(EN) Selon l'Agence de la santé publique du Canada, ce sont les jeunes qui affichent les taux déclarés les plus élevés de certaines infections transmises sexuellement. Toutefois, les cas de chlamydia, de gonorrhée et de syphilis sont en hausse aussi bien chez les Canadiens plus jeunes que plus vieux. Ces augmentations peuvent être attribuables au fait que les tests de dépistage sont de meilleure qualité et aussi que les personnes actives sexuellement ne se protègent pas de façon systématique. Si vous êtes actif sexuellement, vous pouvez réduire vos risques en suivant ces cinq moyens de prévention :

 

Discutez ouvertement de sexualité avec votre partenaire. Proposez d'utiliser un moyen de protection et de faire des tests de dépistage. Le fait de vivre une relation monogame ou d'avoir eu plusieurs relations monogames consécutives ne vous protège pas contre les infections. Si vous n'êtes pas à l'aise de parler de sexualité, il serait peut-être préférable de reporter le moment d'avoir des relations sexuelles.

 

Utilisez des préservatifs de façon systématique et adéquate. Le principal avantage à utiliser des préservatifs est qu'ils offrent une double protection, à la fois contre les grossesses non désirées et les infections transmises sexuellement. Utilisés de façon systématique et adéquate, les préservatifs constituent la meilleure protection contre les infections, surtout les préservatifs sans le spermicide nonoxynol-9 qui peuvent causer des irritations et augmenter les risques de contracter une infection transmise sexuellement.

 

Faites un test de dépistage. Si vous avez une vie sexuelle active, faites un test de dépistage pour les infections transmises sexuellement. Parlez à son médecin et précisez-lui que vous voulez vous soumettre à un test pour les infections transmises sexuellement, car les analyses de sang et d'urine routinières ne révèlent pas ces types d'infection.

 

Discutez avec votre médecin ou rendez-vous à la clinique de santé-sexualité de votre région. Informez-vous des moyens de protection sûrs, comme l'utilisation de préservatifs autres que les préservatifs avec spermicide ou en membrane d'agneau. Si vous recevez un diagnostic d'infection transmise sexuellement et que votre médecin vous prescrit un traitement, veillez à bien le suivre et à respecter les recommandations concernant le suivi. Vous pourriez être de nouveau infecté si votre partenaire ne se fait pas traiter lui aussi.

 

Prenez des décisions éclairées. Sachez-en le plus possible sur les signes, les symptômes, les tests de dépistage, les traitements et la prévention des infections transmises sexuellement.

 

Rappelez-vous que bon nombre des infections transmises sexuellement ne présentent aucun signe ni symptôme. Alors, si vous avez une vie sexuelle active, la seule façon de savoir avec certitude si vous ou votre partenaire avez contracté une infection est de vous soumettre tous les deux à un test de dépistage. Bien que certaines infections, comme la gonorrhée, manifestent une résistance aux antibiotiques et entraînent l'échec des traitements, il faut préciser qu'un grand nombre d'infections transmises sexuellement, y compris la chlamydia, peuvent être traitées et guéries.

 

www.leditionnouvelles.com

Aucun commentaire pour "Cinq moyens de prévenir les infections transmises sexuellement"

Commentez l'article "Cinq moyens de prévenir les infections transmises sexuellement"

Exprimez vous !