Antidépresseurs : de super placebos

Les antidépresseurs sont comme les statines : ils agissent chimiquement. Mais n’améliorent pas la santé, au contraire !

Les statines font baisser le cholestérol, mais l’implication du cholestérol dans la survenue d'accidents cardio-vasculaires est largement remise en cause.

Les antidépresseurs agissent chimiquement sur le cerveau, mais le Pr Irving Kirsch nous démontre par A + B que cela n’a pas d’incidence sur l’humeur, et ceci en analysant une multitude d’essais cliniques !

Dix-neuf milliards de dollars, c'est le poids annuel du business des antidépresseurs. Ils font partie des médicaments sur ordonnance les plus prescrits au monde, tout particulièrement en France.

Tricycliques, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, inhibiteurs de la monoamine-oxydase… Cela fait beaucoup de chimie ! Avec beaucoup d’effets secondaires ! Mais quels réels effets bénéfiques ?

Quand on compare les effets d'un antidépresseur avec ceux d'un placebo, on obtient un meilleur résultat avec l'antidépresseur. En revanche, si l'on donne à un troisième groupe de patients un placebo qui présente des effets secondaires similaires à ceux d'un antidépresseur (bouche sèche, somnolence...), on obtient le même résultat qu'avec le vrai médicament.

En réalité, dans les études en double-aveugle, les effets secondaires font deviner à près de 8 personnes sur 10 à quel groupe elles appartiennent (placebo ou antidépresseur)... Et c'est de savoir qu'elles sont dans le groupe du vrai médicament (ce qu'elles croient avec un placebo aux effets secondaires mimant ceux de l'antidépresseur) qui rend le traitement efficace. Rien à voir avec l’effet chimique des molécules dans le cerveau.

Le Pr Irving Kirsch est un spécialiste de l’effet placebo. Il nous démontre que les antidépresseurs ne sont jamais que de « super placebos ». Il relève et révèle par ailleurs les résultats des 40 % d’essais cliniques non publiés parce que les résultats attendus n’étaient pas au rendez-vous (aux Etats-Unis, une loi permet d’avoir accès à ces essais !).

Et il prouve, méta-analyses à la clé, que d’autres solutions existent pour s’en sortir.

La thérapie cognitive comportementale, par exemple, présente une réelle efficacité à long terme.

Pour plus d'informations, ou pour connaître le détail du travail mené par le Pr Irving Kirsch, lisez son livre, paru en français il y a quelques jours.

Articles qui pourraient vous interesser

Forum : discussions concernant "Antidépresseurs : de super placebos"

  • leucocytes, vs, sgot asat, sgpt alat trés élévés ...
  • cpk

    ... aucun jour de repos 19 octobre analyse de sang cpk 1500 sgot 64 sgpt 71 tout le reste de l'analyse est tres correct mon docteur me dit que je ...
  • ... les mêmes analyses ont montré une hausse des transaminases sgot et sgpt . sgot::56/UI au ieu d'un taux inférieur à 20 /UI sgpt 91/UI au lieu ...
  • ... la partie "Enzymologie", il y avait un taux élevé dans "SGPT" dont la valeur est de 41 ui/l alors que le taux normal est entre 0 a 34. Dans "SGOT", la valeur est tout a fait normale : 27 ui/l (taux normal entre 5 a 31). ...
  • ... avaient mis en évidence des anomalies hépatiques : SGOT à 64 UI/L pour 28 UI/L en nov 2006 SGPT à 126 UI/L pour 44 UI/L en nov 2006 Gamma GT 70 UI/L pour 42 UI/L en ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Antidépresseurs : de super placebos"

Commentez l'article "Antidépresseurs : de super placebos"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.