Portrait de Manon Vulgaris
J'aime 0

Bonjour,

Vous semblez présenter un phimosis. Avez-vous lu notre article en rapport avec cela ? (http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/phimosis
Si c'est vraiment serré, il faudra peut-être consulter un urologue via votre médecin traitant.
N'hésitez pas à nous tenir au courant ! :)

Portrait de mrdubasket25
J'aime 0

bonjour/bonsoir

J'aurais une simple questions à vous posez, quand je suis détendu j'arrive parfaitement à me décalotter le gland mais quand je suis en erection je n'y arrive pas est ce normal ?

Portrait de Pépita06
J'aime 0

mrdubasket25,

Ne pratiquez pas de pénétrations * avec vos partenaires avant d'avoir amélioré votre situation.

Et suivez les conseils judicieux de ManonVulgaris.

Bon courage.

* qu'elle soit vaginale ou anale. Toutefois votre partenaire peut vous feller sans problème.

Mlle Pépita.

Portrait de Pépita06
J'aime 0

s0ne,

Il n'est pas nécessaire de décalotter votre gland avant de pénétrer votre copine pour obtenir un rapport satisfaisant.

Car en général au passage du cloaque vaginal votre fourreau préputial coulisse le long de votre gland et de votre verge, tandis que votre sexe pénètre dans le vagin.

D'autant plus sûrement , si le vagin enchâsse avec vigueur votre membre par sa relative étroitesse et/ou par la sécheresse de sa paroi.

L'anneau formé par votre prépuce vient alors se loger, à la manière d'un col roulé, dans le sillon situé entre la hampe (le corps de votre pénis) et la collerette du gland.

Dans votre cas, selon les quelques précisions contenues dans votre message deux problèmes peuvent apparaître:

(1) il semble que vous ayez quelque difficulté à décalotter votre gland, voire à ne pas y arriver surtout si votre sexe est en érection.

Si c'est effectivement le cas, N'ENTREPRENEZ PAS UNE PÉNÉTRATION avant de vous assurer que votre prépuce soit suffisamment souple pour être en capacité de se dilater pour former un diamètre intérieur équivalent à celui correspondant au diamètre extérieur de votre gland en sa partie la plus épaisse et en érection.

Vous risqueriez un paraphimosis qui devrait être traité en urgence médicale. C'est-à-dire que votre couronne préputiale pourrait rester bloquée derrière votre gland qui devient alors violet et très douloureux.

Pour assouplir votre prépuce dans un premier temps sollicitez votre copine pour qu'elle vous fasse des massages en utilisant un gel hydratant qu'on trouve facilement en demandant à votre pharmacien. En massant et en refoulant graduellement votre prépuce par pression en remontant le cône de ton gland peu à peu vers la hampe.

Elle devra vous prodiguer ces soins au moins 2 fois par jour pendant 1 mois. Finir chaque séance par un lavage au savon type savon de Marseille et un massage de votre sexe avec une crème hydratante. Préférez les slips en coton.

Surtout soyez patient persévérant et veillez à ne pas traumatiser la chair de votre prépuce car vous pouvez créer une fibrose irréversible.

(2) par ailleurs il est possible que vous ne puissiez pas décalotter votre gland du fait de la présence d'adhérences précisément entre votre gland et votre prépuce principalement au niveau du frein situé sur la face de votre gland visible lorsque vous placez votre verge verticalement sur votre nombril.

Si votre orifice est de petit diamètre, vous pouvez demander à votre copine de vérifier si de fines membranes relient effectivement votre gland à son fourreau.

C'est facile, j' avais pris l'habitude d' examiner mes copains à ce niveau à chaque début de relation en décalottant à chaque fois.
Il est indispensable que vous ne soyez pas en érection.

Votre copine essaiera d'écarter doucement la peau ou introduira un doigt puis deux en les glissant sous le prépuce et en faisant le tour du gland les ongles coupés et en utilisant de l'eau et du savon de Marseille. Elle peut appliquer au préalable un gel naturel vendu en pharmacie à base de clou de Girofle qui va gomme la douleur.

