Bourse séreuse : Symptômes

1

Physiologie 

Plus précisément, la bourse séreuse est constituée par une membrane de nature identique à la membrane sécrétant le liquide synovial, à l'intérieur d'une articulation, comme le genou par exemple.

Pour les autres bourses séreuses, ce liquide facilite le glissement de la peau, d'un tendon, d'un muscle sur un os.

Il existe différents types de bourses séreuses qui peuvent être, soit sous-cutanées, soit annexées aux tendons et aux muscles.

Les bourses séreuses superficielles, sont situées immédiatement sous la peau. Un exemple de bourse séreuse superficielle est la bourse olécranienne située au niveau du coude, ou encore la bourse prérotulienne c'est-à-dire devant la rotule du genou. Ces bourses séreuses permettent de ne pas avoir un contact direct entre l'os et la peau et donc de ne pas abîmer la peau au moindre frottement.

Physiopathologie 

Les pathologies rencontrées en ce qui concerne cette variété de bourse séreuse sont généralement inflammatoires, à l'origine de rhumatismes et quelquefois d'abcès

  • Ainsi, la bourse olécranienne s'enflamme quelquefois et porte alors le nom d'hygroma simple, ou s'infecte quand les capacités immunitaires de l'individu sont diminuées. Un autre type de bourse séreuse située également superficiellement se rencontre à chaque fois qu'un os fait saillie sous la peau.
  • L'hallux valgus (terme issu de hallus, gros orteil, et de valgus, tourné vers l'extérieur par rapport à l'axe du corps), est une déviation vers l'extérieur du gros orteil qui s'associe le plus souvent à une subluxation (déboitement presque complet), de l'articulation entre le métatarse et la phalange (le métatarse étant la partie du squelette du pied, située entre la cheville et les orteils). Cette déformation, qui s'accompagne parfois d'un oignon, est souvent à l'origine de douleurs importantes, et entraîne un métatarsus varus, c'est-à-dire une déviation des os de l'avant-pied, vers le milieu du corps.
  • Les bourses séreuses profondes, appelées également gaines, sont des bourses de forme circulaire, qui permettent le glissement des tendons sur le squelette profond. Exemple de bourses séreuses profondes : celles de la main, quelquefois enflammées, infectées (par le bacille de Koch de la tuberculose, ou à la suite d'un processus granulomateux). Cette pathologie est le plus souvent associée à un phlegmon, c'est-à-dire à une infection à l'origine de pus susceptible de se diffuser dans les gaines.
  • La maladie de Duplay (en anglais : Duplay's disease), correspond à la périarthrite scapulo-humérale avec présence de calcifications situées dans la bourse séreuse sous-acromiale (à proximité de l'acromion de l'omoplate).
  • Le durillon (en anglais callosity) correspond à un l'épaississement de la peau superficielle (dite couche cornée), plus précisément de l'épiderme de la paume de la main, et de la plante du pied. Quelquefois le durillon, comme le cor, présente un prolongement dans la peau plus profonde, c'est-à-dire le derme. Dans ce cas, on constate le développement d'une bourse séreuse, en dessous de l'épiderme qui devient plus épais. Chez quelques patients, cette anomalie envahit l'os sous-jacent, qui présente une altération. Cette pathologie peut évoluer quelquefois, vers l'inflammation et la suppuration de la bourse séreuse située sous le durillon.

Aucun commentaire pour "Bourse séreuse"

Commentez l'article "Bourse séreuse"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.