(EN) Chaque personne a le droit de déterminer ce qu'elle fait de sa santé. C'est pourquoi les professionnels de la santé ne peuvent pas entreprendre de traitement ou de procédure sans votre accord qui, soit dit en passant, ne se limite pas à un simple « oui » ou « non ». La décision d'accepter un traitement doit être prise si vous comprenez bien ce qui va, ou pourrait, arriver. C'est le principe de base d'un consentement éclairé.

« Le consentement éclairé est une obligation fondamentale de tout professionnel de la santé », affirme Marshall Moleschi, président des Ordres de réglementation des professionnels de la santé de l'Ontario (ORPSO). « Par son respect de l'autonomie du patient et du client, le professionnel confirme le droit du patient à prendre des décisions éclairées. »

Les ORPSO (www.regulatedhealthprofessions.on.ca) comprennent 23 ordres qui régissent près de 300 000 professionnels de la santé de l'Ontario. Les ordres de réglementation établissent les critères d'admission au sein de la profession, offrent des programmes qui permettent d'évaluer les connaissances de leurs membres et d'en garantir le maintien, et tiennent leurs membres responsables de leur conduite et de l'exercice de leur profession.

Ailleurs que dans le domaine de la santé, il arrive souvent que les gens donnent leur consentement sans vraiment comprendre ce à quoi ils s'engagent. Des études indiquent que seulement 10 % des gens lisent les modalités et les conditions avant d'accepter de recevoir des produits ou des services. En santé, le consentement ne se résume pas à la lecture de quelques petits caractères; il est au cœur des normes établies dans toutes les professions de la santé.

Prenez-vous les bonnes décisions concernant votre santé? Voici trois principes importants qui s'appliquent au consentement :

1. Pour que le consentement soit valide, les patients ou les clients doivent disposer de suffisamment de renseignements. Les personnes doivent connaître notamment la nature du traitement ou de la procédure, les bienfaits prévus, les autres choix, les risques importants et les effets secondaires (les effets probables et ceux qui peuvent avoir des conséquences graves). Le professionnel de la santé doit aussi discuter des conséquences possibles si le patient refuse un traitement ou une procédure.

2. Le consentement doit être volontaire. Personne ne peut vous forcer à donner votre consentement. Vous avez le droit de poser des questions, de prendre le temps de réfléchir, de donner votre réponse et de changer d'avis. Toute personne peut retirer son consentement après l'avoir donné.

3. Il incombe au professionnel de la santé de s'assurer que vous comprenez ses explications. Le consentement peut être explicite (lorsque vous exprimez votre acceptation par écrit ou de vive voix) ou implicite (lorsque, par exemple, vous présentez votre bras pour que le médecin fasse une injection ou une prise de sang). D'une façon ou d'une autre, votre professionnel de la santé doit observer les signes indiquant que vous comprenez l'information qui vous a été donnée.

« Vous ne pouvez pas donner votre consentement si vous n'avez pas obtenu d'information, précise M. Moleshi. Quand vous êtes avec votre professionnel de la santé, rappelez-vous que le professionnel doit vous expliquer clairement la situation puis vous donner la parole afin que vous puissiez vous faire entendre. Ce processus vous permet non seulement d'accepter le traitement, mais de comprendre exactement en quoi il consiste. »

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "Renseignez-vous sur le traitement avant de donner votre consentement"

Commentez l'article "Renseignez-vous sur le traitement avant de donner votre consentement"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.