Portrait de Invitée1971

bonjour,

je suis à la recherche de témoignages sur les électrochocs. quel est le profil du patient, comment sont-ils pratiqués, quels sont les effets secondaires, les effets positifs ? ce traitement va être proposé à une personne qui est actuellement traitée par neuroleptiques sans amélioration suffisante. cette personne est hospitalisée en secteur fermé suite à 2 tentatives de suicide et dépression sévère de plus d'un an dans un contexte familial difficile (infidélité conjugale, divorce). merci.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Cela ne doit être pratiqué qu'avec l'accord du patient et cela c'est un point très important.

Je te donne un lien : http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/temoignage/59.htm
Mais sincèrement ce sont des pratiques que je ne conseille à personne. je trouve ce type de thérapie complètement inhumaine.

Il y a aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sismoth%C3%A9rapie

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de Jacques - jc1955fr
J'aime 0

Bonsoir ! :)

Il m'étonne qu'une personne dépressive avec TS soit soignée avec des neuroleptiques… Un précédent traitement par antidépresseurs aurait-il eu l'occasion de la faire monter en manie ? en ce cas… sinon, brrrrrrrrrrrrr…

Pour revenir à la sismothérapie, elle est utilisée dans le cas de dépression résistante aux traitements médicamenteux.

Elle produit des effets positifs comme la sortie de dépression. D'après les témoignages que j'en ai eus, le principal effet secondaire est une certaine perte de mémoire. Les conditions d'application de ce traitement «de choc» se sont grandement améliorées, en intensité comme en précision.

Bonne soirée. Bises :D . Jacques :)

Je suis bipolaire (maniaco-dépressif) de type 1, en invalidité et ex "stabilisé", cowebmestre du site mentionné dans mon profil.

Portrait de Raphaëlle
J'aime 0

Je suis d'accord avec toi, en dernier recours et surtout en cas de troubles bipolaires ; se fait sous anesthésie totale, dure à peine 1 mn; il est vrai qu'elle provoque 1 "amnésie" sur cette période et environ 15j./1 mois avant (l'anesthésie, je pense) 1 peu désagréable ; et rédhibitoire, mais revient complètement après les qq séances ( environ 5 en moyenne). Naturellement, cela fait peur, archaïque, mais si l'indication est bien posée, je crois vraiment que ça vaut le coup (je parle en connaissance de cause) Par contre, on ne sent pas les bénéfices immédiatement mais progressivement (les autres s'en aperçoivent avant nous. Bonne chance ! Pour Christiane 59

Portrait de Invitée1971
J'aime 0

quelques précisions suite à votre question : je ne connais pas grand chose en psychiatrie et n'ai pas d'information médicale directe. Je sais juste qu'il y a eu 2 épisodes assez houleux, dont une tentative de "fuite" (de l'établissement de soins) sans habits, ce que vous appelez^peut-être une manie ? j'ai entendu dire que cela serait lié à la "levée d'inhibition" - à l'époque, il n'était pas traité par neuroleptiques mais par anti-dépresseurs.
aujourd'hui, le diagnostic serait celui d'un syndrôme de mélancolie. il n'y a pas eu d'antécédent psychiatrique dans la famille, cependant je pense que le père de cette personne a un terrain plus ou moins stable, même s'il l'occulte. j'ai eu une fois affaire à lui lors d'une crise de colère qui n'était je pense pas tout à fait "normale".
plus généralement, j'essaie d'avoir qques informations via le net. je voudrais notamment savoir quelle est la meilleure / moins mauvaise attitude face à ce genre de maladie.
merci

Portrait de lysmi
J'aime 0

je déconseille la sismothérapie je suis meme surpris eque clea se pratique encore c'est inhumain!

Portrait de Invitée1971
J'aime 0

j'aimerais savoir ce qui vous fait penser cela : avez-vous ou l'un de vos proches vécu cette expérience ? personnellement, ne connaissant rien à la psychiatrie et aux traitements pratiqués à ce jour, je ne pars pas sur une position de principe. j'aimerais justement bien savoir. ceci étant, si les patients sont anesthésiés, comme j'ai cru le lire qquepart, et si le traitement est efficace, il est peut-être tout aussi inhumain de laisser qqun dans l'état de celui dont je parle. j'attends donc d'en savoir plus.