Fais confiance en ta copine, elle fera attention à ne pas distendre brutalement ton prépuce et la peau du gland est très sensible et peut saigner si les adhérences s'en détachent. Dans ce cas il faut tamponner avec une compresse stérile à renouveler jusqu'à parfaite cicatrisation. Utilisez un antiseptique sans alcool.

Vous devrez observer une stricte abstinence durant ce laps de temps.

Tenez-nous au courant de vos progrès s'il vous plaît. En cas de problème n'oubliez pas de consulter votre médecin.

Mlle Pépita.

Portrait de Julian24
J'aime 1

Bonjour,
J'ai 17 ans et demi.
Cela fait depuis plus de 6 mois que je suis avec ma copine. Nous avons fait la première étape, c'est-à-dire les préliminaires. Pour la plupart c'était assez satisfaisant car elle me masturbais mais lorsqu'elle me faisait une fellation c'était énormément douloureux sa me coupais tout...En fait j'arrive à me décalotter mais c'est énormément douloureux, surtout quand mon pénis se décalotte naturellement lorsque ma copine se frotte à moi. Mais quand je suis décalotté j'ai une sorte de col roulé sous le gland. C'est extrêmement douloureux et cette peau sous mon gland est plus grande en diamètre que celui-ci. Donc cela signifie que mon pénis ne reste pas décalotter lors de l'érection. Et la je ne vous explique pas la douleur lorsque ma copine se frotte à moi. On a ensuite essayé d'aller plus loin avec un préservatif, je pensais que sa allait tenir mon gland décalotter mais pas dutout lorsque je met le préservatif, je suis coupé. Je pense que je stresse pour les mouvements de vient et va et peur de la douleur. J'envisage d'aller voir un médecin mais vous savez c'est super gênant d'en parler à mes parents ou même à un docteur si ce n'est pas un véritable problème.
(PS: J'ai lu un grand nombre d'articles sur le web, traitant ce sujet. Je pense avoir un phimosis mais je n'en suis pas sûre. J'ai alors essayé de me décalotter le plus possible lors de la toilette pour assouplir mon prépuce. Ça a marché il est plus souple mais la douleur est toujours la... J'arrive cependant à me décalotté aussi au repos)
Merci d'avoir lus mon message.
Cordialement.
Julian

Portrait de Rhône2518
J'aime 1

Bonjour, j ai 15 ans et je n arrive pas a decaloter en érections que dois-je faire ?

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Rhône2518,

Tu fais bien de t'en préoccuper maintenant.
Il convient d'assouplir ton prépuce pour qu'il puisse supporter le passage de ton gland avec sa collerette à terme.

Prends une crème hydratante et hypoallergénique, mets une noisette de cette crème, et masse-toi le prépuce après chacune de tes douches quotidiennes en massant avec tes doigts, mieux entre l'index et le pouce et fais bien entrer cette crème aussi entre ton prépuce et ton gland.

Après quelques minutes de massages, faire des manœuvres de plus en plus amples en sortant ton gland de son fourreau de plus en plus loin mais sans jamais forcer.

En effet, tu pourrais blesser définitivement les tissus de ton prépuce et installer une vibrose qui dans ses suites serait problématique.

Fais cela plusieurs semaines sans jamais ressentir de douleur au niveau de ton prépuce, jusqu'à ce que le diamètre intérieur de ce dernier soit suffisant pour laisser passer entièrement ton gland et sa collerette en situation d'érection maximum.

Tu seras devenu un pré-adulte en mesure de pénétrer une femme.

Par la suite la masturbation et tes érections devraient entretenir la souplesse de tes tissus avant qu'une partenaire prenne le relais. Mais ça c'est une autre histoire...

Bonne application Rhône2518 !

Portrait de nom
J'aime 0

bonjour j'ai 18 et je n'ai pas de copine je ne peu ni aller à une pharmaci ou chez un médecin car j'habite beaucoup trop louin
bon je vait êtres sincert beaucoup de mes amies voudrait coucher avec moi mais je n'arrive jamais a me décalloter
que se soit sans êtres en éréction ou en éréction quand j'éssai de sortire mon gland il ne sort pas tout entier c'est grave ? ou juste il faut que je fasse des éxercice car sur d'autre site j'ai lu que des éxercice était possible

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Je vous déconseille d'entreprendre un rapport sexuel avant de connaître votre exacte situation.
En effet d'après ce que vous précisez, il se pourrait que vous ayez un phimosis.

