Alcoolisme : Évolution

Evolution de la maladie 

Les maladies rencontrées le plus fréquemment chez l'alcoolique sont :

  • Le syndrome de Korsakoff : amnésie (perte de mémoire), fabulation (voir plus loin) et chez polynévrite (inflammation des tissus nerveux).
  • L'encéphalopathie de Wernicke causée par l'apport ou l'absorption insuffisante de vitamine B1 (thiamine), le plus souvent associée à une consommation continue d'hydrate de carbone (sucre). Cette affection se caractérise par une ataxie (perte de coordination des mouvements), une confusion et somnolence plus ou moins grave.
  • La maladie de Marchiafava-Bignami qui se caractérise par une démyélinisation (perte progressive de la myéline : couche recouvrant une partie des cellules nerveuses).
  • L'intoxication pathologique est un syndrome rare se caractérisant par des mouvements automatiques répétitifs accompagnés d'une grande excitation et une agressivité incontrôlée.
  • L'épisode que présentent ces malades est susceptible de durer de quelques minutes à plusieurs heures. Il est généralement suivi d'un sommeil prolongé avec amnésie (oubli des événements) au réveil.
  • Le delirium tremens : Celui-ci débute généralement 48 à 72 heures après le sevrage alcoolique et se traduit par des accès d'anxiété, des troubles du sommeil, une confusion croissante accompagnée de rêves effrayants ou d'illusions pendant la nuit. Une sudation abondante et une dépression profonde font également partie du tableau clinique (ensemble des signes que présente le malade). On peut également assister à une terreur associée à une agitation. S'installent ensuite une confusion et une désorientation dans le temps et dans l'espace. La dépression profonde s'installe, accompagnée généralement d'une augmentation de la température, et évolue parallèlement au delirium tremens. Quelquefois, le delirium tremens ne présente pas son intensité maximale. Dans ce cas, il s'accompagne simplement de sueurs importantes et d'une élévation du rythme cardiaque (100 à 120 battements par minute). Les symptômes du delirium tremens, qui sont généralement les mêmes à chaque récidive pour un sujet donné sont les suivants : sensibilité accrue aux bruits et aux mouvements, essentiellement dans la pénombre, impression de dérobement du sol, impression que les murs s'écroulent ou que la pièce est en train de tourner. Au fur et à mesure que le délirium augmente d'intensité, apparaissent différents tremblements et plus spécifiquement celui de la main, celui du tronc ou de la tête.
  • L'ataxie (incoordination des mouvements) est très importante et peut être à l'origine d'accidents parfois mortels pour le patient. Dans ce cas, il est parfois nécessaire de prendre des précautions afin que le patient ne se blesse pas lui-même.
  • La mort est susceptible de survenir lors d'un delirium tremens, mais le plus souvent, celui-ci se termine par un long sommeil. Au-delà de 12 à 24 heures, quand il n'existe aucun signe d'amélioration, cela peut être la traduction d'une autre pathologie comme un hématome sous dural (collection de sang se formant sous la dure-mère qui est une méninge du système nerveux). Ce peut être également une atteinte du foie, des reins ou du système nerveux central.
  • L'hyperthermie (élévation importante de la température du corps) n'est pas signe de bon pronostic.

  • Le sevrage
    L'arrêt de la consommation d'alcool entraîne des symptômes caractéristiques :

  • Tension le matin au réveil
  • Tremblements
  • Hallucinations visuelles : les hallucinations alcooliques surviennent lors d'un arrêt brutal après une consommation excessive prolongée d'alcool. Les hallucinations peuvent également être auditives (des voix semblent accuser l'alcoolique et le menacer). L'individu est terrifié non seulement par ses hallucinations mais également par ses rêves qui sont effrayants et intenses à la fois. Les hallucinations sont habituellement transitoires (passagères) et le retour à la normale s'effectue habituellement en 1 à 3 semaines. Néanmoins, des récidives sont possibles en cas de consommation de quantités importantes d'alcool.
  • Troubles de la mémoire
  • Convulsions
  • Epilepsie
  • Delirium tremens
  • Asthénie (fatigue très importante)
  • Transpiration
  • Augmentation des réflexes (gestes obtenus par le médecin qui frappe à l'aide de son marteau à réflexes au-dessous du genou par exemple, ce qui a pour effet d'étendre la jambe).
  • Troubles gastro-intestinaux
  • Complications de la maladie 

    Lésions rencontrées chez l'alcoolique:

  • Cirrhose
  • Atteinte du système nerveux périphérique (l'ensemble du système nerveux sauf l'encéphale et la moelle épinière)
  • Lésions de l'encéphale (système nerveux compris à l'intérieur de la boîte crânienne)
  • Atteinte du système cardio-vasculaire (cœur et vaisseaux) s'accompagnant de troubles du rythme cardiaque. Les autres lésions cardiaques se traduisent par l'incapacité de la pompe cardiaque à effectuer son travail convenablement. Cela entraîne une cardiomégalie (augmentation de volume du cœur) et une insuffisance cardiaque congestive ainsi qu'une fibrose du myocarde (durcissement et diminution de la capacité de contraction du muscle cardiaque).
  • Gastrite (inflammation de l'estomac)
  • Atteinte du pancréas (pancréatite alcoolique)
  • Atteinte hépatique (la fonction du foie est compromise de façon irréversible). Elle se caractérise par une mauvaise utilisation du sucre absorbé et du sucre mis en réserve (glycogène) avec une tendance à l'hypoglycémie (chutes fréquentes du taux de sucre dans le sang) par incapacité à mobiliser le sucre de réserve dans le foie et les muscles. D'autre part, l'hypoglycémie s'accompagne le plus souvent d'une mauvaise alimentation.
  • Carence en vitamine B 1 (thiamine) à l'origine de lésions du système nerveux périphérique et du cerveau. Ce déficit en thiamine associé à l'abus d'alcool peut également être à l'origine d'une maladie cardiaque de l'alcoolique (béri-béri cardiaque).
  •  
  • Tolérance à l'alcool Certains individus, suite à l'absorption répétée de grandes quantités d'alcool, peuvent développer une tolérance aux effets de ce toxique. Progressivement, le système nerveux central et les cellules qui le composent s'habituent, s'adaptent aux quantités de plus en plus importantes d'alcool. C'est ainsi que l'on rencontre des alcoolémies (taux d'alcool dans le sang) très élevées (700 mg par dl). Ceci n'empêche pas les alcooliques de développer progressivement des lésions au niveau des organes (voir ci-dessus).

    Le sevrageL'arrêt de la consommation d'alcool entraîne des symptômes caractéristiques :Tension le matin au réveilTremblementsHallucinations visuelles : les hallucinations alcooliques surviennent lors d'un arrêt brutal après une consommation excessive prolongée d'alcool. Les hallucinations peuvent également être auditives (des voix semblent accuser l'alcoolique et le menacer). L'individu est terrifié non seulement par ses hallucinations mais également par ses rêves qui sont effrayants et intenses à la fois. Les hallucinations sont habituellement transitoires (passagères) et le retour à la normale s'effectue habituellement en 1 à 3 semaines. Néanmoins, des récidives sont possibles en cas de consommation de quantités importantes d'alcool.Troubles de la mémoireConvulsionsEpilepsieDelirium tremens Asthénie (fatigue très importante)TranspirationAugmentation des réflexes (gestes obtenus par le médecin qui frappe à l'aide de son marteau à réflexes au-dessous du genou par exemple, ce qui a pour effet d'étendre la jambe).Troubles gastro-intestinaux

    Aucun commentaire pour "Alcoolisme"

    Commentez l'article "Alcoolisme"

    Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.