Bradycardie : Traitement

1

Traitement 

Le traitement dépend de l'affection en cause (étiologie).

Il faut néanmoins garder en mémoire que certaines bradycardies sont physiologiques et ne nécessitent donc pas de traitement : c'est le cas entre autres d'une bradycardie modérée ou d'installation progressive. Ce ralentissement du rythme cardiaque nécessite un traitement, quand il devient excessif, ou de survenue brutale, pouvant alors entraîner une fatigue importante, des malaises ou une syncope (perte de connaissance). 

Dans certaines pathologies, et plus particulièrement dans le syndrome de bradycardie-tachycardie, le traitement médicamenteux est utile en début d'évolution, quand les épisodes de tachycardie sont prédominants. Il s'agit d'antiarythmiques et quelquefois d'anticoagulants (recommandés) même après la pose d'un stimulateur.
Une bradycardie dite sinusale nécessitera simplement (et uniquement pour certains patients), l'administration de dérivés de l'atropine.

La bradycardie due au bloc auriculo-ventriculaire (absence de passage entre les oreillettes et ventricule) nécessite le plus souvent la pose d'un stimulateur cardiaque. L'électrosystolique de Duchenne et de Boulogne, améliorée par Zoll en 1952, est un des moyens de rendre artificiellement un rythme cardiaque normal. Il s'agit du déclenchement artificiel des contractions du cœur, par l'utilisation d'impulsions électriques, envoyées rythmiquement à celui-ci. Cette technique est utilisée comme thérapeutique de la bradycardie secondaire à un bloc auriculo-ventriculaire, et à un syndrome d'Adam-Stokes.
Dans un service spécialisé (cardiologie, urgence, réanimation), l'utilisation d'un stimulateur appelé pacemaker constitue une source d'énergie provenant de l'extérieur du corps qui comprend des électrodes appliquées sur la peau du thorax. Quelquefois, celles-ci sont introduites directement dans le ventricule droit en effectuant un cathétérisme.
Si l'on désire obtenir un traitement permanent, on utilise alors un stimulateur de petite dimension qui est implanté dans la paroi du thorax, ou de l'abdomen avec des électrodes fixées à la surface du cœur (pour les spécialistes : il s'agit d'un entraînement épicardique). Quelquefois, des électrodes sont positionnées dans une sonde qui est placée le plus souvent, dans les cavités droites du cœur (il s'agit alors d'un entraînement endocavitaire).

Aucun commentaire pour "Bradycardie"

Commentez l'article "Bradycardie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.