Phytothérapie et grossesse : prudence !

La grossesse n’est pas une maladie, bien au contraire, mais il arrive que des petits maux viennent troubler la future maman.
Et le recours à la phytothérapie, considérée (à juste titre) comme une médecine naturelle, peut être une bonne solution.

Attention cependant : les plantes agissent sur notre état de santé parce qu’elles contiennent des principes actifs puissants. Et certains s’avèrent dangereux en cas de grossesse.

 

LISTE (non exhaustive) DES PRINCIPALES PLANTES À ÉVITER AU COURS DE LA GROSSESSE
(voir liste alphabétique en fin d'article)

Si vous êtes enceinte …

1 - ne prenez pas de plantes toxiques pour le fœtus et potentiellement abortives, notamment :

  • achillée millefeuille (achillea millefolium)
     
  • aloès (aloe vera)
     
  • armoises : absinthe, aurone, estragon, génépi
     
  • artichaud (cynara solymus)
     
  • boldo (peumus boldus)
     
  • bourse à pasteur (capsella bursa pastoris)
     
  • cannelle de Chine (cinnamomum cassia)
     
  • chélidoine (chelidonium majus)
     
  • gentiane jaune (gentiana lutea)
     
  • germandrée (teucrium polium)
     
  • grande camomille (tanacetum parthenium)
     
  • hydraste du Canada (hydrastis canadensis)
     
  • hysope (hyssopus officinalis)
     
  • marron d’Inde (aesculus hippocastanum)
     
  • menthe pouliot (mentha pulegium)
     
  • rue (ruta graveolens)
     
  • safran (crocus sativus)
     
  • sanguinaire du Canada (sanguinaria canadensis)
     
  • tanaisie (tanacetum vulgare)
     
  • tussilage (tussilago farfara)

 

2 - ne prenez pas de plantes antilactation, notamment :

  • menthes
     
  • persil (petroselinum crispum)
     
  • pervenche (vinca minor)

 

3 - ne prenez pas de plantes ayant un effet tonique sur l’utérus, notamment :

  • angélique (angelica archangelica)
     
  • bétoine (stachys officinalis)
     
  • bourdaine (rhamnus frangula)
     
  • busserole (arctostaphylos urva-ursi)
     
  • cascara (rhamnus purshiana)
     
  • fenugrec (trigonella foenum-graecum)
     
  • genièvre (juniperus communis)
     
  • griffe du diable ou harpagophytum (harpagophytum procubens)
     
  • ortie (urtica dioica)
     
  • rhubarbe de Chine (rheum officinale)
     
  • séné (cassia angustifolia)

 

4 - ne prenez pas de plantes ayant un effet hormonal, notamment :

  • actée à grappes (actea racemosa)
     
  • éleuthérocoque (eleutherococus senticosus)
     
  • ginseng (panax ginseng)
     
  • houblon (humulus lupulus)
     
  • sauges (salvia sclarea et salvia officinalis)
     
  • soja (glycine max)

 

5 - ne prenez pas certaines plantes d’usage commun, notamment :

  • ail (allium sativum)
     
  • curcuma (curcuma longa)
     
  • échninacée (echinacea angustifolia, pallida ou purpurea)
     
  • millepertuis (hypericum perforatum)
     
  • onagre (oenothera biennis)
     
  • propolis
     
  • valériane (valeriana officinalis)

 

 

LISTE ALPHABÉTIQUE DES PLANTES À ÉVITER PENDANT LA GROSSESSE
(il s'agit bien ici de phytothérapie, c'est-à-dire de traitement à base de plantes dont les principes actifs sont extrêmement concentrés : les aliments dont sont issus ces molécules ne posent à priori pas de problème s'ils sont consommés en  quantités normales.)

