Cardiopathie congénitale : Examen médical

Examen médical 

Ces examens complémentaires sont susceptibles non seulement de révéler la maladie mais de poser un diagnostic de gravité. 

Il s'agit avant tout :

  • De l'électrocardiogramme.
  • De la radiographie du thorax.
  • Du doppler.
  • De l'échographie cardiaque.
  • Le cathétérisme qui permet de mesurer les pressions, et les taux d'oxygène (concentration en oxygène du sang) dans le coeur grâce à l'introduction d'une sonde dans une artère, ou une veine, font également partie des examens complémentaires susceptibles d'être demandés (plus rarement) en milieu spécialisé.

Consultation médecin 

Lors de l'examen d'un malade on remarque :

  • Présence d'un souffle cardiaque qui correspond à un bruit anormal du coeur, mis en évidence par l'auscultation utilisant le stéthoscope. Généralement ce souffle cardiaque est le résultat du rétrécissement de la valvule (orifice à l'intérieur duquel passe le sang au niveau de l'artère pulmonaire ou de l'aorte).
  • Le souffle entendu, permet de renseigner sur le type de cardiopathie en cause. En effet, le souffle, selon l'endroit exact et le moment où il est perçu, durant la systole c'est-à-dire la contraction cardiaque ou la diastole correspondant au relâchement du coeur, permet au cardiologue, ou au cardio-pédiatre (cardiologue spécialisé dans les maladies cardio-vasculaires des enfants) d'orienter le diagnostic étiologique (la cardiopathie congénitale en cause).

Aucun commentaire pour "Cardiopathie congénitale"

Commentez l'article "Cardiopathie congénitale"