Portrait de Jicroi
J'aime 0

bonjour,
j'espère qu'au moment où je vous écris, votre amie a prit soin de parler de ses douleurs à son oncologue. Il ne s'agit pas de s'alarmer, mais les douleurs sont un signe clinique qui déclenche des investigations plus poussées. Le risque est que votre amie soit dans le déni de sa maladie donc dans l'absence de soin. Vous précisez qu'elle n'a que vous. Alors bon courage, il me semble important que vous gagniez rapidement sa confiance pour la convaincre de consulter à nouveau. Si vous vous sentez suffisamment de force, vous pouvez lui proposer d'être ce qu'on appelle sa personne de confiance. Pour cela, elle doit vous désigner à son médecin comme personne autorisée à participer aux entretiens et prise de décission. En tout cas, c'est ainsi qu'on m'a proposé de fonctionner dans mon hopital.
Je me dis que , peut être, si elle vous en parle, c'est qu'elle attend quelquechose de vous qu'elle ne peut ou ne sait demander. Ce n'est qu'une hypothèse . Si vos approches ne fonctionnent pas, Vous pouvez appeler son médécin qui ne vous dira bien sûr rien d'elle mais qui pourra entendre vos craintes et peut être vous aider.
Bon courage à toutes les deux et n'hésites pas à m'écrire si tu as envie de parler.

Participez au sujet "Sarcome"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Sarcome"