Les allergies alimentaires et les allergies aux acariens ne seront-elles bientôt qu'un mauvais souvenir ?
Une société française est en train de développer un système de patch qui pourrait changer la vie des allergiques ...

Un patch contre les allergies

Un patch collé sur le bras, et fini les allergies !
C'est la promesse que laissent entrevoir les résultats d'essais développés par DBV Technologies, une société française installée à Bagneux (Hauts de Seine).

Les allergies touchent de plus en plus de personnes, tous âges confondus.
Selon l'Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) :

  • 2% des adultes et 5% des enfants sont sujets à des allergies alimentaires
  • 65 à 90% des asthmes de l'enfant sont dus aux acariens

Les allergies alimentaires ont été la première cible de DBV, et plus particulièrement les allergies aux arachides : cette intolérance est en effet la 1ère cause de décès dus à une allergie alimentaire.
Car on peut mourir d'une allergie en faisant un choc anaphylactique (réaction allergique extrêmement rapide et intense) ou un oedème de Quincke
L'efficacité des premiers essais a incité DBV à étendre ses recherches à d'autres allergies alimentaires et la société travaille déjà sur un patch contre l'allergie aux protéines de lait : en effet, les cacahuètes ne sont pas les seuls aliments pouvant provoquer une réaction allergique parfois très forte. Les aliments les plus souvent impliqués dans des réactions allergiques sont les poissons, les fruits de mer, les noix, les œufs, le lait. Mais cette liste n'est malheureusement pas exhaustive, et n'importe quel aliment peut provoquer une allergie, y compris les fruits et les légumes. 

Pourquoi un patch ?
Pour soigner une personne allergique, on a généralement recours à ce que l'on appelle la désensibilisation : le principe est simple, il consiste à habituer progressivement l'organisme de l'allergique à la substance qu'il ne tolère pas (allergène). Pour cela, on expose 
l'allergique à l'allergène que l'on fait passer dans son sang au moyen de comprimés, de gouttes ou d'injections, à doses progressives.
Mais cela ne concerne pas les allergies alimentaires : en effet, la désensibilisation telle qu'elle est pratiquée est jugée trop dangereuse pour les allergies alimentaires car le passage de l'allergène alimentaire dans le sang fait courir un risque de choc anaphylactique.
Pour l'instant, une personne souffrant d'allergies alimentaires n'a qu'une solution pour éviter de se mettre en danger : ne pas consommer l'aliment qu'elle ne tolère pas.

Le système de patch fonctionne aussi sur le principe de la désensibilisation : il habitue lentement l'allergique à un allergène. Mais il évite que l'allergène se répande dans le sang : collé sur le bras, il diffuse l'allergène sous la peau, à petites doses (comme un patch à la nicotine). Ainsi, l'organisme  s'habitue très progressivement à l'allergène.
Le patch s'appelle Viaskinpeanut. Il doit être changé tous les jours. La durée du traitement n'est pas encore connue.

Les résultats des essais sont plus qu'encourageants
Au bout d'un an et demi, 2/3 des enfants ayant expérimenté le patch Viaskinpeanut pouvaient manger 10 fois plus de cacahuètes qu'avant.

Mais pourquoi se limiter aux allergies alimentaires si le système de patch contre les allergies fonctionne ?
C'est exactement ce qu'ont pensé les créateurs du patch, et ils travaillent donc également sur la lutte contre les allergies aux acariens.

Commercialisation prévue en 2017
Viaskinpeanut ne sera disponible qu'en 2017, le temps que tous les tests de fiabilité aient été effectués.

Lire également
Urgences : que faire en cas de choc anaphylactique ?
La pollution de l'air aggrave les allergies
Le retour des allergies saisonnières

Suivant Polémique sur le vaccin contre le cancer du col de l'utérus

Aucun commentaire pour "Un patch contre les allergies"

Commentez l'article "Un patch contre les allergies"