(EN) L'hypercholestérolémie (taux de cholestérol élevé) est l'un des principaux facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires, qui constituent la deuxième cause de mortalité au Canada. Près de 50 % des Canadiens d'âge adulte ont un taux de cholestérol élevé.

Fort heureusement, les Canadiens peuvent prendre les mesures nécessaires pour mieux comprendre leur santé cardiaque et adopter de nouvelles habitudes de vie saines, y compris de bonnes habitudes alimentaires, afin d'abaisser leur taux de cholestérol.

On distingue deux types de cholestérol : le bon et le mauvais cholestérol. C'est le cholestérol des lipoprotéines de basse densité, ou C-LDL, que l'on appelle couramment « mauvais cholestérol ». La persistance d'un taux élevé de C-LDL dans le sang favorise la formation de plaques sur les parois des artères, un processus qui finit par déclencher une crise cardiaque ou un AVC. Quant aubon cholestérol, ou cholestérol des lipoprotéines de haute densité (C-HDL), il contribue à l'élimination de l'excès de cholestérol et empêche ainsi l'accumulation de cette substance sur les parois des artères.

Des études ont démontré que la réduction du taux de C-LDL est associée à une réduction du risque de crise cardiaque. Au Canada, le seuil au-dessous duquel on considère que le taux de C-LDL est sain est de 3,5 mmol/L. Cela dit, les médecins recommandent aux patients qui sont exposés à un risque élevé de maladie cardiovasculaire de maintenir leur taux de C-LDL sous la barre des 2 mmol/L.

« C'est bien simple : plus le taux de C-LDL est faible, mieux c'est. L'adoption d'une alimentation saine, l'exercice, et dans certains cas, la prise d'une statine, sont autant de mesures qui permettent de maintenir une bonne santé cardiaque », affirme le Dr Jacques Genest, directeur scientifique du Centre de médecine innovatrice du Centre universitaire de santé McGill de Montréal. « Cela dit, il arrive que ces mesures se révèlent insuffisantes pour maîtriser le taux de C-LDL ou qu'elles ne soient pas envisageables (par exemple, en cas d'intolérance aux statines). Quoi qu'il en soit, il est important de discuter de son taux de cholestérol avec son médecin afin de prendre les meilleures mesures possible pour l'abaisser ».

Pour en savoir plus, visitez le site http://www.fmcoeur.qc.ca/.

www.leditionnouvelles.com

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "Le plus bas sera le mieux"

Commentez l'article "Le plus bas sera le mieux"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.