Portrait de denise21500

bonjour , que pensez vous du rivotril quel est son efficacite sur les douleurs et qui a deja eu un traitement de rivotril par perfution ? est ce vraiment un traitement pour la fibromyalgie je dois etre traiter comme cela et je veux savoir si ca vaut le coup ,j en ai marre des nouveaux traitements qui ne font pas grand chose . merci

Portrait de jane13
J'aime 0

hello,

je tourne au rivotril depuis plus de 5 mois , mais en gouttes et l'accoutumance est telle que je suis obligée d'augmenter de moi meme les doses pour garder un soupcon d'efficacité !
je suis passée de 15 gouttes a 32 gouttes en 2 mois.

on me l'a prescrit uniquement pour remplacer les somniferes, et me permettre de dormir plus de 4h de suite malgré les douleurs..

encore cette nuit, je me suis reveillée dix fois en gemissant de douleur simplement par le fait de me tourner dans mon lit...

apres il semble qu'associé a d'autres medicaments, tel l'ixel, dont on m'a parlé, il serait tres efficace...

moi je prends du laroxyl (50 gouttes ) avec, et a part un peu plus de mobilité dans les jambes (je peux marcher 10 minutes au lieu de 5 il ya 2 mois, trop bien!)
j'ai d'enormes trous de memoires a court terme, de gros problemes de concentration, hallucinations en tout genre et bcp de difficulté a conduire..

apres chaque fibro est differente, il ne faut, a mon avis, pas rejeter un traitement sans l'avoir soi- meme essayé...

bon courage
bonne soirée
jane

Portrait de selenia.com
J'aime 0

bonjour Jane.
Je suis moi même sous rivotril et laroxyl depuis 2 ans et j'arrive à contrôler mes douleurs .
Je prends également du nexen et du monocrixo (en remplacement du lyrica ,trop d'effets secondaires ) et cela m'a permis de reprendre mon travail d'abord en mi-temps thérapeuthique puis à temps complet avec amménageme,t de poste de travail .

Je dois avouer que les changements climatiques sont extrêmement influents sur ma fibromyalgie (l'humidité et le frois sont un enfer à chaque fois) . Malgres tout j'essaie de ne pas y penser car sinon cela deviendrait invivable .

Courage à tous et il est vrai que quand on souffre de cette maladie on a une vie totalement différente des autres car on est sans cesse obliger de se "shooter " pour pouvoir tenir le coup .

Portrait de APM
J'aime 0

Jane wrote:
je tourne au rivotril depuis plus de 5 mois , mais en gouttes et l'accoutumance est telle que je suis obligée d'augmenter de moi meme les doses pour garder un soupcon d'efficacité !
je suis passée de 15 gouttes a 32 gouttes en 2 mois.

Bonsoir,

Je n'aurais pas accepté un traitement au Rivotril, mais ça, uniquement pour raison particulière à mon traitement passé et arrêté après sevrage.

Ce qui me surprend dans cette discussion, c'est le fait de dire que tu as augmenté de toi-même la posologie.
Avais-tu au préalable, l'accord de ton médecin te disant que, si au bout d'une semaine (c'est un exemple) il n'y avait pas amélioration, d'augmenter les gouttes, de tant, à chaque fois ???

Sinon, tu auras augmenté la posologie du double !
Et tu te rends compte qu'il y a accoutumance ?!

En ce qui concerne le Lyrica, c'est vrai qu'au début il y a des effets plus qu'indésirables ... Je le reconnais pour avoir eu ces effets indésirables.
Mais, je pense (cela n'engage que moi !) qu'il ne faut pas trop parler vite à ce sujet.

Les effets indésirables s'atténuent. Comme pour tout produit actif, un médicament chimique a des effets positifs et d'autres, négatifs.

Jusqu'à ce matin, j'étais à 300 mg/jour. Je vais passer à 400 mg/jour, en augmentant de 25 mg, càd que ce soir j'ai pris 175 mg au lieu de 150 mg, et que dans deux, trois jours, je prendrais deux fois 200 mg.

Mon pharmacien a entouré le logo représant une voiture dans un triangle rouge, pour bien me rappeler qu'il est dangereux de conduire sous l'effet de la prégabaline.
Mais, quand je prenais les anti-commitiaux, il en était de même, et pourtant je conduisais.
J'espère continuer à conduire en ville ...

Enfin, tout ça, pour dire qu'il vaut mieux suivre les conseils de son médecin et/ou de son pharmacien !