Portrait de Jacques - jc1955fr
J'aime 0

Bonjour, ! :)

Il ne m'étonne par d'entendre parler de traitement précédent par antidépresseurs. C'est le coup classique des AD qui font monter en manie… Dans ce cas, la personne est bipolaire de type III, c'est-à-dire dépressive avec manie induite par des antidépresseurs.

Il conviendrait avant tout de commencer un traitement par thymorégulateur, qui est le traitement de base de toute personne bipolaire — voir le site web dont je suis cowebmestre : catégorie "Information", forum "Documents internes", "Classification".

Dans le cas d'une dépression résistance à tous les traitements médicamenteux, la sismothérapie est une bonne solution pour tenter de sortir de dépression : il est même possible de parler de «miracle» tant les résultats peuvent être surprenants. Seul inconvénient : des pertes de mémoire plus ou moins longues dans le temps.

La sismothérapie n'est plus un traitement barbare : ses conditions d'utilisation se sont grandement améliorées (anesthésie générale). Nous ne sommes plus au temps de "Vol au dessus d'un nid de coucou". Vive la réforme des idées reçues !

Oui, il est mieux d'essayer de sortir de la souffrance.

Bonne journée. Bises :D . Jacques :)

Je suis bipolaire (maniaco-dépressif) de type 1, en invalidité et ex "stabilisé", cowebmestre du site mentionné dans mon profil.

Portrait de Invitée1971
J'aime 0

bonsoir,

merci pour ces précisions.
s'agissant du trouble bipolaire : est-ce compatible avec ce diagnostic de "syndrome de mélancolie' ? ou n'ose-t-on pas me dire la réalité (j'ai entendu dire que les troubles bipolaires ont une origine en partie génétique, et je suis de la même famille).
quelle attitude adopter face à ce genre de maladie ? faut-il plutôt "secouer" la personne, l'écouter, l'inciter à parler, se taire, tout ça à la fois ? je vais bientôt aller la voir.
dernière chose : vous parlez d'un site dont vous êtes webmestre mais je n'ai pas vu de lien.

bonne soirée

Portrait de Jacques - jc1955fr
J'aime 0

Bonjour ! :)

Le site dont je suis cowebmestre, Angie (de N et J, Nathalie et Jacques), est accessible depuis le bouton "site web" à gauche en dessous de mon pseudo.

Il y a d'autres facteurs que la fragilité génétique, qui font que le trouble bipolaire peut être développé.

Ici, la personne est dépressive et a manifesté, lors de sa prise d'AD, une certaine fragilité. Ne sortant pas de la dépression par les moyens médicamenteux, il est possible d'avoir recours à la sismothérapie.

Il faudra donc veiller que ces éventuelles séances d'électrochocs ne la fassent pas monter en manie, puisqu'une fragilité a été décelée.

Maintenant et au long cours, puisque cette fragilité à été décelée, il faudrait que cette personne en apprenne plus sur elle-même et apprenne à déceler/contrôler ses accès maniaques. C'est le rôle de la psychoéducation et aussi des traitements comme les thymorégulateurs.

Je ne suis pas psychiatre. C'est donc à un tel spécialiste qu'il revient d'établir un diagnostic de bipolarité, de type III. Devrait s'en suivre la prise logique d'un traitement au long cours afin de prévenir les récidives, dans l'état actuel de l'art.

Bonne journée. Bises :D . Jacques :)

Je suis bipolaire (maniaco-dépressif) de type 1, en invalidité et ex "stabilisé", cowebmestre du site mentionné dans mon profil.

