Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonsoir,
Mon médecin de travail pense que la fibro est d'ordre psychologique mais elle (c'est une femme) m'a quand même soutenu pour le mi-temps thérapeutique et a tout fait pour que je ne sois pas renvoyée (mes chers et tendres collègues ont mis la pression à mon chef de service pour qu'on me mette à la porte, sans compter le harcélement moral que je subis depuis juillet 2004 suite à mes arrêts maladies répétitifs).
Il faut savoir que toutes les entreprises n'acceptent pas le mi-temps thérapeutique, la mienne l'a accepté mais pas très longtemps sous la pression incéssante de mes collègue et chef de service, pour mon médecin traitant, il était hors de question que je reprenne le boulot à temps plein, donc m'a mis en arrêt maladie.
Comme j'ai été déclaré comme travailleur handicapé par la COTOREP, et en invalidité catégorie I par la sécurité sociale (mais pas uniquement pour la fibro.), mon médecin de travail s'est appuyé là-dessus en disant que l'entreprise était obligée d'avoir un certain % de travailleurs handicapés, ils m'ont gardé dans mon service car elle m'a déclaré apte à travailler en mi-temps uniquement dans mon service (je suis analyste-programmeur).
Je suis adhérente dans une asociation et grâce à leurs documentations, mon médecin traitant a appris beaucoup de choses. Je ne l'ai jamais entendu me dire que c'était psychosomatique et ça, c'est génial pour le malade.
Mes maladies fatiguent énormément et il m'est arrivé de m'endormir dans son cabinet à peine assise sur la chaise, il est très à l'écoute et à constaté par lui-même que je ne pourrais plus travailler. Donc il continue à me mettre en arrêt, d'autant plus que le médecin conseil de la sécurité sociale qui m'avait convoqué a précisé dans le courrier que mes arrêts étaient justifiés.
Si votre médecin traitant ne veut pas continuer vos arrêts, reprennez contact avec votre rhumatologue en lui expliquant vos problèmes et s'il estime que votre état de santé le nécessite, je crois qu'il est apte à vous faire des arrêts maladie ou pourquoi pas un courrier à votre médecin traitant pour lui expliquer la situation.
Au début, tous les spécialistes ont, dans leur compte-rendu, parlé du fait qu'il m'était impossible physiquement de reprendre un travail à temps complet. Je pense que tous ces courriers ont fait basculé en ma faveur la décision du médecin de la sécurité sociale. Au centre anti-douleur, le médecin ne comprenais pas que je puisse continuer à travailler même à mi-temps, mais je lui avais expliqué à l'époque que je ne voulais pas me couper du reste du monde. Mais aujourd'hui, vu les difficultés que je rencontre, il me serait impossible de retravailler.
J'ai déjà entendu dire que le fait de tenir un petit carnet où on note tout était utile surtout pour le médecin du centre anti-douleurs. Mais personnellement je ne le fais pas car j'ai énormément de difficulté à tenir un stylo en main et si j'y arrive, je suis illisible.
Si je fais des achats et que la carte n'est pas acceptée, il m'arrive fréquement de faire remplir les chèques par une tierce personne et de pouvoir à peine le signer. Il m'est plus facile de pianoter au clavier même si cela me provoque des douleurs, mais au moins on arrive à me lire !
Si vous ne faites pas encore partie d'une association, pensez-y c'est un réel soutient et une très bonne source d'informations.

Ah oui j'oubliais, logiquement l'employé est protégé pendant un certain temps, cela dépend de la convention, il faut vous renseigner auprés de l'inspection du travail. En ce qui me concerne, c'est 1 an, avant ils n'ont pas le droit de me licencier et tant que vous êtes en arrêt le licenciement est interdit. A savoir également que l'employeur est obligé d'envoyer un certain nombre de lettre recommandée annoncant ses intentions de licenciement. Le mien n'a pas attendu longtemps pour m'envoyer la 1ère lettre, mais je pense que mon médecin de travail a dû y remettre une couche car elle sait qu'une demande en catégorie II est en cours auprès de la sécurité sociale (donc il ne me sera plus possible de travailler).
J'espère vous avoir aider de par mon expérience et mes réponses
Bon courage
Guylaine

