Chanvre indien : Évolution

1

Evolution de la maladie 

Des épisodes d'hallucination sont susceptibles de survenir chez les consommateurs chroniques. Ils sont accompagnés de réactions dépressives et anxieuses graves.

Les poumons font l'objet de pathologies à type d'obstruction des voies respiratoires. Néanmoins, le chanvre indien possède une activité bronchodilatatrice (ouverture du calibre des bronches). Les infections récidivantes sont plus fréquentes chez les consommateurs de chanvre indien.

Des troubles cardiaques graves peuvent également survenir en cas de consommation importante.

Des cancers de la langue, de la mâchoire et du poumon ont été observés chez les consommateurs chroniques.

Le nombre de cancers chez les enfants de parents ayant consommé du chanvre indien est cinq fois plus élevé.

Le nombre de leucémies est multiplié par 10 chez les enfants nés de mère ayant fumé du chanvre indien pendant la grossesse.

La spermatogenèse (fabrication des spermatozoïdes) est anormale.

L'impact du chanvre indien pendant la grossesse est maintenant démontré : il entraîne la naissance d'enfants de taille inférieure à la moyenne (tout comme le tabac).

Des pertes de mémoire chez les adolescents sont également dues à la consommation chronique de chanvre indien.

Des épisodes de schizophrénie sont également décrits, ce qui contre-indique formellement l'utilisation du chanvre indien chez les personnes instables susceptibles de faire des épisodes psychotiques.

La consommation de chanvre indien entraîne un risque accru d'utiliser d'autres drogues plus nocives (héroïne).

Le sevrage se traduit par les signes suivants :

  • Agitation.
  • Troubles du sommeil.
  • Nausées.

Aucun commentaire pour "Chanvre indien"

Commentez l'article "Chanvre indien"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.