Portrait de Tinez

Vicitme d'un trauma sonore constaté suite à des tirs répétés dans le cadre du service armé voilà plus de 30 ans, libéré après une hospitalisation en ORL qui n'a pas supprimé les acouphènes permanents, ni l'hypoacousie gauche, j'ai entrepris une démarche en justice qui dure depuis dix ans et arrrive à son terme.
Le problème après maintes audience, c'est que le juge dissocie les acouphènes de l'hypoacousie dans le cas du trauma, alors que les deux me paraissent liés, de telle manière que l'armée reconnaisse l'hypoacousie (non indemnisable, puisque inférieure au seuil admis) et rejette les acouphènes (au taux indemnisable) au prétexte que les acouphènes ont pu "disparaître" après ma libération et être depuis dus à une autre raison postérieure au traumatisme.

Qui peut me donner des références médicales ou dans la jurisprudence qui diraient que :

- suite à un traumatisme sonore constaté avec hypoacousie et acouphènes gauche permanents, malgré les soins reçus à l'époque, après plusieurs jours ceux ci sont définitifs (lésions des cellules ciliées).
- l'acouphène (sifflement aïgu 4000 Hz) suite à un traumatisme sonore est du à la lésions des cellules ciliées, qui lui même entraînne une hypoacousie dans les 4000 Hz.

Merci.

Portrait de anonymous
J'aime 0

avez vous eu des réponses? merci
cordialement

Participez au sujet "traumatisme sonore et acouphènes"