Portrait de lilikim
J'aime 0

bonjour

La reference modiale en matière de temoignages et autres sur les electrochocs est :

http://www.ect.org/

en tradutin google :

http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.ect.org/&sa=X&oi=translate&resnum=1&ct=result&prev=/search%3Fq%3Dect.org%26hl%3Dfr%26rls%3Dcom.microsoft:fr:IE-SearchBox%26rlz%3D1I7GGLJ

Ce site est vraiment complet.

voir aussi :

http://electrochoc.sosblog.fr/

Contrairement à ce qu'il a été affirmé : nous sommes encore et toujours a l'époque de "vol au dessus d'un nid de coucou"

Portrait de Invitée1971
J'aime 0

merci. mon seul regret est que ce site soit résolument "contre" et que vous ne proposiez pas d'autres points de vue, mais cela permet au moins de connaître le vôtre. je ne défends aucune chapelle, mon unique objectif est de savoir si cela peut soigner la personne malade.

sinon : "contrairement à ce qui a été dit, nous sommes toujours au temps de vol au dessus d'un nid de coucous" : qu'en savez-vous ?

Portrait de lilikim
J'aime 0

Invitée1971 wrote:
merci. mon seul regret est que ce site soit résolument "contre" et que vous ne proposiez pas d'autres points de vue, mais cela permet au moins de connaître le vôtre. je ne défends aucune chapelle, mon unique objectif est de savoir si cela peut soigner la personne malade.

sinon : "contrairement à ce qui a été dit, nous sommes toujours au temps de vol au dessus d'un nid de coucous" : qu'en savez-vous ?

Vous cherchiez des temoignages : il y en a sur le site...
Il y a meme un forum pour en discuter avec les victimes...

Il n'y a pas d'autres avis sur internet sur le sujet émanant de personnes ayant subit des electrochocs et ayant ouvert des sites sur ce meme sujet : ils sont unanime.

Si vous aviez visité le site en entier vous ne poseriez pas cette question...

Nous sentons bien dans votre réponse que vous ne cherchez pas des informations ni des témoignages mais seulement une avalisation de votre opinion positive sur le electrochocs...

Chacun est libre...

Pour plus d'informatons en français sur la psychiatrie et ses méthodes, lisez : "soigner à tout casser"...

Mais encore une fois chacun est libre de s'informer ou non...

Mais l'informaton, elle, a le mérite d'exister...

Portrait de Invitée1971
J'aime 0

bonjour,
non, vous ne 'sentez pas bien' ma réponse. comment pouvez-vous écrire de telles choses... sans savoir à qui vous parlez. je suis de la famille d'une personne qui va avoir ce traitement et je cherche juste, comme indiqué, des témoignages. que je cherche à me rassurer en ayant AUSSI des témoignages positifs est un fait. je ne suis pas celle qui décide du traitement, aussi, vous comprendrez que les témoignages alarmistes ne seront pas de nature à m'attirer. sans pour autant me fermer les yeux. de grâce, ayez un peu de psychologie et mettez vous à la place des autres sans procès d'intention inutile. les choses sont bien assez tristes comme ça. mais je vous rassure. je viens bien chercher de l'information. je lirai tous les témoignages, du moment qui'ls sont posés et mesurés, quand bien même ils dénoncent telle ou telle pratique.

Portrait de galinette
J'aime 0

bonsoir
je vous ai déja répondu sur votre post sur l'internement en service fermé;A vous lire Invitée 1971 on se demande si nous n'habitons pas au même endroit et si on ne vit pas la même histoire ;Notre fils de 17 ans présente une depression de type mélancolique nous avons du prendre la decision d'accepter la sismotherapie;Nous aussi nous avions l'image de "vol au dessus d'un nid de coucou ;"On ne nous a pas laissé beaucoup le choix dans notre décision mais nous avons téléphoné à plusieurs psychiatres à plusieurs médecins et tous nous ont répondus que si on nous proposait les electrochocs(appelons un chat un chat) c'est que le psychiatre n'avait pas d'autres solutions;
Notre fils en est au 4em ECT (electroconvulsivotherapie) au bout de 2 on a cru que c'était en effet miraculeux et la veille du 3em il a refait une tentative de suicide;mais il parait qu'il faut au moins 6 ECTpour voir de l'efficacité....voici un lien qui explique bien ce que c'est http://www.sfar.org/ectrecomm.html et n'allez pas lire ces sites d'anti psychiatrie ,ils sont terrifiants et quand on est concerné lire ces histoires est pire que tout;Ce dont on a besoin c'est de soutien et pas d'être cassé par des témoignages ,chaque cas est unique ,chaque pathologie est unique ,chaque individu est unique chaque indication est unique ,ne vous laissez pas influencer;Penser avec votre coeur,c'est la seule façon; je suis une mère desespérée et notre famille est dans une souffrance terrible;Je vous embrasse et bon courage

