Cholestérol (rôle physiologique) : Symptômes

Physiologie 

Le cholestérol est une association de protéines et de lipides (lipoprotéine) dont il existe deux types :

  • Les lipoprotéines de haute densité (HDL), dont le taux est situé entre 0,35 et 0,80 gramme par litre. Ce taux est abaissé chez les sujets menacés ou atteints d’athérosclérose (voir ci-dessous). 
  • Les lipoprotéines de basse densité (LDL), dont le taux normal doit se situer au-dessous de 1,60 gramme par litre.

Il semble qu'un taux de LDL élevé (par rapport au cholestérol total) soit en fait le facteur de risque d'athérosclérose le plus important, d'où le qualificatif de "bon cholestérol" qui est parfois donné aux HDL. Un taux élevé de LDL dans le plasma (partie liquide du sang) entraîne un risque accru de crises et de pathologies cardiaques.

La sécrétion du cholestérol par les glandes sébacées permet d’avoir un rôle protecteur pour les cheveux et la peau.

La lanoline, graisse extraite de la laine de mouton, est constituée entre autres d’un dérivé du cholestérol utilisé pour la fabrication des lubrifiants, protecteurs de cuirs, crèmes et cosmétiques.

 

Physiopathologie 

En cas d’hypercholestérolémie (taux de cholestérol élevé dans le sang), il y a un risque de :

  • Développer de l'athérosclérose, maladie se caractérisant par un dépôt de plaques contenant du cholestérol sur les parois internes des artères, entraînant une diminution du diamètre de celles-ci et un passage difficile du flux sanguin.
  • Augmentation du risque de formation des caillots à l’intérieur des artères coronariennes (artères irriguant le muscle cardiaque, myocarde) à l’origine de crises cardiaques.

Aucun commentaire pour "Cholestérol (rôle physiologique)"

Commentez l'article "Cholestérol (rôle physiologique)"