Artère : Symptômes

1

Physiologie 

Au fur et à mesure que l'on s'éloigne du coeur, le calibre des artères diminue, et elles se subdivisent pour donner l'arbre artériel. Elles deviennent progressivement des artérioles, puis des capillaires.

Au cours du cycle cardiaque, la pression régnant à l'intérieur des artères, varie suivant qu'il s'agit d'une systole (éjection du sang à partir du cœur), ou d'une diastole (remplissage du cœur par le sang).

Les artères de moyen et de petit calibre, sont alors soumises à une pression plus ou moins élevée, à laquelle elles doivent s'adapter. Ceci se fait par l'intermédiaire des propriétés élastiques intrinsèques, appelées la compliance artérielle, qui leur permet de supporter ces différences de pression.

Elles sont également soumises à d'autres influences (d'origine nerveuse, hormonale) qui modifient leur vasomotricité (variations de leur diamètre). Tout ceci est à l'origine du pouls, qui est la traduction d'une pression différente au niveau des artères de gros débits. Ces débits deviennent continus au niveau des tissus.

Physiopathologie 

Une artère peut faire l'objet de plusieurs pathologies :

  • Le plus fréquemment il s'agit de dépôts de lipides (corps gras) sur la surface interne de la paroi des artères, il s'agit de l'artériosclérose (durcissement et perte d'élasticité des parois artérielles).
  • L'artérite est l'inflammation d'une artère.
  • Une blessure telle qu'une déchirure faisant suite à une plaie entraîne l'apparition d'une hémorragie nécessitant une compression immédiate.
  • Une dissection (déchirure).

Aucun commentaire pour "Artère"

Commentez l'article "Artère"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.