Portrait de Invitée1971
J'aime 0

bonsoir

merci pour votre témoignage.

concernant l'enfermement, les choses se passent "mieux" pour lui que pour votre fils - d'après votre témoignage et d'après le sien. il est évidemment (très) malheureux d'être enfermé mais je dois dire que les choses étaient finalement "pires" dehors - en plus des tentatives de suicide, son état d'esprit était bien plus mélancolique encore
ici au moins, il peut en "vouloir" à qchose d'autre qu'à lui-même. bien sûr ce n'est pas une solution à moyen ou long terme mais ce genre d'expérience oblige, comme vous devez le savoir vous aussi, à vivre dans le court terme permanent. ceci étant il est très entouré par sa famille (droit de visite dont nous usons tous les jours), sans quoi je pense qu'il serait devenu "fou" (et non plus "seulement" dépressif) depuis longtemps. de plus, les conditions varient beaucoup en fonction de l'état du patient, du service... il est vrai que l'on semble manquer de structures à même d'accueillir ces dépressions pathologiques mais qui à mon sens sont malgré tout très différentes des autres pathologies psychiatriques rencontrées dans les établissements fermés. c'est difficile pour la famille bien sûr mais surtout pour le patient car cette proximité avec la maladie "des autres" est sans doute particulièrement déséquilibrante et anxiogène.
il a eu son premier electrochoc. c'est une bouée lancée à la mer, nous avons conscience que rien n'est et ne sera jamais gagné. pour personne d'ailleurs quand on y pense. les choses peuvent aller si vite... et on se sent / on est tellement IMPUISSANTS. finalement, quelle différence entre guérir qqun d'une dépression grave ou d'un cancer ? nous n'avons pas plus de prise sur l'un que sur l'autre, nous pouvons juste être là, aimer, soutenir, aider. rôle difficile à accepter. je me mets surtout à votre place et à celle de ma mère. cette situation doit être particulièrement dure pour un coeur de mère (j'ai un petit garçon et peux imaginer de quoi je parle) donc je vous adresse tout mon courage et espère que vous êtes bien entourée pour continuer à voir la vie en "positif" envers et contre tout.
j'ai essayé d'aller sur le site que vous indiquez mais le lien ne fonctionnait pas. je ferai une autre tentative bientôt.
concernant la dépression, je pense qu'effectivement nous ne sommes pas capables de comprendre ce que c'est tant que nous ne l'avons (heureusement) pas vécue. il s'agit manifestement d'une véritable maladie, difficile à comprendre car inexplicable ou si peu avec les connaissances médicales d'aujourd'hui. cet espace d'inconnu laisse libre cours à l'imagination de chacun et à toutes les dérives possibles, médicales comprises. j'aurais donc tendance à dire qu'il faut, quand on sent un personnel impliqué et sérieux en face de soi, faire confiance à la médecine, même si cela est parfois dur. il faut pour autant rester vigilant et surtout, se rappeler qu'en matière d'amour et d'affection quoi qu'il en soit personne ne prendra aussi bien soin que nous des êtres qui nous sont chers. nous ne pouvons pas nous impliquer trop fortement s'agissant d'affects et de sentiments qui demandent parfois une certaine distance mais nous nous devons d'être acteurs et présents. parfois je me mets aussi à la place des psychiatres. je me demande ce qui peut les motiver pour faire ce métier si difficile, en dehors d'un fort sentiment positif pour l'être humain et d'un grand souci de guérir. mais je ne suis pas sûre que tous/toutes soient animé(e)s par ces motifs. celui qui s'occupe du membre de ma famille a l'air de gérer correctement la situation. j'ai confiance, bizarrement. pourtant je suis en même temps convaincue qu'il ne faut pas l'enfermer dans le cercle viscieux du monde médical. tout cela est bien confus et amène d'autres questions encore : que ressentent les psychiatres, qui sont malgré tout des hommes eux aussi, v/v de leurs patients, comprennent-ils vraiment leur état d'esprit, ces malades se ressemblent-ils tous ? sont-ils en qque sorte pour eux "prévisibles" ? pourquoi parle-t-on finalement si peu en public de tous ces cas ? sont-ils si peu nombreux ou préfère-t-on les oublier ?
pour en revenir et finir par les "patients" : notre petite consolation est peut-être de se dire que les médicaments à forte dose leur permettront d'oublier, peut-être, s'ils s'en sortent par la suite.
et enfin concernant votre fils : vous a-t-on expliqué pourquoi il est traité de cette manière ? pour qu'il évite de se blesser ? que dit-il lui-même de sa situation, exprime-t-il une souffrance supplémentaire ?

