Portrait de Gwal

Bonjour à tous,

J'aimerais savoir quel est le taux minimum d'oxygène dans le sang pour pouvoir vivre. Je sais qu'il y a 21 % d'oxygène dans l'air que l'on respire, mais j'aimerais savoir à combien de pourcent on meurt.

Merci d'avance

Portrait de mpneumo
J'aime 0

Vous posez une question tout à fait originale à laquelle j’aurais envie de répondre par une boutade : le sujet meurt quand il s’arrête de respirer ou quand la pression en oxygène est à zéro dans un délai de 3 à 10mn (record d’apnée volontaire récemment établi) ! En effet l’homme a de merveilleuses capacités d’adaptation à son environnement mais celles ci sont variable avec l’individu, l’entraînement et un délai relativement court de quelques heures à quelques jours.

Pour répondre plus précisément à la question, on peut citer la publication de RICHALET dans les annales de biologie médicale en 2003 qui a étudié les variations de gaz du sang chez 8 volontaires jeunes soumis à une baisse de pression en caisson pendant 30 jours jusqu’à simulation de l’atmosphère au sommet de l’Everest : La PaO2 a chuté jusqu’à 30mmHg (N>90) entraînant une hyperventilation avec une PaCO2 à 11mmHg (N=35-44mmHg). Dans ces conditions extrêmes d'hypoxie hypocapnique, le risque principal est l'approvisionnement en oxygène du cerveau. En effet, l'hypocapnie majeure entraîne un effet vasoconstricteur cérébral qui explique des épisodes neurologiques transitoires observés à 8800 m chez 3 des sujets de l’étude.
L’effort est naturellement un facteur aggravant (un sujet " gagne 2 000 m d'altitude physiologique " en faisant un effort en haute altitude) : dans l’étude, les derniers tests d’exercice réalisés à 7000m montrent des saturations artérielles en oxygène à l’effort autour de 66 %, 10 % inférieure à la saturation de repos.

j'espère avoir satisfait votre curiosité
amitiés

Portrait de BP
J'aime 0

Bonjour,

Je ne suis personnellement pas Dr en médecine, mais en Science. Je vous apporte donc un éclairage par mon petit bout de lorgnette de non spécialiste en médecine.

Pour préciser donc, et si votre question est par exemple relative à une exposition dans une atmosphère "contaminée", le phénomène d'anoxie (pression partielle en oxygène dans le sang inférieure 0.2 bars) survient à environ 17% en 02. La première conséquence (liée à l'équilibration nécessaire des pressions) est, à ces taux faibles en oxygène, un dégazage des cellules: l'oxygène des cellules sort en direction de l'atmosphère pour (tenter d') équilibrer les pressions entre l'intérieur du corps (sang, tissus) et l'extérieur.
Premiers symptômes: maux de tête, troubles respiratoires, nausées, troubles de la coordination, inconscience.
Lorsque le taux en O2 diminue encore, la suite est évidente: nécrose cellulaire et mort de l'individu.

C'est un souci bien connu des personnes qui travaillent avec des liquides cryogéniques, comme l'azote liquide. Dans le cas de l'azote liquide, celui-ci s'évapore de sorte qu'un seul litre d'azote liquide se détende en 696 litres d'azote gazeux (à température ambiante). Au cours de cette évaporation dans une enceinte fermée (e.g. pièce insuffisamment ventilée), l'oxygène de l'air est dilué par l'azote et le taux en O2 chute. Dès 19-18%, des symptômes apparaissent (maux de tête, nausées, troubles de la coordination). Mais le problème est que la marge entre ces premiers symptômes et l'inconscience (17% en O2) est étroite. Et à 10%, on considère que le temps de survie est inférieur à 3 minutes, des dommages irréversibles survenant dès les premières 30 secondes à cette faible pression en oxygène.

Dans le vide, le dégazage est instantané: donc pas de cosmonaute sans combinaison étanche qui s'agite dans le vide sidéral, sauf à la TV...

Cordialement,
Philippe

PS: voir aussi les accidents hyperbars, où l'équilibre des pressions doit être aussi respecté et qui conduit aussi à un dégazage, de nature différente (expansion des gaz comprimés dans le sang et les cellules); e.g. voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_d%C3%A9compression)

Participez au sujet "Taux d'oxygène minimum"