Savez-vous s'il existe des adhérences entre votre prépuce et votre gland ?

Vous pouvez me faire parvenir un cliché joint à votre courriel sur mon adresse figurant sur mon profil.

Portrait de Rhône2518
J'aime 0

Répondre

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Rhône2518,

Je reviens vers toi sans attendre, car j'ai peut-être négligé un aspect des choses en rapport avec l'état actuel de ta verge.

Je souhaiterais en effet que tu puisses me confirmer ce que tu as indiqué dans ton message d'appel, à savoir que tu ne peux décalotter qu'en état d'érection.

Ce qui voudrait dire, que tu peux donc découvrir complètement ton gland lorsque ton sexe est en sommeil.

Peux-tu le confirmer ?

C'est important car nous pourrions, dans ce cas, écarter la possibilité que tu ais un phimosis.

Dans le cas contraire, il est évident que mes précédents conseils ne seraient plus adaptés à ta réelle situation.

A te lire.
PépitaO6

Portrait de titi2000
J'aime 0

bonjours moi aussi je sais pas si c normal mais jai un ptit probleme si quelqun peut maider ??

Portrait de HLdpi
J'aime 0

Salut à tous,

J'ai 15 ans et avc ma copine nous sommes prêt a aller plus loin , mais j'ai un problème mon gland ne se décalotte pas je suis obliger de le faire a la main en erection , cela ne me fait pas mal mais je sens que le prepus est tendu , mon penis a une circonférence de 15 cm je sais pas si sa vien de sa ? Est ce gros 15 cm a mon âge ?
Bonne journee a tous,

Portrait de Pépita06
J'aime 0

HLdpi,

Ton questionnement vient à point, et tu fais bien de poser les choses ici.

Ton prépuce ne coulisse pas tout seul lorsque ta verge se raidit. Et ton gland ne se libère pas de son fourreau.

Toutefois ton prépuce peut dépasser la collerette en arrière de ton gland en le repoussant à la main, geste toutefois superflus puisque lors d'un rapport c'est le méat du vagin qui opérera délicatement ce décalottage au fur et à mesure du passage de ton sexe.

Cette manœuvre est exécutée sans douleur mais tu ressens toutefois une tension importante au niveau de ton prépuce dans cette configuration.

Comme tu l'as pressentis, le diamètre de ton membre, et en particulier de ton gland sont déjà imposants et justifient à eux seuls la gène que tu décris.

En effet, un diamètre de 15 cm est nettement situé au-dessus de la moyenne, qui s'établit à 12 cm.

D'autant qu'à ton âge il est sûr que ta verge va encore se développer jusqu'à ta maturité.

Ton gland est particulièrement épais et en dehors du fait que tu devras te montrer prévenant vis à vis de ta partenaire au moment de l'intromission, il serait nécessaire d'assouplir les tissus de ton prépuce en procédant à des massages réalisés à l'aide d'une crème hydratante à base d'eau après chacune de tes douches autant que nécessaire.

Tu peux t'en procurer facilement en demandant à ta pharmacienne.

Faute de quoi tu t'exposes à une congestion de ton gland en érection, ainsi qu'à une fibrose de ton prépuce.

Voilà ce que je peux te conseiller afin de rendre tes rapports plus confortables.

N'hésite pas à nous faire part de l'évolution des choses, nous restons à ton écoute.