  • achillée millefeuille (achillea millefolium)
     
  • actée à grappes (actea racemosa)
     
  • ail (allium sativum)
     
  • aloès (aloe vera)
     
  • angélique (angelica archangelica)
     
  • armoises : absinthe, aurone, estragon, génépi
     
  • artichaud (cynara solymus)
     
  • bétoine (stachys officinalis)
     
  • boldo (peumus boldus)
     
  • bourdaine (rhamnus frangula)
     
  • bourse à pasteur (capsella bursa pastoris)
     
  • busserole (arctostaphylos urva-ursi)
     
  • cannelle de Chine (cinnamomum cassia)
     
  • cascara (rhamnus purshiana)
     
  • chélidoine (chelidonium majus)
     
  • curcuma (curcuma longa)
     
  • échninacée (echinacea angustifolia, pallida ou purpurea)
     
  • éleuthérocoque (eleutherococus senticosus)
     
  • fenugrec (trigonella foenum-graecum)
     
  • genièvre (juniperus communis)
     
  • gentiane jaune (gentiana lutea)
     
  • germandrée (teucrium polium)
     
  • ginseng (panax ginseng)
     
  • grande camomille (tanacetum parthenium)
     
  • harpagophytum ou griffe du diable (harpagophytum procubens)
     
  • houblon (humulus lupulus)
     
  • hydraste du Canada (hydrastis canadensis)
     
  • hysope (hyssopus officinalis)
     
  • marron d’Inde (aesculus hippocastanum)
     
  • menthes
     
  • millepertuis (hypericum perforatum)
     
  • onagre (oenothera biennis)
     
  • ortie (urtica dioica)
     
  • persil (petroselinum crispum)
     
  • pervenche (vinca minor)
     
  • propolis
     
  • rhubarbe de Chine (rheum officinale)
     
  • rue (ruta graveolens)
     
  • safran (crocus sativus)
     
  • sanguinaire du Canada (sanguinaria canadensis)
     
  • sauges (salvia sclarea et salvia officinalis)
     
  • séné (cassia angustifolia)
     
  • soja (glycine max)
     
  • tanaisie (tanacetum vulgare)
     
  • tussilage (tussilago farfara)
     
  • valériane (valeriana officinalis)

 

 

RAPPEL

Les plantes contiennent des principes actifs qui les rendent efficaces mais peuvent aussi les rendre dangereuses.

  • respectez les quantités recommandées.
     
  • n'utilisez que des plantes certifiées (attention aux cueillettes : risque de confondre une plante toxique avec une plante curative) : il est préférable de vous approvisionner en herboristerie ou en pharmacie.
     
  • si vous suivez un traitement médical quel qu'il soit, demandez l'avis du médecin ou du pharmacien avant d'utiliser des plantes (risques d'interactions).
     
  • n'interrompez jamais un traitement médical sans l'autorisation de votre médecin.
     
  • demandez un avis médical avant d'en donner à un enfant ou à une personne à la santé fragile.

 

Lire également :

Grossesse mois par mois : tout savoir sur le bébé et sa maman

Quelles sont les modifications qui surviennent chez la mère durant la grossesse ?

Grossesse : les compléments alimentaires sont-ils réellement nécessaires ?

Le cerveau du nouveau-né stimulé par le sport pendant la grossesse

Grossesse : attention à la réglisse

 

Sources :

Al-Qahdi SS, Alzohari N, Alsaid AY et al. - Teucrium pollium plant extract provokes substancial cytotoxicity at early stage of embryonic development.

Balan BJ, Lewicki S, Siwicki AK et al. - Morphometric abnormalities in spleen and kidney of the progeny of mice fed american cranberry extract (vaccinium macrocarpon) during pregnancy and lactation.

Cuzzolin L, Francini-Pesenti F, Verlato G, Joppi M, Baldelli P, Benoni G - Use of herbal products among 392 italian pregnant women : focus on pregnancy outcome.

Dante G, Bellei G, Neri I, Facchinetti F - Herbal therapies in pregnancy : what works ?

Gotardo AT, Mattos Mids, Hueza IM, Gorniak SL - The effect of cynara scolymus artichoke on maternal reproductive outcomes and fetal development in rats.

Moallem SA, Afshar M, Etemad L et al. - Evaluation of teratogenic effects of crocin and safranal, active ingredients of saffron in mice.

 

Suivant Prévention des risques cardiovasculaires : les plantes à privilégier et celles à éviter

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "Phytothérapie et grossesse : prudence !"

Commentez l'article "Phytothérapie et grossesse : prudence !"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.