Maladie de Parkinson : évolution

L'évolution de la maladie de Parkinson est inexorable. Elle va vers l'aggravation et se caractérise par une durée de survie allant de 10 à 15 ans. Cette survie est plus longue chez le patient jeune, que chez le patient âgé. L'évolution se fait dans quelques pourcentages de cas vers la démence (altération irréversible grave du psychisme et des facultés mentales), sur cinq ans environ. Elle commence par de petits tremblements au repos, puis progressivement le malade évolue vers un état grabataire qui l’oblige à garder le lit.

Les problèmes infectieux et cutanés viennent émailler cette évolution, associant des troubles de l’élocution et de la déglutition, qui devient de plus en plus difficile.

Insidieusement, une dépression s’installe, accompagnée de troubles de la mémoire, de confusion, et de démence (avec perte de mémoire). Ces manifestations psychologiques, sont susceptibles d'être associées à des épisodes de délire (de persécution), et de confusion qui nécessitent un placement. Ce type de symptômes psychiatriques touche environ 10 à 15 % des parkinsoniens. Habituellement, leur évolution est prise en charge par un traitement à base de neuroleptiques (psychotropes). Malheureusement, les neuroleptiques aggravants le syndrome parkinsonien, le traitement de ces manifestations psychotiques est difficile dans ce cas.
Il est toutefois possible de proposer une évolution en fonction de la réponse au traitement par la dopamine. Le professeur Pierre Pollack, professeur de neurologie ou CHU de Grenoble, individualise trois groupes de patients dans ce cas :

  • Pour le premier groupe, soit environ 15 % des patients, le traitement par dopamine n'aboutit à aucun effet favorable. On constate même que chez ce type de patient, la maladie s'aggrave relativement rapidement. Ces patients se caractérisent par l'apparition de signes des deux côtés du corps de manière symétrique, alors que le tremblement habituellement présent chez les patients parkinsoniens classiques est absent.
  • Le deuxième groupe, toujours selon le professeur Pollack, est composé également de 15 % des patients, et se caractérise par une réponse à la dopathérapie spectaculaire. La guérison semble surgir comme par enchantement, mais cache l'apparition de complications concernant la motricité, complications survenant plus rapidement et liées au traitement par la dopamine.
  • Le troisième groupe représentant environ 70 % des patients se situe entre les deux précédents. Pour ces patients, le traitement par dopamine est relativement efficace, mais les patients développent des effets secondaires que l'on appelle dopa-dépendants et qui sont :
    • Des troubles intellectuels.
    • Des difficultés à parler.
    • Un déséquilibre.
    • Une hypotension orthostatique (qui rappelons-le est une chute de la tension artérielle quand le patient passe de la position allongée à la position assise ou debout) et des problèmes urinaires.
  • Parmi ces patients, ceux pour qui le tremblement est le symptôme prépondérant, l'évolution de la maladie semble plus bénigne. Les autres patients faisant partie de ce groupe, présentent ce que les neurologues appellent une forme akinéto-rigide, c'est-à-dire que leurs symptômes sont avant tout une rigidité et des difficultés à effectuer les mouvements. Ces patients semblent avoir une évolution moins favorable que les autres.

Les complications sont essentiellement :

  • La survenue d'escarres et de pneumonies dues au mauvais fonctionnement du système neurovégétatif entre autres (dysrégulation neurovégétative).
  • Les modifications psychiques, qui sont généralement le résultat du traitement, aboutissent à une dépression et à un isolement social.
  • A un stade avancé, les confusions mentales et la démence, qui ne surviennent que rarement, aggravent cette situation sociale.
Introduction: 
<p>La maladie de Parkinson est&nbsp;une affection neurod&eacute;g&eacute;n&eacute;rative chronique, lentement &eacute;volutive,&nbsp;d&#39;origine le plus souvent inconnue.&nbsp;<span>De fa&ccedil;on g&eacute;n&eacute;rale, l&#39;&eacute;volution&nbsp;</span><span>naturelle de la maladie de&nbsp;</span><span>Parkinson</span><span>, qui s&#39;est nettement am&eacute;lior&eacute;e depuis le traitement par&nbsp;</span>dopath&eacute;rapie<span>&nbsp;(utilisation de la&nbsp;</span>dopamine<span>&nbsp;ou &eacute;quivalent comme m&eacute;dicament), </span><span>se fait tr&egrave;s lentement.</span></p>

Aucun commentaire pour "Maladie de Parkinson : évolution"

Commentez l'article "Maladie de Parkinson : évolution"

Exprimez vous !