A+ PépitaO6

Portrait de Julian24
J'aime 0

Bonjour,
J'ai 17 ans et demi.
Cela fait depuis plus de 6 mois que je suis avec ma copine. Nous avons fait la première étape, c'est-à-dire les préliminaires. Pour la plupart c'était assez satisfaisant car elle me masturbais mais lorsqu'elle me faisait une fellation c'était énormément douloureux sa me coupais tout...En fait j'arrive à me décalotter mais c'est énormément douloureux, surtout quand mon pénis se décalotte naturellement lorsque ma copine se frotte à moi. Mais quand je suis décalotté j'ai une sorte de col roulé sous le gland. C'est extrêmement douloureux et cette peau sous mon gland est plus grande en diamètre que celui-ci. Donc cela signifie que mon pénis ne reste pas décalotter lors de l'érection. Et la je ne vous explique pas la douleur lorsque ma copine se frotte à moi. On a ensuite essayé d'aller plus loin avec un préservatif, je pensais que sa allait tenir mon gland décalotter mais pas dutout lorsque je met le préservatif, je suis coupé. Je pense que je stresse pour les mouvements de vient et va et peur de la douleur. J'envisage d'aller voir un médecin mais vous savez c'est super gênant d'en parler à mes parents ou même à un docteur si ce n'est pas un véritable problème.
(PS: J'ai lu un grand nombre d'articles sur le web, traitant ce sujet. Je pense avoir un phimosis mais je n'en suis pas sûre. J'ai alors essayé de me décalotter le plus possible lors de la toilette pour assouplir mon prépuce. Ça a marché il est plus souple mais la douleur est toujours la... J'arrive cependant à me décalotté aussi au repos)
Merci d'avoir lus mon message.
Cordialement.
Julian

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Julian,

Je voudrais vous poser une question simple: "avez-vous des adhérences reliant votre prépuce de votre gland ?"

Il semble que non, puisque vous dites pouvoir décalotter entièrement votre gland sans aucune douleur lorsque votre sexe dort.

Vérifiez bien ce premier point.

Maintenant vous êtes au pied du mur car vous vivez une relation amoureuse bien établie.

Ne prenez pas ce problème à la légère car en dépit de la douleur qui aurait déjà dû vous alerter, vous persistez à vouloir décalotter votre gland en érection alors que vous devriez au contraire éviter pour l'instant de vous trouver en situation de...

Je vous recommande de consulter un médecin de ville car vous ne devez pas continuer à dégrader les tissus de votre prépuce, sauf à y installer des fibroses tissulaires.

Dans votre intérêt commun, et sans attendre, assouplissez votre prépuce quotidiennement au sortir de votre douche journalière en utilisant une crème hydratante.

Et faites cela jusqu'à ce que vous puissiez décalotter SANS DOULEUR.

Votre partenaire peut vous y aider en vous massant elle-même en guise d'une sorte de préliminaires et en vous pratiquant des fellations qui vont contribuer aussi à cet assouplissement du prépuce.

Julian, restez confiant et faites le nécessaire.

Bien cordialement vôtre.
Pépita O6

Portrait de l'inconnu de 03
J'aime 0

Bonjour a tous et a toutes Ce forum m'as beaucoup aidé mais je me pose encore une question: Lors de la masturbation j'arrive pas a descendre en dessous du gland car je sens qu'il faut que je mette un peux de force et j'ose pas or je précise que je décalotte sans problème. Merci de votre réponse et bonne journée.

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Bonsoir l'inconnu de 03,

Sans doute que lorsque tu te masturbes ton sexe est en érection et qu'il est très dilaté surtout au niveau du gland.
Alors qu'au repos, tu peux décalotter bien plus facilement.
Lorsque tu vois ta verge avec de gros nerfs qui serpentent sur la hampe, tu ne devrais pas forcer pour dégager ton gland du prépuce.
En effet à ce moment-là ton érection est maximum et tu risques de déchirer les tissus de ton prépuce.

Je te conseille d'assouplir ton prépuce par des massage à l'aide d'une crème hydratante à base d'eau que tu peux garder après ta douche quotidienne.

Du reste, lorsque tu te masturbes, tu peux encore utiliser cette crème dans le même but.

Au bout de quelques semaines tu pourras sans doute décalotter ton gland sans aucune douleur et sans avoir à forcer le passage au-dessus de ta collerette.

N'hésite pas à nous faire part ici de tes progrès.

