornée entraînant des troubles de la vision, plus ou moins importants.

Symptômes
Le trachome évolue de deux manières. Au début, après une période d'incubation de quelques semaines, on constate l'apparition d'une inflammation. L'incubation est la période silencieuse correspondant au développement dans l'organisme de germes à l'origine d'une maladie qui ne se manifeste pas encore par des symptômes. Cette période se situe entre la contamination (contact avec le germe : contagion) et l'apparition des premiers symptômes de cette maladie (invasion).

Chez l'enfant de moins de deux ans on constate la survenue d'une conjonctivite, plus précisément d'une inflammation de l'intérieur des paupières, s'accompagnant d'un oedème, d'un larmoiement et une photophobie (gêne à la lumière). Puis la conjonctive devient rouge, épaisse et rugueuse.
Ensuite apparaît la phase inflammatoire proprement dit et la conjonctivite devient granuleuse autrement dit constituée de relief plus important avec apparition d'une vascularisation accrue. Ce processus s'accompagne d'une légère opacité ressemblant à voile. Après quelques mois d'évolution une cicatrisation apparaît, entraînant une cécité (le patient devient aveugle). En effet on constate la présence de séquelles sous forme d'un voile dit vasculo-granuleux appelé le panus qui correspond à la présence de cicatrices sous forme étoilée au niveau de la conjonctive est de la paupière supérieure.

Le diagnostic se fait grâce à l'isolement du germe sur un frottis (prélèvement puis étalement sur une lame de microscope). Le diagnostic peut également être effectué par l'examen clinique beaucoup moins onéreux que le frottis qui est en plus délicat à effectuer.

Le traitement du trachome nécessite la prise d'antibiotiques (érythromycine, azithromycine tétracycline) localement pendant quatre à six semaines au cours de la période inflammatoire. Certains patients ont besoin d'une intervention chirurgicale surtout pendant la phase cicatricielle. Cette intervention consiste à effectuer un grattage sous anesthésie locale. Les résultats du traitement ne sont pas très bons d'où l'intérêt de traiter les patients avant l'apparition des lésions irréversibles.

Les complications susceptibles de survenir sont, en dehors de la cécité: un ptosis c'est-à-dire un affaissement de la paupière supérieure ou encore un entropion qui correspond à la bascule du bord de la paupière plus souvent la paupière inférieure vers l'intérieur de l'œil. Parfois les patients présentent un trichiasis c'est-à-dire une déviation vers le globe oculaire des cils qui viennent frotter sur la cornée provoquant ainsi des ulcérations c'est-à-dire de petites plaies ou pertes de substance de la muqueuse. Le trichiasis nécessite souvent de procéder à l'ablation des cils.
On observe également une sclérose de l'appareil lacrymale empêchant l'écoulement habituel des sécrétions de l'œil. Certains patients présentent en plus de l'affection oculaire une pneumopathie c'est-à-dire une pathologie de l'appareil respiratoire. C'est la raison pour laquelle le traitement local n'est pas suffisant et fait appel en plus à l'utilisation de la tétracycline ou de l'érythromycine par voie orale (sous forme de comprimés) pendant deux semaines.

La prévention de cette pathologie passe par l'éducation sanitaire, par le lavage des mains, le port de lunettes adaptées dans les régions poussiéreuses et de façon générale une hygiène corporelle globale.

Le traitement précoce des enfants d'âge scolaire permet, dans la mesure du possible, de diminuer les lésions cicatricielles. Aucun vaccin n'est pour l'instant efficace et la conjonctivite trachomateuse du nouveau-né est prévenue par l'application d'une pommade contenant de l'érythromycine, dans un cas sur deux.

Aucun commentaire pour "Conjonctive granuleuse"

Commentez l'article "Conjonctive granuleuse"