Alimentation parentérale : Examen médical

1

Technique médicale 

Selon l'importance et la durée de l'alimentation parentérale, plusieurs voies d'abord sont envisagées :

L'avant-bras le plus souvent, où l'on choisit une veine superficielle pour mettre en place une perfusion.

Quand on désire introduire de façon prolongée des quantités importantes, et des suppléments nutritifs, on choisit une autre voie d'abord qui est généralement la sous-clavière (artère située sous la clavicule), ou la jugulaire interne (artère du cou).

Les solutés nutritifs sont conditionnés sous forme de flacons ou de poches. L'utilisation de pompe de perfusion munie d'un dispositif de sécurité continu, permet le passage des liquides à débit précis et surtout réglable. Dans les solutés utilisés sont présents des acides aminés (éléments de base constituant les protéines), des lipides sous forme d'émulsion (petites gouttes de graisses dans de l'eau), des glucides (sucre), des oligo-éléments, des électrolytes, des vitamines.

On apprécie l'efficacité de l'alimentation parentérale, grâce aux différents paramètres obtenus soit en mesurant l'épaisseur de la peau (pli cutané), soit en effectuant des analyses biologiques qui apportent des données biologiques telles que le bilan azoté, ou l'albuminémie (présence d'albumine dans le sang).

L'introduction des cathéters permettant d'amener directement les différents solutés cités précédemment dans la voie veineuse, est quelquefois à l'origine d'accidents tels qu'un pneumothorax (passage d'air dans les plèvres recouvrant et protégeant les poumons), particulièrement quand on choisit une voie d'abord sous-clavière.

Les thromboses (obstruction d'un vaisseau), et les septicémies (présence de grandes quantités de germes dans le sang) sont quelquefois consécutives à une manipulation malhabile, une absence d'hygiène, ou d'asepsie.

On assiste également à des perturbations du métabolisme (régulation de l'organisme) telles qu'une hyperglycémie (excès de sucre dans le sang), une albuminémie, une stéatose (présence de graisse en excès), une affection la vésicule biliaire, et plus globalement une affection hépatique.

Aucun commentaire pour "Alimentation parentérale"

Commentez l'article "Alimentation parentérale"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.