Bonne soirée,

Agnès,

Mes nuits sont plus rebelles que vos jours ; Mon sommeil ne connaît pas le mode "sans échec" ! APM

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour à toutes,

Chaque personne réagit différemment aux médicaments, donc il est difficile de dire si l'un ou l'autre est mieux....par contre si je parle pour moi, je dirais que le Rivotril est efficace pour aider à relaxer afin d'aider au sommeil car c'est un relaxant sans plus. Il m'aide beaucoup car je souffre d'insomnie et est un complément pour m'aider à calmer les douleurs...mais, il ne s'agit pas d'un médicament pour la fibro.
Moi je prends du Neurontin et cela m'aide beaucoup à soulagé mes douleurs, par contre il ne ne fait que les diminuer et non les guérir !!!
Pour ce qui est du Lyrica, je me suis informé auprès de mon médecin traitant à savoir s'il était plus efficace que le Neurontin et elle m'a répondue que : il n'y a pas beaucoup de différence sauf évidemment le prix qui est plus élevé !!!
Moi je prends 300mg/le matin et 600mg/au coucher ( Neurontin)
Quinine 300mg au coucher( crampes aux jambes)
analgésiques 650mg(2 comp/le matin) et (2 comp/le soir)
Rivotril 2mg au coucher....
Avec ça je réussis à dormir quelques heures et je me dis que c'est déjà ça de pris !!!

D'habitude le médecin traitant est en mesure de constater et cela avec l'aide de son patient ce qui leur fait du bien ou non. Et par la suite s'il le faut l'ajustement se fait ....
Il ne faut pas oublier que le seuil de douleur n'est pas comparable pour chaque personnes. Certains supportent très bien les traitements de fond mais tandis que pour d'autres, ils doivent avoir recours à la dose massive de plusieurs médicaments...

Quoi qu'il en soit, l'essentiel c'est que chacun y trouve son compte et en ressente les bienfaits à court ou à long terme !!!

Bonne chance à toutes et bon courage car il en faut beaucoup !!!
bisous
Jory-lou

Portrait de APM
J'aime 0

Bonsoir,

Juste un petit copié-collé des trois médicaments suivants :

Lyrica

Quote:
Molécule(s) : Pregabaline

Classe thérapeutique :
Antalgique et antiépileptique

Laboratoire(s) : Pfizer

Indications
LYRICA est indiqué
- dans le traitement des douleurs neuropathiques périphériques de l'adulte,
- dans le traitement du Trouble Anxieux Généralisé (TAG) de l'adulte,
- dans le traitement des épilepsies (frontale à crises nocturnes, épilepsie partielle à foyer variable, forme familiale et épilepsie temporale, forme familiale)
- dans le traitement des douleurs neuropathiques centrales chez l'adulte.

Aux états-unis, LYRICA vient de recevoir un agrément pour le traitement de la fibromyalgie.

Informations pratiques
LYRICA est disponible sur ordonnance uniquement.

Mode d'action
LYRICA agit directement dans le système nerveux en se liant à des canaux voltages-dépendants.

Effets secondaires
LYRICA peut provoquer des troubles de la marche, une sensation d'ébriété, une fatigue, un oedème périphérique, des oedèmes, des vomissements, une bouche sèche, une constipation, des flatulences, une augmentation de l'appétit et une prise de poids, des troubles de l'érection, une difficulté à respirer (dyspnée), une sécheresse nasale, une humeur euphorique, une confusion, une irritabilité, une diminution de la libido, des étourdissements, une somnolence, des troubles de la coordination, des tremblements, une dysarthrie, des troubles de la mémoire, des troubles de l'attention, des paresthésies, une vision trouble, une diplopie (vision double), et des vertiges.

Rivotril

Quote:
Molécule(s) Clonazépam

Classe thérapeutique
Anticonvulsivant de la famille des benzodiazépines

Laboratoire(s) : Roche

Indications
RIVOTRIL est utilisé pour traiter certaines formes d'épilepsie graves.

Informations pratiques
RIVOTRIL peut entraîner une dépendance.

RIVOTRIL est délivré seulement sur ordonnance.

Mode d'action
Le clonazépam (principe actif de RIVOTRIL) agit au niveau du système nerveux central (dans le cerveau) pour empêcher une stimulation excessive de certaine zone et la survenue de crise d'épilepsie.

En cas d'oubli
L'horaire des prises doit être strictement respecté. Lors de déplacements, munissez-vous d'une copie de votre ordonnance pour éviter de sauter une prise en cas d'oubli du médicament. Conservez à l'abri de la lumière. Attention : Ne pas doubler la dose.

Effets secondaires
On observe parfois avec RIVOTRIL des trous de mémoire, une mauvaise coordination des mouvements, une somnolence (en particulier en début de traitement et chez les personnes âgées). Le médicament peut éventuellement provoquer une irritabilité et une excitation. En cas de doute, consultez votre médecin traitant le plus tôt possible.

Neurotin

Quote:
Molécule(s) : Gabapentine

Classe thérapeutique
Anticonvulsivant non barbiturique

Laboratoire(s) : Pfizer

Indications
NEURONTIN est utilisé pour traiter l'épilepsie partielle.

Informations pratiques
Délivré seulement sur ordonnance.

Mode d'action
La gabapentine est apparentée au GABA (neurotransmetteur inhibiteur) par sa structure, mais son mode d'action, différent des autres antiépileptiques, n'est pas encore parfaitement connu.

En cas d'oubli
Le médicament doit être pris à heures fixes pour éviter les oublis. Afin de ne pas sauter de prises, il est recommandé de conserver sur vous une ordonnance valide pour pallier les oublis. Reprenez le médicament dès que vous y pensez, puis continuez selon la posologie habituelle. Attention : Ne pas doubler la dose.

