Algohallucinose : Traitement

Traitement 

Les traitements d'une algohallucinose sont :

  • Les antalgiques plus ou moins majeurs.
  • En cas d'échec à l'électro analgésie, qui est une méthode adaptée au traitement des douleurs chroniques, la neurostimulation électrique transcutanée (NSTC) fait appel à la neurostimulation, c'est-à-dire à la stimulation électrique du système nerveux. Cette méthode est appréciée par environ la moitié des patients qui continuent à l'utiliser après six mois. 
  • Certaines techniques de mésothérapie sans utilisation de corticoïdes, donnent également des résultats moyens à bons.
  • Une nouvelle technique appelée stimulation mentale semble apporter un début de solution à ce type de pathologie. Il s'agit de remodeler l'activité du cerveau afin de soigner les pathologies consécutives à un dysfonctionnement (mauvais fonctionnement) des neurones. La technique consiste à mettre en place une illusion visuelle permettant d'éteindre ou de tamiser la douleur fantôme qui est engendrée par le membre présentant une lésion. Plus précisément il s'agit de présenter au patient une image de son membre abîmé « en mouvement ». De cette façon, le patient a l'impression de pouvoir, de nouveau, donner des des ordres à ce membre. Grâce à une technique vidéo particulière, l'illusion est entière. Au départ l'idée provient d'un chercheur indien : Vilayanur S. Ramachandran chercheur à San Diego (Californie, USA) qui, en 1996 a eu l'idée d'utiliser un système de miroirs pour tromper le cerveau afin de soigner des douleurs dues à une amputation, une brûlure, une fracture d'un membre entre autres. La finalité de la technique, est de donner l'illusion au cerveau que le membre paralysé bouge à nouveau. De cette façon, on arrive à briser le lien entre le mouvement et la douleur.

Aucun commentaire pour "Algohallucinose"

Commentez l'article "Algohallucinose"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.