(EN) La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune par laquelle les cellules du système immunitaire attaquent le système nerveux central. Le risque de dommages irréversibles augmente au fur et à mesure que la maladie progresse. Alors pourquoi les patients sont-ils si nombreux à choisir de se passer d'un traitement?

« Avant les années 90, il n'existait pas de médicaments capables de traiter la maladie adéquatement. Les patients ont dû attendre que les interférons bêta arrivent sur le marché avant de commencer à trouver des traitements efficaces pour les aider à gérer leur maladie », fait remarquer le docteur Donald Rivest, neurologue à l'Hôtel-Dieu de Lévis.

Mais parfois, les patients se trouvent devant le dilemme suivant : choisir d'entreprendre un traitement susceptible de présenter des effets secondaires, une efficacité inadéquate, le besoin d'un suivi rigoureux, une posologie quotidienne ou hebdomadaire et des problèmes d'innocuité à long terme, ou choisir de livrer bataille contre la SEP sans traitement et espérer que tout ira bien.

Selon le docteur Rivest, les patients doivent collaborer avec leur médecin pour obtenir les bienfaits d'un traitement, car les médicaments permettent de maîtriser, dans une certaine mesure, l'inflammation qui endommage les fibres nerveuses; en fait, ils atténuent l'inflammation et réduisent généralement la fréquence et l'intensité des poussées de SEP. De plus,le fait que la médication ralentisse l'accumulation de dommages neurologiques pourrait aussi prévenir certaines des incapacités associées à l'évolution de la SEP au fil des années.

Plusieurs nouveautés thérapeutiques ont vu le jour depuis les années 90, et elles offrent une panoplie d'options aux personnes atteintes de la SEP.

« Les traitements plus récents offrent aux patients diverses options en ce qui concerne le mode et la fréquence d'administration. Pour les patients qui recherchent un traitement dont les doses sont peu fréquentes, il existe maintenant des médicaments comme PLEGRIDY qui s'administre toutes les deux semaines seulement », ajoute Dr Rivest. Nous savons que l'instauration d'un traitement dès les débuts de la SEP peut avoir un effet favorable sur la progression de la maladie. C'est pourquoi il importe que les personnes atteintes de la SEP collaborent avec leur médecin pour trouver le traitement qui réponde le mieux à leurs besoins. »

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "L'avènement de nouveaux traitements permet aux patients atteints de la SEP de gérer leur maladie différemment"

Commentez l'article "L'avènement de nouveaux traitements permet aux patients atteints de la SEP de gérer leur maladie différemment"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.