bien à vous et merci encore pour votre empathie.

Portrait de Jacques - jc1955fr
J'aime 0

Bonsoir,.:)

Voici le témoignage de Charlotte83 : (clique ici) bipolairemd — charlotte83 et sa fille.

Bonne soirée. Bises :D . Jacques :)

Je suis bipolaire (maniaco-dépressif) de type 1, en invalidité et ex "stabilisé", cowebmestre du site mentionné dans mon profil.

Portrait de veronique 122
J'aime 0

Bonjour,
S'i l vous faut un témoignage je vais vous en donner.
On m' a fait des électrochocs quand j' avais 15 ans pour risque vital suite à une anorexie. On m' a enfermé dans une chambre capitonée. Le contexte familial était compliqué, mon père avait eu un accident un an aupravant qui l' a rendu handiccapé, mes parents se sentaient impuissants mais ils avaient une bonne couverture mutuelle la mutuelle civile de la Défense. Le mèdecin de généraliste a donné le nom de l' établissement à mes parents, je ne savais pas s' il était au courant de ce qu' ils pratiquaient la bas alors que je n' avais que 15 ans.
Au début j' étais juste anorexique, pendant mon internement je me souviens avoir été gavé de médicaments que je prenais par poignées, au poids de 32 kilos et à l' age de 15 ans je ne pouvais pas tenir avec de telle dose de médicaments et en plus l' effet des médicaments avient pour effet de me maintenir toujours en éveil, je ne dormai plus, la proximité avec des très grand malade a fini par m' être néfaste et je me suis faite abuser par d' autrres patients dont une particulièrement.
Vu que je refusai de manger, devais je avoir l' appétit dans un milieu aussi morbide? A vous de me le dire.
De bonne constitution à la base heureusement.
On m' a fait des électrochocs et on m' a enfermé dans une chambre capitonée comme si une filette de 15 ans et qui pèse 32 kilos pouvait mériter un tel traitement dde faveur.
Je témoigne que j' ai été victime d' un acte médical pour des buts financiers, mes parents ont été duppé et mal informés car ils étaient umpuissants et en plus de condition sociale modeste.
Aujourd' hui on m' a déclaré borderline le peu de fois que je suis allée voir le psy car curieusement ces pratiques ne me conviennent pas du tout. Je suis demandeur d' emploi et en rupture familiale, mes relations sont chaotiques, dès que je parle de l' électrochocs je ressens du préjugé et du rejet chez les gens. Les psychologues eux même peu informé sur ces pratiques. J' avoue que les psychologues que j' ai vu dans des centres pour jeune m' ont aider dans le sens ou ils m' ont aider à prendre de la distance avec les codes sociaux et j' ai appris à analyser, mais aujourd' hui j' affirme que ma vie est une véritanle souffrance. J' ai un questionnement tant qu' à mon fonctionnement intellectuel surtout mathématiques. Avant qu' on me fasse les les électrochocs, j' avais 16 de moyenne générale, j' étais en seconde et j' avais 15 ans. Aujourd' hui je doute complètement de moi. Mon objectif était de poursuivre des études, je ressens un sentiment de viol mais aussi d' injustice et ma colère est prête de s' éteindre car j' ai forgé le principe anti électro chocs en dogme, je suis prête à soutenir toutes les personnes qui en ont été victimes car je trouve ces pratiques indignes. Je déconseille aussi les gens à accepter qu' on leur fasse. Une personne faible et fragile et surtout une femme est susceptible de laisser embobiner et je vous préviens qu' après ce n' est pas plus facile. Il n' y a qu' une solution pour se sentir mieux, faire un travail sur soi et faire un travail en famille, si pas possible s' en détacher et se faire aider par des etres humains et non par des techniques barbares.

