Césarienne (accouchement) : l’essentiel à savoir

Définition 

La césarienne correspond à l’incision chirurgicale de la paroi de l’abdomen et de l’utérus. Elle permet d’extraire le bébé vivant de l’utérus gravide (contenant le foetus). En d’autres termes, elle permet de faire naître le bébé par « voie haute ».

Elle est pratiquée dans 8 à 15% des accouchements et dure généralement entre 30 et 60 minutes.

 

Généralités 

 

  • Le médecin obstétricien en charge de l’accouchement pourra proposer une césarienne lorsqu’il pense que c’est plus prudent pour la mère et le bébé.
    De ce fait, certaines césariennes sont planifiées à l’avance (prophylactique), mais la plupart du temps elles sont pratiquées à cause d’un problème rencontré durant l’accouchement par voies naturelles. 
     
  • Une césarienne planifiée sera généralement pratiquée une quinzaine de jour avec le terme, lorsque l’utérus est encore au repos (pas encore de contractions).
     
  • Une césarienne pourra se dérouler sous anesthésie générale ou loco-régionale (péridurale).
    L’anesthésie générale est pratiquée en cas d’extrême urgence (la péridurale met une vingtaine de minutes à faire effet) ou si la péridurale est contre-indiquée. 
     
  • Une sonde urinaire est mise en place avant l’intervention chirurgicale. 
     
  • Une incision horizontale (hystérotomie) au niveau de l’utérus est pratiquée par le chirurgien. Le fait qu’elle soit horizontale et non verticale (pratiquée dans le passé) permet d’obtenir une cicatrisation plus solide et esthétique. 
     
  • Le bébé sera extrait dans un premier temps, puis le placenta.
  • Les causes de la césarienne, ou situations où une césarienne peut, ou doit être, effectuée sont les suivantes (liste non exhaustive) :
  • Il existe deux possibilités pour refermer l’incision :
    • Utilisation de fils résorbables (ils disparaitront d’eux-mêmes)
    • Utilisation d’agrafes qui devront être retirées quelques jours plus tard (1 semaine environ)
       
  • Une césarienne nécessite une convalescence « spéciale », différente de celle d’un accouchement par voies naturelles :
    • Repos en position allongée
    • Application de la technique de Joël-Cohen afin de réduire les pertes de sang et faciliter la reprise du transit
    • Application de la technique de Mouchel (pour les césariennes à répétition)
    • Prise d’antibiotiques et d’anticoagulants (éviter les risques de phlébite)
       
  • Il n’est pas impossible, selon la cause de la césarienne, d’accoucher par voies naturelles lors de futures grossesses.
    Bien que la montée de lait puisse être plus tardive, il est également possible d’allaiter après une césarienne.

 

Notre article complet sur la césarienne se trouve ici

 

 

Aucun commentaire pour "Césarienne (accouchement) : l’essentiel à savoir"

Commentez l'article "Césarienne (accouchement) : l’essentiel à savoir"