Alcool, tabac, calmants : des plantes pour aider au sevrage

Arrêter la dépendance. À l'alcool, au tabac, aux antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères, ...
Cela semble aisé à qui n'est pas concerné, mais représente une véritable épreuve, un challenge, un combat pour ceux et celles qui sont prisonniers de ces drogues.

Différents produits, méthodes, techniques, ... existent et peuvent aider à sortir de la dépendance.

Certaines plantes, par leur action sur les zones du cerveau impliquées dans la dépendance, apportent une aide importante dans le processus de sevrage.

 

MÉCANISME BIOCHIMIQUE DE LA DÉPENDANCE

Le plaisir comme récompense

Dans notre cerveau, tout est question de neurotransmetteurs : ces molécules chimiques assurent la transmission des messages d'un neurone à l'autre. Elles sont libérées dans la synapse (voir schéma ci-dessous)

Ressentir du plaisir résulte notamment la production accrue de dopamine dans les synapses, entraînant l'activation du "circuit de récompense". C'est ce qui se passe quand nous mangeons une chose que nous aimons particulièrement (chocolat par exemple), quand nous faisons du sport (une fois passée la douleur de l'effort vient une sensation de bien-être, voire de plaisir intense), mais aussi quand nous fumons ou quand nous buvons de l'alcool. L'action (manger, courir, fumer, boire, ...) provoque une sécrétion de dopamine.
Le cerveau incite donc à avoir les comportements qui ont pour conséquence cette sensation de plaisir.

Cependant, d'autres neuromédiateurs interviennent pour modérer cette sensation de plaisir et faire en sorte qu'elle reste "raisonnable", c'est-à-dire qu'elle ne mette pas en danger l'équilibre de l'organisme, donc sa santé.
Il s'agit notamment de la sérotonine, de la noradrénaline et du GABA.
Or, ce contrôle n'est pas assez puissant face aux drogues (alcool, tabac, médicaments) et le circuit de récompense s'emballe, incitant à consommer toujours plus de la substance qui provoque la sécrétion de dopamine.

 

COMMENT LUTTER CONTRE CES DÉPENDANCES ?
Patch à la nicotine pour arrêter de fumer, psychothérapie, groupe de parole, Baclofène pour arrêter de consommer de l'alcool, relaxation pour se libérer des calmants ...
Toutes ces méthodes fonctionnent, mais pas toujours suffisamment.
Pourquoi ?
Parce que chaque individu est différent et a sa propre génétique, sa propre histoire, sa propre sensibilité.
Parce que la dépendance au tabac n'est pas uniquement dûe à la nicotine mais à quantité d'autres substances présentes dans les cigarettes (nornicotine, bêta-carbolines, acétaldéhyde, additifs, ...) 

 

COMMENT LES PLANTES PEUVENT-ELLES AIDER AU SEVRAGE ?
Certaines plantes ont la capacité d'agir sur le centre de contrôle de nos pulsions, de nos envies.

  • limitation des réactions au sevrage (agitation, accélération du  rythme cardiaque, ...), détente et aide au sommeil : angélique et litsée citronnée
     
  • sevrage du tabac : passiflore et valériane
     
  • sevrage de l'alcool : passiflore et kudzu
     
  • sevrage des antidépresseurs : griffonia et safran
     
  • sevrage des anxiolytiques : passiflore et rhodiole
     
  • sevrage des somnifères : escholzia et valériane

 

COMMENT UTILISER LES PLANTES POUR AIDER AU SEVRAGE ?

  • L'angélique et la litsée citronnée, en huile essentielle : mettre 2 gouttes de chaque sur un mouchoir en tissu et respirer dans la journée, surtout au moment des pulsions
     
  • La passiflore, en infusion : 2 à 3 tasses par jour (1 cuillerée à café de plante par tasse), ou en gélules : 1 à 3 grammes par jour
     
  • La valériane, en décoction ou dans un bain
     
  • Le kudzu, en gélules : 500mg - 3 fois par jour
     
  • Le griffonia, en gélules : 50 à 100mg par jour
     
  • Le safran, en gélule : 15mg - 2 fois par jour
     
  • Le rhodiole, en gélules ou comprimés : 150 à 300mg matin et midi
     
  • Escholzia, en extrait fluide : 10 à 20 gouttes le soir dans un verre d'eau

 

Attention
Ces posologies sont données à titre indicatif : certains cas particuliers nécessitent des précautions (grossesse, allaitement, conduite, troubles bipolaires, glaucome, cancer hormonodépendant, ...).
Demandez toujours l'avis d'un médecin ou de votre pharmacien avant de prendre un traitement à base de plantes.

 

LIRE ÉGALEMENT
Éléments de base de traitement de l'information par le neurone
 

 

 

Crédits photos :
3d rendered illustration of an active receptor -  Sebastian Kaulitzki 

 

Suivant MÉDICAMENTS : LA LISTE NOIRE 2019

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "Alcool, tabac, calmants : des plantes pour aider au sevrage"

Commentez l'article "Alcool, tabac, calmants : des plantes pour aider au sevrage"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.