La phytothérapie est une médecine millénaire qui plait toujours autant à l'heure ou les scandales liés à certains médicaments et à certains vaccins ont créé le doute quant à l'innocuité de la médecine officielle. Se soigner par les plantes, certes, mais de quelle façon ? Les tisanes des grands mères sont bien sûr la première réponse, la multitude des compléments alimentaires en est une autre, mais il en est une qui prend de plus en plus de place dans l'actualité : l'utilisation des vaporisateurs.

Le principe de ces appareils est très simple : ils chauffent un extrait végétal, ou une plante sèche à une température suffisante pour vaporiser les composants intérieurs, mais inférieure à la température de combustion. Cette méthode très efficace rend disponible presque la totalité substances actives et ne produit pas de composé nocif comme des goudrons. Les inconvénients liés à la fumigation (combustion de plante médicinale) sont évités pour une efficacité double. Les usages sont surtout de deux sortes :

- La phytothérapie :

Un vaporisateur permet de diffuser dans l'atmosphère, ou de respirer directement par un tube souple de qualité alimentaire la vapeur extraite de plantes ou d'huiles essentielles. Les poumons absorbent rapidement les principes médicinaux qui sont rendus très efficaces par cette méthode. Il s'agit d'une vrai médecine à utiliser intelligemment comme on peu le voir dans l'article suivant.

www.carevox.fr/sante-naturelle-57/article/phytotherapie-quid-des-9461

La possibilité de respirer la vapeur directement produite par les plantes est très intéressante et représente une alternative douce et économique à l'aromathérapie.

Les huiles essentielles sont particulièrement puissantes et efficaces. Elles doivent donc être utilisées en connaissance de cause, et jamais pour des enfants de moins de six ans.

- Le sevrage tabagique :

Les vaporisateurs sont très intéressants dans une démarche d'arrêt du tabac. Il est possible de vaporiser le tabac comme le tabac à rouler ou le tabac à pipe. On respire alors une certaine dose de nicotine, mais sans goudrons ou produit toxiques de la combustion. Le rapport avec le tabac peu donc changer car le phénomène de manque est assez complexe et prend en compte beaucoup de paramètres comme les mauvais habitudes. En commençant à changer ces dernières, il devient plus facile de réduire progressivement la dose de nicotine. Il est aussi possible de vaporiser des extraits de tabac dosés comme dans une cigarette électronique pour gérer avec précision les quantités absorbées.

Pour tous les usages, il est important d'utiliser du matériel de qualité. Le procédé de chauffe avec sa thermorégulation est primordial pour obtenir une extraction de vapeur optimale sans surchauffe. La qualité des matériaux est aussi très importante, pour être certain qu'ils n'émettent pas de composés indésirables durant la chauffe. Il faut donc éviter les machines premier prix, peu fiables et parfois dangereuses. Certains modèles et certains fournisseurs font maintenant référence.

Suivant l'usage recherché, il existe des vaporisateurs portables, qui se glissent facilement dans la poche, et des modèles de salon que l'on garde à la maison, et qui sont de qualité optimale. L'un et l'autre permettent de profiter pleinement des bienfaits apportés par nos amies les plantes.

Aucun billet n'a encore été créé pour le moment.