Portrait de veronique 122
J'aime 0

Mes parents croyaient qu' on me sauverait mais au fil des années ils se sont rendu compte que je ne peux suivre de scolarité difficilement. J' ai des problèmes d' argent et eux ils souffrent de me voir comme ça.

Portrait de Eva Tessier
J'aime 0

Bonjour a toux,
j aimerais savoir si la sismothérapie marche pour les angoisses ?
merci pour vos réponses

Portrait de Raphaëlle
J'aime 0

Question très pertinente !!! Atteinte d'1 syndrôme anxio-dépressif majeur, j'ai eu qq séries d'électrochocs) qui m'ont énormément aidée : sur la dépression, oui, sur ces "vacheries"d'angoisses, peut-être 1 peu moins et plus tard...Mais il est très difficile de faire la part des choses, tant elles sont liées !
Si vous souffrez d'angoisses sans dépression caractérisée, alors là, je ne suis pas personellement convaincue de la nécessité d'1 sismothérapie. Mais je ne suis pas psychiatre...! Il faudrait demander à votre psychiatre en lui décrivant bien la chose, telle que vous la décrivez ici, sur ce forum. Bonne chance Raphaëlle

Portrait de veronique 122
J'aime 0

Aujourd' hui je n' ai qu' une idée en tête, faire cesser ça et démontrer par les techniques d' imagerie cérébrale des électrochocs provoquent des liaisons cérébrales irréversibles, qu' il n' y a aucun suivi de la famille et de l' entourage du patient et que ce n' est pas une solution pour soigner des adolescents mais qu' on leur prive de leur jeunesse et que ces personnes méritent des dédomagements.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Alors je te souhaite d'y arriver, car maintenant on dit que c'est plus rien car ils sont pratiqués sous anesthésie. Honteux !!!

Comme si le fait de ne rien sentir sur le moment empéchait de ressentir quoique ce soit après.

Je suis totalement contre ces pratiques comme d'ailleurs la prescriptions des AD très lourds qui souvent ne font qu'aggraver la situation.
Ce sont des béquilles qui masquent le vrai problème.
Et ces traitements permettent simplement de pouvoir "calmer" les personnes, mais cela ne leur permet pas de vivre.

Ce n'est pas en abrûtisant une personne qu'on la soigne.

Je suis horrifiée par ce qui peut se passer en psychiatrie.
Et le pire c'est qu'ils disent qu'il n'y a rien d'autre à faire. Mais sans avoir chercher d'autres moyens.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de juliendes
J'aime 0

Vous voulez des témoignages.

Eh bien sachez que si je n'ai qu'un seul souhait dans ma vie c'est bien de ne pas avoir été victime des destructions lié aux électrocutions de mon cerveau par une institution médicale qui devrait avoir honte d'exister.

Comme une femme violée ne va pas se vanter se son traumatisme ...
Et encore si j'avais eu le choix j'aurais prefere la prison et le viol...

Il est difficile de parler de l'indicible.

Je pense que toute les victimes des guerres n'ont pas de mots non plus pour exprimer les dégats causés dans leur chair et dans leur ame.

Tout à commencé alors que je n'étais dans ce monde qu'un adolescent de 16ans dans des questionnements et des doutes.
Le souci c'est lorsque vous allez mal sans pouvoir donner les causes.

