Colique néphrétique : Symptômes

Symptômes 

Les symptômes d'une crise de colique néphrétique sont :

  • L'interrogatoire permet quelquefois de préciser le début des douleurs après un trajet en voiture. On constate la présence d'une pollakiurie (en anglais urinary frequency) qui est la fréquence excessive des mictions avec expulsion de l'urine contenue dans la vessie, de sueurs, d'une angoisse, d'une pâleur.
  • Survenue brutale de douleurs typiques se situant dans les fosses lombaires d'un seul côté (unilatéralement), et irradiant dans les organes génitaux, le flanc. Il s'agit de douleurs pouvant être comparées à un broiement, une brûlure, un déchirement dont l'intensité est très importante et dont l'évolution se fait par épisodes de renforcements paroxystiques (survenant par accès).
  • Le patient apparaît classiquement très agité (on parle de colique frénétique), il ne trouve aucune position antalgique (susceptible de lui apporter une accalmie).
  • A la palpation qui n'est pas facile, le patient se défend celle-ci s'accompagne de douleurs, ce qui permet quelquefois de faire le diagnostic différentiel avec une péritonite, une appendicite, un ulcère perforé.
  • Le médecin profite de cet examen pour vérifier s'il n'existe pas de hernie, et sa tension artérielle doit être normale. En effet, en présence d'une hypotension artérielle (baisse de la tension) il faut penser à un infarctus viscéral (arrêt de la vascularisation d'un viscère).
  • Les urines sont troubles, et quelquefois le patient a du mal à uriner.
  • Les douleurs ne sont pas calmées par le traitement médical (antalgiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens et parfois morphine).
  • Chez certains patients il est retrouvé une notion de déshydratation de voyage.

La colique néphrétique peut également apparaître sous un tableau clinique différent, c'est-à-dire non accompagné de douleurs brutales, sans fièvre, les urines étant limpides, le patient urine normalement, les examens complémentaires étant normaux.

Physiopathologie 

La caractéristique majeure de la colique est la répétition d'accès douloureux très violents, entrecoupés d'épisodes d'accalmie. Elle résulte d'une mise sous tension brutale de la voie excrétrice (en anglais excretory way) du haut appareil urinaire en amont d'une obstruction. Tout obstacle empêchant l'excrétion, et l'évacuation normale des urines vers l'extérieur du corps, est susceptible d'être à l'origine d'une stagnation des urines dans le rein, ou dans les voies excrétrices.

 

Diagnostic différentiel 

Une crise de colique néphrétique ne doit pas être confondue avec une autre urgence chirurgicale :

  • Une appendicite (douleurs de la fosse iliaque à droite).
  • Une cholécystite (douleurs à la palpation de l'hypochondre droit).
  • Une colique hépatique (douleur sous costale droite).
  • Une occlusion intestinale (vomissements, arrêt de matières des gaz, météorisme, la radiographie montre un iléus paralytique).
  • Une pancréatite (douleurs transfixiantes classiques et particulièrement violentes).
  • Une torsion du kyste de l'ovaire.
  • Une inflammation du sigmoïde.
  • Une pyélonéphrite.
  • Douleur la palpation d'un testicule.
  • Une fissuration, anévrisme de l'aorte.
  • Une forme atypique d'infarctus du myocarde.

Aucun commentaire pour "Colique néphrétique"

Commentez l'article "Colique néphrétique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.