Effets secondaires
NEURONTIN peut entraîner une augmentation des crises en début de traitement, une somnolence, des vertiges, des troubles du sommeil, une fatigue, des maux de tête, une prise de poids, des troubles digestifs. Signalez le à votre médecin.

Bonne soirée et Courage,

Agnès,

P.S.: On constate que le Rivotril est une benzodiazépine, que les trois sont des anti-convulsivants, que le Neurontin n'est pas un Barbiturique, et que le Lyrica est classé comme antalgique ...
Mais il est vrai qu'il n'y a pas qu'une fibromyalgie, que tout le monde ne réagit pas pareillement à la douleur, et que, quel que soit le médicament, seul l'effet bénéfique est à retenir !
Et, surtout, que notre organisme ne supporte pas tous les médicaments, et que nous pouvons avoir d'autres traitements qui peuvent faire interaction avec un (des) médicament[s) qui pourraient nous convenir.
Et qu'il faut tenir compte des effets indésirables qui ne passent pas !

Mes nuits sont plus rebelles que vos jours ; Mon sommeil ne connaît pas le mode "sans échec" ! APM

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour APM,

Merci pour ce compte-rendu très détaillé sur tous ces médicaments....
J'aime me tenir au courant de la souffrance des gens et apporter mon soutien lorsque c'est possible car on est tous plus ou moins concerné...dépendamment des situations de chacun !!!

Quoi qu'il en soit je suis certaine que le temps que tu as pris pour tes recherches et le faire partager contribuera beaucoup à tous/tes.....

Comme tu le dis si bien : Il faut tenir compte des effets secondaires et indésirables qui ne passent pas !
Il en est ainsi pour la majorité des médicaments prescrits sauf que les patients en grande partie se fient à leur médecin traitant et ne font pas une analyse détaillée sur tous ce qui leur est prescrit car sinon au lieu de guérir, cela causerait une panique chez certains.... il est bon de savoir mais jusqu'à quel point et à quel prix ???

Bon courage !!
Jory-lou

Portrait de APM
J'aime 0

Bonsoir Jory-lou

Quote:
Il en est ainsi pour la majorité des médicaments prescrits sauf que les patients en grande partie se fient à leur médecin traitant et ne font pas une analyse détaillée sur tous ce qui leur est prescrit car sinon au lieu de guérir, cela causerait une panique chez certains.... il est bon de savoir mais jusqu'à quel point et à quel prix ???

C'est une bonne, très bonne question que tu poses là !
Et je ne pense pas avoir de réponse à t'apporter.
C'est vrai que les patients font confiance à leur médecin. Moi la première !
Cependant, j'ai besoin de savoir ce que je prends. J'ai tellement été consternée, affligée, en colère ... etc., etc. quand un neurologue m'a prescrit du Rivotril pour les céphalées, alors que je venais pour savoir si je pouvais arrêter sans problème mes anti-commitiaux et passer un EEG, et que je n'ai su qu'à la pharmacie, que je devais reprendre le premier anti-épileptique que j'avais eu au départ, que je n'ai :
- ni passé d'EEG,
- ni pris le Rivotril,
- commencé mon sevrage le soir même sans l'accord du neurologue (je devais le revoir après le scanner et l'EEG), ni de mon médecin. J'en ai fait part à mon généraliste par téléphone, et j'ai eu son accord. Je ne l'aurais pas eu, c'était pareil, je ne voulais plus prendre de Dépakine ni Alepsal.
- passé le Scanner cérébral après avis de mon entourage car je ne voulais même plus le passer !

-------
Je lis les notices des médicaments, mais ne m'arrête pas trop sur les effets indésirables. Je sais que, en principe, je n'aurai pas de problème à l'intestin. Si c'est au niveau gastrique, mon médecin aura pris les devants. Si c'est un problème d'endormissement, bon, eh bien ... je verrai ...
Je lis surtout la classe thérapeutique et la molécule qui concerne le nouveau médicament.
S'il y a une possibilité d'interaction avec la buprénorphine, s'il s'agit d'un IMAO (plus beaucoup maintenant je crois), s'il s'agit d'une benzadiazépine, d'un barbiturique ...

Pourquoi ? Pour savoir, surtout !
Pour être avertie ...
Pour ne plus avoir à être "cataloguée" aux services des Urgences de l'hôpital si j'ai la malchance de devoir y faire un tour pour un accident domestique, ou pour autre chose ...

---------

En ce qui concerne les recherches sur Internet, ce n'est pas ça qui m'a pris du temps ! Ca c'était vite fait. Le même site ouvert sur trois onglet.
Par contre, ce qui m'a pris beaucoup de temps, ça a été la mise en page. Et les corrections des balises qui manquaient ... et que je ne trouvaient pas !

Enfin bref, je voulais dire trois mots, et je me suis encore étendue, et je crains que je ne sois incompréhensible une fois de plus !!! lol

Bonne soirée,

Agnès,

Mes nuits sont plus rebelles que vos jours ; Mon sommeil ne connaît pas le mode "sans échec" ! APM

Participez au sujet "rivoril"