(EN) Il y a un plus d'un an, deux familles ontariennes ont eu le privilège de voir leurs noms associés à la nouvelle loi de l'Ontario visant à rendre obligatoire l'installation d'avertisseurs de monoxyde de carbone (CO) dans chaque habitation de la province où ce gaz mortel pourrait présenter des niveaux dangereux.

La Loi Hawkins Gignac a été nommée en l'honneur de Laurie Hawkins (née Gignac), de son mari Richard et de ses deux enfants, Cassandra et Jordan, qui sont décédés après que le conduit d'évacuation de leur foyer à gaz qui était colmaté ait provoqué un refoulement du gaz mortel dans leur maison. Les efforts en faveur de la loi sur le monoxyde de carbone ont été initiés par le député progressiste-conservateur d'Oxford, Ernie Hardeman, qui représente Woodstock, ville où le drame s'est produit.

Bien que la tragédie ait donné lieu à quelque chose de positif, c'est-à-dire l'adoption de la loi, un porte-parole de la famille affirme qu'il reste beaucoup à faire pour sensibiliser le public aux sources de monoxyde de carbone, aux symptômes liés à l'exposition et aux mesures à prendre pour se protéger.

John Gignac, oncle de Laurie, a été pompier à Brantford pendant 34 ans. Il est sorti de sa retraite afin de mettre sur pied la Fondation Hawkins-Gignac pour l'éducation sur le CO et mener une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone partout au pays en utilisant l'exemple de cette tragédie familiale.

« Je ne peux toujours pas croire qu'il a fallu attendre plus de cinq ans pour que la loi soit adoptée en Ontario, déclare-t-il. Je vois maintenant tout ce qui a été réalisé au cours de cette première année, et je sais que bien des vies ont été épargnées grâce à cette loi. Cependant, j'ai encore peur parce qu'il m'apparaît évident que bien trop de gens ignorent la loi, ou ils ne se rendent pas compte du danger que ce gaz représente ou bien ils pensent qu'il ne peut rien leur arriver. »

M. Gignac a parcouru le pays pour s'adresser à des groupes communautaires, parler à des médias et raconter l'histoire de sa famille aux politiciens dans l'espoir que d'autres lois seront adoptées et que davantage de vies seront sauvées. Il affirme qu'il ne se lasse jamais de parler du tueur silencieux et de rappeler l'importance d'installer un avertisseur de CO pour assurer sa sécurité.

« Je ne me fais pas d'illusions : je sais que je suis seulement une personne qui essaie de faire comprendre aux gens que ce gaz dangereux peut provenir de plusieurs sources et tuer les occupants d'une maison, dit-il. Mais j'ai en tête un autre grand personnage, beaucoup plus jeune et plus courageux que moi, qui a littéralement pris la route pour parler de sa cause et se faire entendre. Je ne suis pas Terry Fox, mais si j'affiche la même détermination que lui, je me dis que je vais encore sauver bien des vies. »

La Fondation offre de l'information sur la sécurité et le monoxyde de carbone sur son site, à l'adresse www.endthesilence.ca.

www.leditionnouvelles.com

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "« Il faut en faire plus » affirme un pompier à la veille du premier anniversaire de l'adoption de la loi sur le monoxyde de carbone"

Commentez l'article "« Il faut en faire plus » affirme un pompier à la veille du premier anniversaire de l'adoption de la loi sur le monoxyde de carbone"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.