AMIODARONE MSD 200 mg

AMIODARONE MSD 200 mgAmiodarone chlorhydrate sous forme de comprimés sécables à 200 mg.Action
L'amiodarone est un antiarythmique qui appartient à la classe 3 de Vaughan-Williams. Son effet bradycardisant (permettant de diminuer la fréquence du rythme cardiaque) et dépresseur (diminuant la tension artérielle) s'effectue sur la conduction de l'influx cardiaque (ordre d'origine nerveuse donné aux ventricules et aux oreillettes pour se contracter). L'amiodarone possède également la capacité de diminuer la consommation d'oxygène secondairement à la baisse légère des résistances périphériques (amélioration du passage du sang) et à la diminution de la fréquence cardiaque.
L'effet pharmacologique dure environ une semaine après la prise médicamenteuse.

Indications
· Troubles du rythme cardiaque
· Angine de poitrine

Contre-indications
· Bradycardie sinusale et bloc sino-auriculaire
· Dysthyroïdie
· Bloc auriculo-ventriculaire
· Hypotension artérielle (voie injectable)
· Grossesse
· Certaines associations médicamenteuses

Posologie
600 mg par jour pendant 1 semaine à 10 jours, puis 400 mg par jour (fenêtre thérapeutique de 2 jours par kg
Le traitement préventif fait appel au traitement par perfusion intraveineuse à raison de 450 mg à 1200 mg par jour en effectuant un relais par voie orale dés le premiers jours de la perfusion.

Effets indésirables
· Photosensibilisation et pigmentation
· Dépôts au niveau de la cornée avec ou sans halo coloré. Cette anomalie oculaire est réversible dès l'arrêt du traitement.
· Dérèglements thyroïdiens (hypo ou hyperthyroïdie)
· Tremblements
· Pneumopathie interstitielle diffuse
· Polyradiculonévrite
· Augmentation modérée des transaminases (enzymes du foie)

En cas d'administration intraveineuse : sueur, troubles digestifs à type de nausées essentiellement, bouffées de chaleur.Sous perfusion : risque de phlébite superficielle ou d'inflammation veineuse.

Précautions d'emploi
L'administration minimale efficace se fait sous surveillance des patients, particulièrement chez ceux présentant des antécédents de dysthyroïdie personnelle ou familiale.
L'exposition au soleil et aux rayons ultraviolets est déconseillée.
Il est nécessaire d'effectuer une surveillance particulière chez les patients âgés. En effet, il existe un risque plus important de bradycardie.
En cas de baisse de tension artérielle, surtout pour la forme injectable, il faut surveiller la fonction respiratoire car il existe un risque de survenue d'insuffisance respiratoire sévère, chez les patients atteints de myocardiopathie et chez ceux présentant une insuffisance cardiaque grave.
La voie intraveineuse directe doit est utilisée uniquement en cas d'urgence et sous surveillance monitoring dans un service de réanimation en cardiologie.

Grossesse et allaitement
En cas de grossesse, ce médicament est contre-indiqué à partir du 2ème trimestre de la grossesse. En effet, il existe un risque d'anomalies de la glande thyroïde chez le nouveau-né.
Ce médicament passe dans le lait maternel, il est donc contre-indiqué pendant l'allaitement.

Associations médicamenteuses à surveiller
· Bépridil
· Sotalol
· Disopyramide
· Pentamidine
· Sultopride
· Quinidiques
· Érythromycine intraveineuse
· Halofantrine
· Bêtabloquants
· Laxatifs stimulants
· Hypokaliémiants
· Phénytoïne
· Anticoagulants oraux
· Amphotéricine B
· Digitaliques

Remarques
L'accumulation d'amiodarone dans la cornée peut éventuellement être à l'origine d'un dépôt susceptible d'entraîner des troubles visuels. Il s'agit de halo coloré en lumière vive et de brouillard visuel. Ces troubles disparaissent généralement complètement à l'arrêt du traitement.
Il peut survenir chez certains patients des anomalies du fonctionnement de la glande thyroïde, une inflammation du foie, une altération des poumons. C'est la raison pour laquelle le dosage des transaminases grâce à une prise de sang et éventuellement une radiographie des poumons sont nécessaires pour dépister ces anomalies.

Exprimez vous !