Portrait de smar
J'aime 0

Bonsoir et merci pour ces informations qui me redonnent un peu d'espoir.
Je pense que comme vous le dites je vais reprendre contact avec mon rhumato qui m'avait fait mes deux précédents arrêts de travail.
Pour celui là c'est mon généraliste qu'il me l'a fait car je ne suis sensée retourner voir le rhumato que dans 1 mois et demi, lorsque le traitement sera en place (je prends des doses progressives de (LAROXYL), mais bon de toute façon je ne constate aucune amélioration et au contraire pas mal d'effets secondaires qui ajoutent aux douleurs!!!
Pour mon entreprise je ne me fais de souci pour le mi-temps thérapeutique qui est fréquement pratiqué (c'est plutôt l'agrément de la sécu qui m'inquiètes),je songe plutôt à faire la demande pour un autre poste moins contraignant et plus adapté à mon état.
Quoi qu'il en soit par la suite, pour l'instant de toute façon je ne suis pas capable de reprendre une activité pour l'instant et j'espère que les médecins le comprendront, mais c'est vrai que mon généraliste s'il comprend bien la maladie (du moins c'est ce que j'ai ressenti) n'est pas un adepte des arrêts médicaux, mais bon il ne s'agit pas d'un rhume non plus!! peut-être que je stresse un peu trop à ce sujet.
En ce qui concerne la médecine du travail, savez vous si lorsque je devrais y aller, il faut que mon généraliste rédige un compte rendu de mon état? et qui fais la demande de mi-temps, le généraliste ou le médecin du travail?
Une dernière question qui concerne les centres anti-douleurs, je lis pas mal de choses sur le site, mais je me demande qui nous dirige sur ces centres, puis-je prendre contact de moi-même, ou est-ce que je dois y être dirigé par le généraliste ou le rhumato?
Merci encore pour vos réponses, je vous souhaites le plus agréable WE possible.
Bien cordialement et bon courage a vous également
Marine

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour Marine,

Pour le centre anti-douleurs, et vu la nouvelle loi de la sécurité sociale, mieux vaut avoir une lettre de votre médecin traitant. Mais comme il s'agit d'un suivi pour une même maladie, je crois que pour être remboursé correctement, votre rhumatologue a également le droit de vous faire la lettre. Mais je préfèrerais avoir la confirmation du Dr MARTZOLFF pour être sûre que je ne dise pas de bétisse.

Après avoir cette lettre, il faut prendre rdv au centre, le délai d'attente, malheureusement peut être assez long.
Je sais que dans le centre anti-douleur, il y a 2 sortes de consultations, une qui est 'privée' donc payante, et l'autre où on n'avance pas d'argent. Cela dépendait du jour de la consultation. Malheureusement pour moi, tous les jours où on n'avancait pas l'argent je travaillais et comme mon chef m'interdisait de prendre des rdv pendant mes heures de travail (sauf quand je ne lui laissais pas le choix et s'il ne me donnait pas les heures médecins auxquelles tout le personnel avait le droit, y compris les personnes en mi-temps, mon médecin me faisait un arrêt de travail pour que je puisse m'y rendre), mais le médecin s'est montré super sympas car je leur avais expliqué que j'étais en invalidité (donc perte de revenu) et que je n'arrivais plus à avancer tous les frais médicaux. Il en ait de même avec mon médecin traitant qui me pratique le tiers-payant pour les mêmes raisons.

E ce qui concerne le mi-temps thérapeutique, comme c'est mon médecin traitant qui me faisait les arrêts maladie, il écrivait en gros et en travers de la feuille 'MI-TEMPS THERAPEUTIQUE'. Je me souviens qu'avant d'être en mi-temps, j'avais essayé de reprendre à temps plein, et n'y pouvant plus, j'étais allée voir le médecin du travail pour voir si elle m'appuyerait dans ma demande (elle était d'accord). Je crois que par moi-même j'avais apporté des comptes-rendu des spécialistes où justement ils disaient que j'étais dans l'impossibilité de travailler à temps complet. Le médecin de travail a téléphoné à mon médecin traitant pour discuter de mon état et ils ont pris la décision ensemble. Ensuite, je ne me souviens plus vraiment, je crois que j'ai immédiatement commencé le mi-temps et ensuite j'ai été convoquée par le médecin conseil de la sécurité sociale qui par chance a validé mon mi-temps.

D'un autre côté, à chaque hospitalisation, je fais une demande complète du rapport de l'hospitalisation que je fais envoyé à mon médecin traitant (là c'est gratuit, sinon on paye l'envoi en recommandé + chaque photocopie du rapport !), ainsi il ne reçoit pas uniquement les comptes-rendu mais également tout le détail des prises de sang et des examens subits. Ensuite, il me les donne, je fais des photocopies de tous les documents (par chance, j'ai un scanner à la maison) et lorsque je retourne le voir, je lui rapporte les originaux. Donc à chaque fois que je vais voir un spécialiste, j'apporte mon dossier médical complet aisni je n'ai pas à subir 3 fois le même examen (sauf si le spécialiste veut voir l'évolution de mes maladies), ainsi c'est moins fatiguant pour moi et ensuite je me dis que c'est ma façon de contribuer un peu à remonter le trou de la sécurité sociale (déjà qu'avec tous les médoc. que je prends ça coûte cher, donc si je peux éviter des frais supplémentaires....).
J'ai fait un document sur l'ordi. où je note également tous les médicaments que je prends, toutes les allergies, tous les antécédents (les miens et ceux de mes proches)... c'est en quelque sorte un mini carnet de santé mais avec l'essentiel uniquement. Je le mets à jour régulièrement et ainsi avant d'aller voir un spécialiste, je lui imprime un exemplaire et il le met dans mon dossier.
En général, ils sont ravis car ca leur évite de tout écrire.

A j'allais oublié, le médecin de travail est également soumis au secret médical, donc tous les résultats que vous lui montrerez, tout ce que vous lui direz, rien ne devra sortir de son cabinet.

Bonne journée
Guylaine

Participez au sujet "Fibro Et Reprise Du Travail"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.