(EN) Les relations sexuelles, c'est pareil pour tout le monde. L'âge ne constitue pas un facteur de protection quand il s'agit d'infections transmises sexuellement. Même les Canadiens d'âge moyen et plus vieux doivent être prudents lorsqu'ils ont des rapports sexuels non protégés. Les baby-boomers qui reprennent une vie amoureuse après avoir perdu leur partenaire à la suite d'un décès ou d'un divorce sont particulièrement vulnérables.

 

Les infections transmises sexuellement, comme la chlamydia, la gonorrhée et la syphilis infectieuse, sont en hausse au Canada, ce qui signifie que tous les Canadiens, même les adultes plus vieux, doivent se protéger lorsqu'ils ont des relations sexuelles. Bien que la plupart des infections transmises sexuellement puissent être traitées et guéries, certaines infections, notamment des souches particulières de gonorrhée, sont de plus en plus résistantes aux antibiotiques. Voilà donc une autre bonne raison d'adopter des pratiques sexuelles sûres.

 

Selon l'Agence de la santé publique du Canada, les taux déclarés de chlamydia, de gonorrhée et de syphilis infectieuse ont augmenté de façon notable parmi les adultes d'âge moyen et plus vieux au cours de la dernière décennie. Cette hausse pourrait être attribuable à un ensemble de facteurs, parmi lesquels il y aurait le fait que de nombreux baby-boomers omettent d'utiliser des préservatifs étant donné qu'ils ne craignent plus les grossesses imprévues. Il se pourrait aussi qu'ils ne savent pas que les préservatifs protègent contre les infections transmises sexuellement. Certains d'entre eux pourraient avoir contracté une infection transmise sexuellement et la transmettre sans le savoir, et s'adonner à des relations sexuelles orales, vaginales et anales non protégées pouvant toutes présenter des risques d'infection. Ils ignorent peut-être que le fait d'avoir vécu une relation monogame après une autre ne les protège pas contre les infections. Enfin, le fait que les tests de dépistage des infections transmises sexuellement soient moins invasifs et plus fiables de nos jours pourrait aussi expliquer cette hausse.

 

Peu importe votre âge, vous pouvez réduire vos risques de contracter une infection transmise sexuellement en évitant les comportements à risque élevé, en prenant des précautions et, surtout, en vous soumettant à des tests de dépistage. Le seul moyen de vous protéger tout à fait des infections transmises sexuellement est d'éviter tout rapport sexuel.

 

Adoptez une approche proactive face à votre santé sexuelle et consultez votre médecin ou rendez-vous à la clinique de santé-sexualité de votre région. Assurez-vous de demander de faire les tests spécifiques de dépistage des infections transmises sexuellement puisqu'ils ne font pas partie des analyses de sang et d'urine de routine.

 

www.leditionnouvelles.com

 

Aucun commentaire pour "Même les baby-boomers doivent adopter des pratiques sexuelles sans risque"

Commentez l'article "Même les baby-boomers doivent adopter des pratiques sexuelles sans risque"

Exprimez vous !