Choc septique : Traitement

Traitement 

Le traitement du choc septique qui commande la mise du patient en soins intensifs, est directement dépendant de la cause.

Par exemple l'insuffisance corticosurrénale nécessite un traitement bien spécifique. 

Il est tout d'abord nécessaire de remplir le système circulatoire du patient (remplissage vasculaire) en mettant en place des perfusions de soluté de sérum physiologique, de colloïdes naturels comme l'albumine ou encore de colloïdes synthèse comme les gélatines ou de dextran.
Il faut ensuite maintenir la ventilation en mettant en place place une sonde nasale d'oxygène ou bien un masque, une intubation ou une respiration assistée.
Une injection de dopamine ou d'autres catécholamines permet d'assurer le tonus des vaisseaux (tonus vasculaire).
Les antibiotiques larges spectre et spécifiques en fonction du foyer initial sont nécessaires rapidement. Cette administration précoce d'antibiotique doit se faire en attendant les résultats de l'antibiogramme. Le plus souvent c'est la gentamicine ou la tobramycine ainsi que les céphalosporines de troisième génération qui sont utilisés.
Le traitement de l'insuffisance rénale est quelquefois utile selon la cause du choc septique.
En cas de septicémie sévère certaines équipes spécialisées en réanimation et soins intensifs utilisent la protéine C humaine activée recombinante (doctrécogine ou Xigris des laboratoires Lilly).

Aucun commentaire pour "Choc septique"

Commentez l'article "Choc septique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.