Portrait de - rooby -
J'aime 0

L'alcoolisme n'est pas une question de quantité, mais "d'avoir besoin de". La personne qui se vide deux bouteille de Vodka par an, une première fois pour son anniversaire et la seconde fois à la sainte-barbe, n'est très certainement pas un alcoolique. Par contre, la personne qui ne peut pas se passer d'un seul petit verre d'alcool le soir, l'est peut être. Il ne s'agit pas d'une quantité, mais d'un type de rapport au produit.

Portrait de Jide29
J'aime 0

Je suis assez d'accord avec Rooby, du moment ou il y a "besoin" même si c'est juste un petit verre, on parle de dependance et donc d'addiction... la quantité n'a rien avoir avec le fait d'etre dependant, mais viens apres; quand le seuil de satieté a été atteint, on augmente la dose pour retrouver les effets...

en esperant avoir répondu a votre question...

Jide...

Portrait de alesis36
J'aime 0

J'étais consommateur d'alcool de 1984 à 2006....!!!Je suis donc passé par différentes phases et différentes cures. Il y a bien eu addiction et toxicomanie. On a beau se voiler la face; les médecins et infirmiers étaient là pour vous rappeler la vérité et la réalité des choses. L'alcoolisme est un des fléaux de la société qu'il est presque impossible de combattre car les bouteilles sont en vente libre. Seuls l'isolement, les traitements peuvent apporter un bénéfice palpable pour une durée très courte ...2 à 3 semaines. Après, le malade devra se faire accompagner d'une manière judicieuse et recherchée : la famille, le médecin traitant et les amis (les bons amis, cette fois!!!) .

Participez au sujet "mon père qui boit...un peu?"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.