Arthropathie neurogène : Symptômes

Symptômes 

L'arthropathie neurogène commence le plus souvent sur une articulation unique puis la progression se fait vers les autres articulations en fonction de la pathologie neurologique existant (sous-jacente).
Le patient présente des troubles trophiques (modification des tissus) constituant les os et les articulations associés à une indolence (il ne ressent aucune douleur) contrastant le plus souvent avec l'importance des lésions.

Les patients ont des douleurs inversement proportionnelles à la désorganisation anatomique du tissu osseux. C'est-à-dire que plus la destruction osseuse semble importante, moins les douleurs sont intenses. La plainte douloureuses est les plus souvent liée à des fractures survenant à l'intérieur des articulations, fractures concernant les ostéophytes (excroissances osseuses) ou les condyles (éminence articulaire).

Physiologie 

L'un des exemples d'arthropathie nerveuse est celui du syndrome du scaphoïde tarsien étudié par M. Dérot et Rathery. Il s' agit d'une ostéoarthropathie nerveuse se caractérisant par une atteinte du scaphoïde du tarse (groupe d'os situé entre le talon et les orteils), lésion apparaissant quelquefois au cours du diabète sucré (excès de sucre dans le sang). Cette affection se caractérise par une décalcification (déminéralisation, fragilisation du tissu osseux) du scaphoïde qui présente, à la radiographie, des géodes (sorte de petites cavernes).

D'autre part, on constate une ou plusieurs fractures et au cours de l'évolution, un effondrement du tissu osseux sur lui-même. Certains patients présentent, comme complication, une extension des lésions aux os de voisinage, le pieds prenant alors un aspect en forme de cube ressemblant à celui du pied tabétique.

Physiopathologie 

Le processus pouvant être à l'origine de l'arthrite neurogène n'est pas connu avec précision. On suspecte un excès de pression artérielle favorisant la résorption (destruction) osseuse. Il s'agirait d'un éventuel dérèglement du système nerveux autonome. On ne comprend toujours pas pourquoi uniquement certains diabétiques sont concernés par cette affection. On a accusé également l'utilisation des corticoïdes intra-articulaires comme étant source d'une diminution de la sensation douloureuse et donc d'une accentuation de la destruction des surfaces cartilagineuses.

Les modifications anatomopathologiques (de la constitution) du tissu osseux survenant au cours de l'arthrite neurogène sont comparables à celle que l'on observe au cours de l'arthrose sévère. C'est ainsi que l'on constate une fragmentation du tissu osseux et quelquefois même une perte du cartilage de l'articulation avec atteinte à type de destruction plus ou moins partielle de l'os sous-jacent. Les ostéophytes sont, à l'instar de l'arthrose, également retrouvés. Par la suite, pour les lésions évoluées, on constate l'apparition d'érosions au niveau de la surface articulaire et parfois même de fractures des os qui ont perdu leur vitalité physiologique (normale). Plus rarement ce sont des fragments osseux intra-articulaires qui apparaissent et des fragments microscopiques de cartilage se retrouvent à l'intérieur du liquide et du tissu synovial.

Aucun commentaire pour "Arthropathie neurogène"

Commentez l'article "Arthropathie neurogène"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.