Chorée aiguë : Symptômes

1

Symptômes 

Les symptômes sont souvent progressifs, mais peuvent parfois apparaître brutalement à la suite d’un traumatisme ou un d’un choc émotif.

Ce sont essentiellement : 

  • Une insomnie.
  • Des céphalées.
  • Une agitation.
  • Des troubles digestifs.
  • Une fièvre inconstante.
  • Des mouvements maladroits (l’enfant ne peut plus garder les objets dans sa main).

Puis, progressivement :

  • L’enfant est constamment agité de mouvements involontaires, qui commencent aux mains puis s’étendent au tronc et à la face. 
  • Il se met à faire des grimaces, à tirer la langue, et à bouger sa mâchoire sur le côté.
  • Il a un débit de paroles de plus en plus difficile.

Dans les formes graves :

  • Il avale difficilement sa salive et les aliments.
  • La démarche devient difficile et parfois même impossible.
  • Les mouvements choréiques sont présents au début d’un côté, puis s’étendent à l’autre côté, sauf dans les formes dites légères. On parle alors d’hémichorée, limitée à un hémicorps. 

A cette perturbation des mouvements, il s’associe :

  • Une diminution de la force musculaire.
  • Une augmentation de la fatigue, dans les formes légères.

Dans les formes plus graves, de véritables parésies (paralysie partielle ou incomplète, parfois transitoire, d’un ou de plusieurs muscles).

En dehors de ces formes, on décrit une forme bénigne appelée chorée molle. Elle s’accompagne d’hémiparésie (paralysie partielle de la moitié du corps) et de quelques mouvements choréiformes imperceptibles.

Les troubles psychiques rencontrés pendant la chorée de Sydenham vont de l’agitation à des perturbations d’allure affective. Ils s’accompagnent de sautes d’humeur, pouvant aller jusqu’à un délire transitoire et même des hallucinations. 

Une autre forme de chorée aiguë, appelé chorée électrique, chorée de Bergeron ou syndrome de Dubini, se manifeste par l’apparition de myoclonies. Les myoclonies sont des contractions musculaires brutales et involontaires, dues à une décharge anormale de neurones (c’est-à-dire de cellules nerveuses). Ces myoclonies s’observent dans différentes maladies du système nerveux, elles sont généralement d’origine infectieuse, toxique, inflammatoire ou dégénérative.

Aucun commentaire pour "Chorée aiguë"

Commentez l'article "Chorée aiguë"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.