(EN) Préparez-vous à l'arrivée de pommes de terre meilleures et de longue conservation. Un nouveau tubercule conçu pour être plus durable sera bientôt mis sur le marché – et il est entièrement naturel.

L'entreprise phytologique J.R. Simplot, de l'Idaho, a tiré parti d'un processus naturel appelé interférence d'ARN (ARNi) pour améliorer la conservation du légume lors de son entreposage.

Récemment évaluée et approuvée par la Food and Drug Administration (FDA), aux États-Unis, la pomme de terre Innate est moins sujette aux taches noires dues aux meurtrissures, souvent causées par les chocs, les chutes et une manutention brusque lors de la récolte et de l'entreposage.

Comme les consommateurs jettent plus de trois milliards de livres de pommes de terre par an – en grande partie à cause des meurtrissures et des taches noires –, cette solution pourrait leur permettre d'économiser à l'épicerie. De même que la pomme Arctic, une autre culture transgénique récemment homologuée, la pomme de terre Innate ne brunit pas lorsqu'on la coupe, l'épluche ou l'expose à l'air – et ce, grâce à la technologie ARNi.

Au moyen de cette technologie, on désactive l'enzyme qui, normalement, cause le brunissement de la pomme de terre lorsqu'elle est meurtrie, de sorte que l'Innate conserve sa couleur même après épluchage. Elle est offerte en trois variétés (Russet Burbank, Ranger Russet et Atlantic), et on s'est servi de son propre ADN pour la modifier génétiquement. Il est possible de sélectionner les gènes, de les réarranger puis de les réintroduire dans le tubercule, afin de créer la pomme de terre idéale, ayant un goût identique et étant cultivée de la même manière.

Santé Canada et la FDA ont conclu que la pomme de terre Innate ne présentait aucun risque pour la santé des humains, les autres espèces ou l'environnement.

Il s'écoulera peut-être quelques années avant que l'Innate se retrouve dans les supermarchés canadiens. Mais entretemps, J.R. Simplot dit chercher d'autres façons d'améliorer les pommes de terre, en particulier pour réduire les conséquences d'une maladie potentiellement dévastatrice appelée mildiou et pour faire de ces tubercules des aliments encore meilleurs pour la santé, grâce à l'ajout de vitamines et d'autres éléments nutritifs.

www.leditionnouvelles.com

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "Une nouvelle technologie pour réduire le gaspillage alimentaire"

Commentez l'article "Une nouvelle technologie pour réduire le gaspillage alimentaire"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.