-Je vais mal! Mes résultats scolaires chutes! Aidez moi

voila une phrase que je n'aurais jamais du prononcer!
Car ayant toujours été leader et intelligent dans les meilleurs de la classe, plus vif, plus curieux, il paraissait d'autant plus bizarre que ca soit moi qui rencontre des difficultés..
Mais voila tout le paradoxe! comment un jeune brillant, sociable, très intégré par ses amis et plutot model et heureux avec une famille qui apparemment se portait bien peut il chuter vers 16ans.

Alors le souci c'est qu'à l"époque je n'avais pas trop de réponse à part je sais pas. Je suis angoissé, malheureux et j'ai des soucis pour me concentrer.

maintenant j'ai malheureusement les réponses à cet étrange mal etre qui m'avait affecté (j'expliquerai apres pour ceux que ca intéressent)

Enfin bref pour ma famille et moi ca semblait etre un mystere!

Et mon plus grand malheur c'était d'avoir un pere super que j'aimais plus que tout et qui était medecin (car j'ai amalgamé medecine et mon pere). J'ai cru que les medecins étaient des gens biens comme mon pere!

Alors j'étais une cible facile à exploiter pour le coté obscure de la medecine. Un jeune dont le pere est medecin et qui reve secretement de le devenir lui meme. Cela je pense n'aurait pas posé de probleme à l'époque car j'étais de loin le meilleur en biologie et l'un des tout premier en science mais passons ...

Me voila dans les mains d'un neurologue qui m'a dit julien faudrait voir un psy et c'est la que je tombe sur le doctor XXXXX qui profite de ma croyance en la medecine pour me coller tout un tas de maladie plus absurdes les unes que les autres mais à l"époque je le crois.

Je me retrouve donc drogué de cachets prescrits par ce charlatan
puis il me persuade que je suis gravement malade que je dois arreter les etudes bref me voila cachetonné descolarisé...

Le comble lorsque l'on sait que je ne voulais juste qu'une aide pour ma scolarité en fait mais je reconnais que j'ai pas réalisé à l'époque.

Entre temps j'ai fait une chute à cause des medicaments ou j'ai failli mourir... dos brisé poignets broyé...

l'horreur commencait deja mais ce n'était que le début d'un parcours surréaliste!!

puis une clinique pédopsy a pris le relai ( ma mere avait vu une emission )

bref me voila descolarisé cassé et maintenant loin de ma famille à paris entouré de medecin dans une clinique psy qui aurait du soi disant m'aider à reprendre ma scolarité.

Alors la le cauchemare devient total
Le doctorXXXXXXXXXXXX qui était sensé etre responsable de moi se retrouve en oppposition avec le doctor Xn°1 qui m'avait propulsé dans ce début d"enfer.

Et la pour mon plus grand malheur une contre expertise est demandé à la salpetriere au professeur XXXXXX
j'insiste sur les noms car ses gens ont brisé mon ame et ma vie.

la querelle consistait entre XXn°2 plutot sympa qui ne voyait qu'un passage difficile d'ado, Xn°1 qui me prenait carrement pour un schizo alors que j'ai jamais eu de souci au niveau de ma conscience et de ma personalité. Finallement cet ....... d'allilaire a tranché pour une melancolie en gros une grosse depression voir plus pour ces cinglés de la psy!!

Si on en était resté la passe encore mais c'est la que allilaire me fait subir des sismo alors que je n'ai que 18ans que ouvry est contre !!!

je me rapelle juste de la 1ere de mon reveil sans savoir comment je m'appellais qui j'étais ce que je faisais la. Juste une horrible angoisse et une main pour me rassurer celle d'une infirmiere...

Apres les autres se sont enchainés sans que je puisse me defendre

il parait que j'en ai eu 7 ou 8 selon mes parents ca je ne pourrais jamais le dire car ma memoire etait hs des la 1ere

Je suis reparti detruit le cerveau détruit. Tout ce que j'avais construit en eleve dans ma scolarité tous mes souvenirs ils m'avaient tout pris!!

Comment peut on faire ca à un homme...

Si j'vais le choix aujourd'hui je prefererais que l'on me brise les bras et les jambes au marteau mais qu'on me laisse mon ame et mon cerveau en paix !!

