Comprendre la douleur

On pourrait, légitimement, imaginer que la douleur n'a pas sa place au sein de l'organisme. Cette sensation parfois insupportable assure pourtant une fonction de signal d'alarme. Elle informe le corps de quelque chose qui ne fonctionne pas, qui ne va pas bien, d'un désordre susceptiblede lui porter préjudice.

En réalité ce n'est pas une douleur mais plusieurs variété de douleur, selon plusieurs critères, qui existent au sein de l'organisme. En effet, selon la durée, le mécanisme, l'évolution, la localisation, l'intensité, l'origine, on classera une douleur. D'autre part la souffrance entraîne des répercussions psychologiques et physiques parfois même sociales, comme c'est le cas pour la fibromyalgie par exemple, dont il faut tenir compte.

Un élément important, caractérisant la douleur, est sa durée d'évolution. Ainsi, une douleur qui s'étale sur plusieurs mois (dépassant trois mois) n'a rien à voir avec une douleur de quelques heures, voire de quelques jours ne dépassant pas trois mois. La douleur que l'on considère comme un signal d'alarme est susceptible de se transformer en maladie douloureuse, plus précisément en syndrome douloureux, constituant ce que l'on appelle la douleur maladie ayant sur le patient une répercussion psychologique, sociale et physique, plus précisément organique, énorme.

La liste des douleurs est très longue. Nous allons cité les plus fréquentes et la terminologie médicale qui les caractérise.

  • La douleur neurogène est une douleur liée à une atteinte d'un nerf, atteinte réelle par amputation de celui-ci comme cela survient par exemple au cours du membre fantôme. Le zona et les lésions des nerfs périphériques, la paraplégie sont des douleurs neurogenes. Les douleurs neurogenes résultent d'une lésion nerveuse responsables d'un dysfonctionnement c'est-à-dire d'un mauvais fonctionnement dans la transmission et le contrôle du message douloureux.
  • La douleur psychogène appelée également douleur fonctionnelle est une douleur pour laquelle il est impossible de mettre en évidence de façon formelle une cause organique c'est-à-dire une véritable lésion d'une partie de l'organisme. Par exemple la contraction musculaire, les maux de tête, la migraine, les céphalées sont des douleurs psychogènes. Les douleurs psychogènes ont pour caractéristique principale de ne s'accompagner d'aucune modification biologique (analyse de sang etc.) ni radiologique.
  • La fibromyalgie quant à elle, possède une place à part. En effet, cette affection pourrait éventuellement appartenir aux douleurs psychogènes. Néanmoins il semble que les patients fibromyalgiques synthétisent, à l'intérieur de leur cerveau et plus précisément dans certaines zones de celui-ci en particulier l'insula, de fortes doses de substance appelée glutamate. La substance P est également anormalement présente au sein du système nerveux central des patients fibromyalgiques.

Aucun commentaire pour "Comprendre la douleur"

Commentez l'article "Comprendre la douleur"

Exprimez vous !