Pépita06

Portrait de metal demers
J'aime 0

salut je voudrait savoir si tu a déja vue un médecin pour cela et si j'ai bien compris tu as pas de probleme a décaloter ton prépuce quand ton pénis est au repos mais en érection ce n'est pas le cas ,es-ce que tu a expliquer cela au médecin et es-ce qu'il a vue le probleme justement quand le pénis est en érection parce que si il regarde le probleme avec le pénis au repos il ne peut pas voir le probleme je crois votre prépuce doit etre trop étroit et je croit que vous devez subir une petite intervention chirurgical vous pouvez etre atteint phimosis ces a dire le prepupe est trop serrer au niveaux du gland ,je vous conseil de vboir un urologue car cela pourrait vous aider a avoir une meilleur vie sexuel et éviter de souffrir toutes votre vie parce que j'imagine que ces douloureux

Portrait de Pépita06
J'aime 0

metal demers,

Je te déconseille la mutilation sexuelle en première intention car ton prépuce protège ton gland des agressions extérieures et assure dans la durée le maintien d'une peau fine et sensible de ton gland dans un milieu hydrométrique optimum grâce au fourreau prépucial.

A contrario, tu remarqueras que les verges circoncises présente des glands à la peau plus épaisse, marbrée et ridée.

Le confort et la beauté originale mérite qu'on les préservent autant que faire ce peut.

Je te conseille, dans un premier temps, de faire le point en consultant la page de l'encyclopédie Vulgaris-medical.com se rapportant au phimosis:

Portrait de Pépita06
J'aime 0

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/phimosis

Ensuite tu pourrais, le cas échéant, procéder à l'assouplissement de ton prépuce par massages avec un gel hydratant à base d'eau que ta pharmacienne pourra te conseiller.

A effectuer de préférence après ta douche quotidienne, pendant 10 minutes environ chaque jour et pendant tes masturbations de ton sexe. Tu exécuteras des manœuvres de plus en plus complètes du retrait de ton prépuce sans jamais forcer outre mesure, car sinon tu pourrais provoquer une fibrose des tissus de ton prépuce.

Au bout de quelques semaines tu pourras décalotter en toute sécurité sans douleur en pleine érection.

Ainsi tu seras prêt pour faire l'amour avec un préservatif.

Bon courage

Portrait de metal demers
J'aime 0

ouin mais moi j'ai souffert toutes ma vie avec un pénis non-circoncis ca devient irriter et rouge vif avec de enflure sur tout apres des mastubation donc ces pour cela que je conseil que la circonsion peut aider a avoir une vie sexuel plus agréable donc moi de souffrance a ce niveaux la

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Stéphane,

Pouvez-vous expliquer l'origine de vos souffrances avec votre pénis non-circoncis ?

Parce que si vous avez eu des irritations alors que vous avez encore votre pénis entier, vous pouvez imaginer ce que cela aurait pu donner avec un prépuce coupé.

Il semblerait que vous ayez martyrisé votre sexe par de trop violentes masturbations.

Je devine que vous pourriez être un célibataire endurci, n'est-ce pas ?

Mlle PépitaO6

Portrait de metal demers
J'aime 0

ces vrai que j'ai presque toujours été célibataire , mais ca change rien le fait avoir un prépuce irritable cause beaucoup de probleme entre autre des rougeur des irritations enflure la peau seche parfois tout ca a cause probablement parce que ca reste dans humidité en tout cas moi j'aurait préférer etre circoncie selon les dire de mes confrere de travail ceux qui sont circoncie semble ne pas avoir ces probleme la

Portrait de Pépita06
J'aime 0

Stéphane,

N' en croyez rien ,car votre partenaire aurait pu exercer une surveillance bénéfique sur votre sexe, ce qui aurait pu assurer un meilleur suivi de vos affections.

Une recherche plus pointue des causes possibles de vos soucis.
Qualité de vos sous-vêtements, entretien suivi de votre linge.
Choix vestimentaires, matière, coupe.

Si je peux me permettre un parallèle avec le cas de nous les femmes, je peux souligner qu'une femme vêtue d'un jean et qui porte des collants avec une petite culotte de coton a intérêt, rentrée chez elle de se défaire de sa petite culotte car elle risque une propagation de bactéries au niveau de sa vulve rien qu'à la suite du confinement de son sexe en zone humide et chaude.

Ces préoccupations associés à de possibles frottements sont prégnants aussi chez les hommes.

N'avez-vous pas encore pu déterminer l'origine des causes de vos rougeurs, irritations et gonflements ?

Bien cordialement.

Pages

Participez au sujet "Faut-il Décaloter pour la Pénétration?"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Faut-il Décaloter pour la Pénétration?"

