Asthénie : le diagnostic

La démarche diagnostique passe avant tout par l'élimination de ce qui n'est pas une fatigue.

Le médecin qui reçoit un patient qui souffre de fatigue va avant tout se poser la question de la réalité de ce symptôme (en effet, il arrive que certains patients cherchent à obtenir, pour convenances personnelles, un arrêt de travail).

Toujours dans le cadre diagnostique, il est également nécessaire de ne pas commettre la confusion que fait le patient qui appelle généralement fatigue tout état corporel anormal, parce qu'il n'arrive pas à verbaliser correctement, et spontanément, les sensations qu'il ressent. Par exemple, il ne faut pas confondre une difficulté respiratoire (dyspnée), une somnolence, des vertiges ou un épisode de déprime, avec une fatigue.

L'interrogatoire est particulièrement important pour poser le diagnostic d'asthénie. Il va permet de préciser, en dehors des conditions de vie du patient, les caractéristiques de la fatigue. Le médecin devra s'enquérir du type d'asthénie, de son horaire, des autres symptômes qui l'accompagnent et surtout de son évolution.

Les autres symptômes susceptibles de survenir durant l'asthénie, sont généralement les troubles du sommeil, et les douleurs. Cependant, les asthénies somatiques entraînent peu de troubles du sommeil, alors que les asthénies psychiques, sont le plus souvent accompagnées d'insomnie ou de non-récupération durant la nuit, ceci étant sans doute lié à l'anxiété, voire à une dépression.

On ne peut parler de troubles du sommeil sans parler des apnées du sommeil. Les symptômes du syndrome d'apnée du sommeil doivent être recherchés systématiquement. Ainsi, un individu ayant l'impression d'avoir toujours besoin de dormir pendant la journée, et dont la conjointe ou le conjoint déclare l'entendre ronfler la nuit a de fortes chances de souffrir d'apnée du sommeil.

Le plus souvent, la première question posée par le médecin sera “ cette fatigue est-elle survenue à la suite d'un effort?”, puis ”est-ce que le repos a permis de récupérer de cette fatigue, ou au contraire est-ce que le repos a semblé aggraver la fatigue ?”.

Les réponses à ces questions permettent de différencier la fatigue de l'asthénie. Ainsi, l'asthénie correspond à une absence de réversibilité malgré le repos, autrement dit le repos ne soulage pas de l'asthénie (sauf les asthénies somatiques qui peuvent être légèrement améliorées par le repos). Dans les asthénies psychiques, le repos aggrave le plus souvent l'asthénie. On parle de syndrome de fatigue ou d'asthénie si le patient en souffre depuis au moins six mois.

Introduction: 
<p>L&#39;asth&eacute;nie est un terme souvent utilis&eacute; pour exprimer une&nbsp;fatigue&nbsp;physique.</p> <p><span style="font-size: 13px; line-height: 1.6em;">La difficult&eacute; en terme de fatigue ou d&#39;asth&eacute;nie, est de porter un diagnostic. Bien entendu, chacun peut d&eacute;finir la fatigue de mani&egrave;re habituelle, comme &eacute;tant une sensation qui r&eacute;sulte d&#39;un travail excessif, d&rsquo;un effort, ou d&#39;une maladie. </span></p> <p><span style="font-size: 13px; line-height: 1.6em;">Mais il s&#39;agit l&agrave; plut&ocirc;t de lassitude que de fatigue. Celle-ci survient le plus souvent &agrave; la suite d&#39;une journ&eacute;e de travail trop dense ou trop intense, &agrave; la suite d&#39;un effort physique tel qu&#39;un long moment de jardinage sans pause de repos, ou encore d&#39;une pratique sportive, telle qu&#39;une longue marche par exemple.</span></p>

Aucun commentaire pour "Asthénie : le diagnostic"

Commentez l'article "Asthénie : le diagnostic"

Exprimez vous !