Apres cela l'eleve brillant est devenu un légume.
Mes espoirs d'embrasser une belle carriere de medecin disparus.
je ne pouvais meme plus prendre le metro m'orienter ou composer un numero je ne savais meme plus lire!!

j'ai juré de me suicidé apres ca mais je n'avais pas le courage aussi j'ai décidé de me laisser un peu de temps pour voir si je pouvais réappprendre tout

J'ai essayé de lire des bd pour réappprendre à lire. Je me suis mis au piano et pendant des années deul j'ai essayé de me reconstruire.

Le cerveau cicatrise qd meme un peu et à force de travaillé sans relache j'ai récupéré un niveau correct.

Mais malgré tout ce que j'ai fait pour m'en sortir, je n'ai pu réaliser aucune de mes ambitions. J'ai qd meme repassé un bac avec mention et fait un cursus d'étude superieur de prof. Mais aujourd'hui je suis rempli de tristesse de part ce parcours hallucinant, je fais un metier que j'aurais jamais eu l'idée d'exercer jeune si j'avais pas connu ces mesaventures.

Il est probable que sur le long terme je survive pas à ce parcours inhumain dont je fus le spectateur malheureux et la victime aussi protégez vous !!

Si vous croyez que les souvenirs font mal, que votre passé vous hante et que vous etes pret à tout pour vous en sortir sachez que le moyen le plus douloureux pour finir quasi assurement au cimetiere sur le long temr ce sont les sismo!!

je ne peux vous dire plus qu'il n'existe pas d"équivalent de torture sinon en temps de guerre et encore j'aurais prefere quelques coup de couteau ou violence physique que cette atrocité.

En esperant que ce témoignage sauve des enfants et des aldultes.
Aucune souffrance psychologique ne peut justifier les sismothérapies.

MESSAGE MODÉRATION.

Désolée mais les noms de médecins ne peuvent pas apparaitre. Même si je comprend très bien votre point de vue à ce sujet.

Portrait de bella 123
J'aime 0

Invitée1971 wrote:
bonjour,

je suis à la recherche de témoignages sur les électrochocs. quel est le profil du patient, comment sont-ils pratiqués, quels sont les effets secondaires, les effets positifs ? ce traitement va être proposé à une personne qui est actuellement traitée par neuroleptiques sans amélioration suffisante. cette personne est hospitalisée en secteur fermé suite à 2 tentatives de suicide et dépression sévère de plus d'un an dans un contexte familial difficile (infidélité conjugale, divorce). merci.

salut a toi, moi c'est cynthia. Je peux tres bien t'offrir mon temoignage, puisque j'en ai eue 16 ect. A l'epoque, ils me les ont administres pour depression severe qui ne guerissait pas . Pour tes renseignements, cette pratique est faite sous anesthesie generale et comporte enormement d'effets secondaires graves. Moi-meme j'ai des repercussions ultra grave suite a cette technique barbare. Depuis l'administration de ces ect, j'ai perdue enormement la memoire, assez pour ne plus me souvenir du tout de mes beaux souvenirs d'enfance. Je suis vraiment depressive face a cet accablement... Pour ma part, j'ai constatee des effets positifs tels qu'un meilleur moral, mais pour tres peu de temps ( meme pas 2 mois ) et j'ai ete rehospitalisee au bout des 2 mois. Pour terminer, je deconseille fortement la pratique de cette barbarerie, car elle peut-etre irreversible

Portrait de Passionperdue
J'aime 0

Bonjour,
je suis un peu en retard pour cette discussion. Certains sites cités ne sont malheureusement plus disponibles.
J'étudie la sismothérapie (les électrochocs), et cela m'interesserait de pouvoir rencontrer, ou contacter (mail), une personne qui a un avis favorable aux électrochocs et une qui en a un avis défavorable. Avec plaisir aussi, je prendrais contact avec quelqu'un qui en a subi, ou un neurologue ainsi qu'un psychologue.
Merci beaucoup.
En attendant, je vous laisse débattre sur ces questions qui me troublent: Qu'est ce que la folie? Qui en décide?
Ah oui, et je cherche les "lois" par rapport a la sismothérapie...

Pages

Participez au sujet "sismothérapie - électrochocs : des témoignages ?"