  • Signifiant caresse en italien, la méthode Karezza est une méthode basée sur le contrôle de l'éjaculation au moment des rapports sexuels (voir la vidéo en 3D donner la vie). La méthode Karezza est inspirée de la philosophie bouddhistes (tao et tantrisme). 

    Le tao est le principe qui englobe de nombreuses notions, à l’origine de la vie et permettrait de réguler toutes choses dans l’Univers, pour les taoïstes.
    Le tantrisme quant à lui est un ensemble de doctrines et de rites provenant de l’hindouisme et qui a en partie influencé le bouddhisme et le jaïnisme. Les textes c'est-à-dire les tantras doivent en théorie permettre d’atteindre la conciliation du monde des phénomènes et du monde de l’absolu par l’utilisation totale des forces de l’esprit et du corps.

    La méthode Karezza est basée sur le coït interrompu. Il ne s'agit pas d'un moyen contraceptif mais en réalité d'une méthode décrite par J.W. Lloyd dans un livre publié en 1931 appelé Karezza method.

    Le but de cette méthode est d'arriver à obtenir une union parfaite entre l'homme et la femme à travers leur rapprochement sexuel. La finalité est de faire intervenir une énergie sexuelle masculine et féminine réciproque afin d'aboutir à un échange souverain, supérieur.

    Pour réussir cette méthode est il est absolument nécessaire d'obtenir une communion sensuelle et émotionnelle. Le paroxysme du plaisir sexuel, c'est-à-dire l'orgasme, n'a pas sa place dans la méthode Karezza. En effet, il ne doit pas survenir car constituant alors un accident de parcours d'après l'auteur lui-même, ceci sur le chemin de la spiritualité.

    Comme on peut imaginer cette méthode ne peut être pratiqué par n'importe quel individu c'est-à-dire sans préparation. Elle peut tout de même permettre l'enrichissement de la relation amoureuse et également d'aider à mettre en place certains éléments afin de contrôler l'éjaculation car faisant intervenir également la femme qui a donc un rôle important à jouer.

    Au final la méthode Karezza a pour but d'arriver à faire le distinguo (la distinction) entre le désir, le plaisir et l'aboutissement sexuel ainsi que l'orgasme, privilégiant de ce fait la communion sensuelle et le rapport physique entre l'homme et la femme et ceci au travers d'une communion parfaite.

  • Il existe des méthodes que l'on peut pratiquer seul qui ont pour but de s'autosuggestionner afin d'obtenir une relaxation parfois complète,durant la grossesse. Une d'entre elles porte le nom de son inventeur : la relaxation de Johannes Schultz. Voir autosuggestion.

    La relaxation de Johannes Schultz repose sur la relaxation par autosuggestion. Son principe est relativement simple. Il s'agit d'arriver, progressivement, à s'autosuggestionner afin d'obtenir une sensation de pesanteur et de chaleur. Ceci est obtenu à force de concentration aboutissant à une distanciation vis-à-vis des sensations venant de l'extérieur est susceptible de parasiter l'obtention de ces impressions très positivec.

    Le but de la méthode de Johannes Schultz est avant tout d'obtenir une détente maximale pouvant aller jusqu'à un aspect de sérénité totale avec sensation de pesanteur et impression de détente musculaire accompagnée de chaleur s'expliquant par une dilatation des vaisseaux sanguins c'est-à-dire un agrandissement (vasodilatation) du calibre de ceux-ci. Parallèlement la future parturiente doit ressentir sa peau se réchauffer. S'il était possible de mesurer l'augmentation de température cutanée on constaterait un gain de 2 degrés par rapport à la température habituelle.

    Pour obtenir une sensation de plénitude totale la méthode, qui nécessite l'assistance d'un praticien, donne d'excellents résultats après trois à quatre mois d'apprentissage.

    Voir également :
    Manque de concentration.

  • La surveillance de la qualité de l'allaitement repose avant tout sur la courbe de croissance (voir une courbe de croissance) et sur le bien-être du nourrisson.

    Ainsi, si le bébé est calme, détendu, a un bon sommeil, n'est pas agité, ne pleure pas et surtout si sa courbe de poids est régulièrement ascendante (c'est-à-dire s'il prend du poids : en moyenne de 25 à 30 g par jour durant les trois premiers mois), cela signifie qu'il n'y a pas de problème particulier. En ce qui concerne la prise de poids, une pesée une à deux fois par semaine est largement suffisante.

    Idéalement, le rythme des tétées doit être d'environ 6 à 7 / 24 heures, du moins au début. Ensuite, rapidement 5 tétées le jour, toutes les 4 heures (plus ou moins 1 heure) et 1 tétée la nuit, de manière à arriver si nécessaire à cinq tétées par jour et aucune la nuit vers 2 à 3 mois.

    La durée de la tétée n'excède pas généralement 10 minutes (pour un sein) et si besoin 20 minutes si la maman juge nécessaire de donner les deux seins. D'autre part, la pesée avant et après chaque tétée n'est pas indispensable parce que cela n'est pas vraiment le reflet exact de la quantité de lait avalée par le nourrisson ni d'ailleurs de sa qualité (pour laquelle une analyse chimique est inutile).

    Si toutefois on constate que l'allaitement est insuffisant et en particulier si le délai entre chaque tétée est inférieur à 3 heures, si l'on constate également une prise de poids insuffisante ou encore si l'enfant semble perturbé (pleurs fréquents par exemple), il est alors nécessaire de compléter l'allaitement par un lait adapté, généralement un lait hypoallergénique.

     

    Lire également :

    Allaitement (contre-indications)
    Sous-alimentation par l'allaitement au sein

  • Les morsures de lézards venimeux sont relativement rares. Elles concernent deux espèces de lézards venimeux :

    • Le monstre de Gila (heloderma suspectum).
    • H. Horridum.

    Le venin de ces lézards sont proches. Ils contiennent les substances suivantes : L-aminoacide oxidase, hyaluronidase, phospholipase, kallikréine, etc.

    Les blessures dues aux morsures de lézards se caractérisent par des douleurs importantes, un traumatisme des chairs (tissu mou) s'accompagnant d'un oedème autour de la morsure. À cela s'associe une cyanose c'est-à-dire une coloration bleue violette des tissus indiquant un déficit d'oxygénation à ce niveau et des ecchymoses (bleu).

    L'examen des morsures de lézards met quelquefois en évidence la présence de dents qui sont restées enfoncées dans la blessure.
    Certains patients présentent quelquefois une chute de tension artérielle (hypotension) associée ou pas à des vertiges, à une faiblesse et une diaphorèse c'est-à-dire une transpiration abondante.

    Prise en charge thérapeutique de la victime.
    Il est nécessaire, avant de transférer le patient à l'hôpital, d'effectuer quelque geste. Ces gestes sont identiques à ceux concernant les morsures de vipère. Parfois, quand le lézard continue à mordre le patient il est nécessaire d'écarter ses mâchoires pour pouvoir le libérer de son emprise.
    Initialement c'est-à-dire avant d'arriver à l'hôpital il faut transporter rapidement la victime vers un centre de soins intensifs que l'on aura prévenu dans la mesure du possible.

    Il est avant tout nécessaire et indispensable de ne pas brutaliser le patient de manière à ne pas distribuer le venin dans tout son corps. Pour résumer il faut tenter de ne pas aggraver davantage l'état de la victime.
    La succion c'est-à-dire l'aspiration du venin a longtemps été recommandée pour les morsures de serpents venimeux et de lézards venimeux. Elle est actuellement contre-indiquée parce que ceci n'a pas d'intérêt et risque de contaminer la bouche de celui qui effectue ce geste. L'inspiration par une méthode mécanique (aspivenin par exemple) semble également peu efficace étant donné le peu de quantité de venin qui est aspiré. Enfin l'utilisation de ce type d'appareil semble au final entraîner des lésions du tissu au niveau de la plaie, ne rendant pas ainsi service au patient.

    La pression qui va maintenir le venin de manière forcée au niveau de la morsure semble aggraver la nécrose c'est-à-dire la destruction des tissus (de la chaire).
    Bien entendu si la victime se trouve à une distance éloignée d'un centre médical qui va prendre en charge la morsure, il est quelquefois nécessaire d'envisager d'utiliser une bande ou un pansement compressif aboutissant généralement à une nécrose tissulaire supplémentaire au niveau de la morsure.

    L'utilisation d'un éventuel garrot qui arrête le flux artériel c'est-à-dire qui empêche le sang de passer dans les artères, n'est pas souhaitable.

    Il est nécessaire d'éviter de procéder à l'incision de la blessure ou à son refroidissement. Il en est de même de l'application de chocs électriques ou d'utilisation d'alcool localement ou par voie générale (le fait de faire boire de l'alcool au patient).

    En réalité le plus efficace est de mettre en place une attelle (pour maintenir la plaie immobile) et de maintenir celle-ci au niveau du coeur.
    Les antibiotiques ne sont pas systématiques mais la vaccination antitétanique est nécessaire.

    En centres de soins spécialisés, à l'hôpital, le patient subira des examens de laboratoire (numération, test de coagulation sanguine, dosage des électrolytes, groupe sanguin, compatibilité sanguine, analyses d'urine, électrocardiogramme) ceci quand la morsure n'apparaît pas banal.
    Des antalgiques sont quelquefois nécessaires en cas de souffrance. Il peut s'agir d'antalgiques classiques qui quand ils ne sont pas suffisants doivent laisser la place à des médicaments contenant des opiacés. Chez quelques patients il est également utiles de procéder à la mise en place de blocs locaux de nerfs.
    La blessure sera soigneusement nettoyée et l'on procédera à une irrigation de celle-ci dans la mesure du possible.
    La radiographie des tissus mous au niveau de la morsure permet quelquefois de mettre en évidence des morceaux dedent restés à l'intérieur de la blessure.
    Une nouvelle attelle est mise en place et la plaie positionnée au niveau du coeur.
    Chez quelques patients souffrant d'hypotension artérielle (chute de la tension artérielle), il est quelquefois nécessaire de procéder une perfusion dont la finalité est d'apporter du liquide à l'intérieur des vaisseaux faisant ainsi remonter la tension artérielle.

    En ce qui concerne le sérum antivenimeux il n'en existe pas dans le commerce.

    L'évolution de ce type de pathologie est rarement mortelle.

  • La conduite d'échec, appelée également névrose d'échec, est un comportement systématique de nature inconsciente de mise en faillite de ses propres désirs ce qui aboutit à des situations d'échec aussi bien dans la vie professionnelle que sociale. Autrement dit le patient souffrant de névrose d'échec accumule des échecs sociaux, affectifs comme des déboires sentimentaux, des difficultés sexuelles ou encore un isolement affectif, voire un rejet par les autres. Les échecs peuvent également survenir dans le domaine scolaire (échecs répétitifs à des examens).

    La conduite d'échec va quelquefois jusqu'à une intolérance totale au succès. Ceci survient chez des individus dont les projets sont normalement réalisables. Pour les psychanalyses et les psychiatres, la névrose d'échec ferait intervenir une importante culpabilité inconsciente d'un individu. Celui-ci pourrait vouloir se punir de ses désirs inconscients. Il pourrait s'agir d'un masochisme plus primaire renvoyant alors à un trouble plus profond de la personnalité.

    Pour certains spécialistes en psychiatrie et en psychologie la névrose d'échec est assimilé à certains incidents de santé physique avec participation pathologique (à type de morbidité) le plus souvent inconsciente liée à une grande négligence de soi.

    Pour la psychanalyse la conduite d'échec serait la traduction d'une culpabilité inconsciente associée à une tendance masochiste profonde procédant ainsi de l'aliénation familiale c'est-à-dire à une névrose de destinée. Pour d'autres spécialistes, la névrose d'échec comporterait également certaines conduites d'échec ainsi que certains troubles dépressifs qui font suite à un événement heureux tel que la promotion sociale ou professionnelle, un succès à un examen par exemple.
     

    Pour résumer il est possible de dire que la névrose d'échec se déroule comme si un individu organisait sa vie, les choses et les événements de façon à ne pas parvenir à ses fins pour ne pas arriver à satisfaire ses désirs qu'il perçoit consciemment mais bien au contraire pour les contrariée, les combattre, les contrecarrer.