Portrait de LOLOG

Bonjour,

à 68 ans, il souffre d'une polynévrite (steppage d'un pied, bientôt du second). Lors de sa visite chez le généraliste et chez le spécialiste, il n'a pas abordé sa dépendance à l'alcool qui, bien que réelle, chronique et trés ancienne (40 ans) ne se voit pas dans les analyses sanguines effectuées (pas recherchée) et dans son attitude notamment le matin. J'ai vérifié cela par téléphone auprès des deux praticiens consultés.

Le neurologue est donc parti sur une polynévrite due à un coup, donc sans traitement. Le généraliste pense que l'alcoolisme ne se soigne pas (sic !). Malgré mon appel à ces deux praticiens, aucun des deux ne m'a dit : "je le rappelle pour revoir mes conclusions".

Un généraliste ami me dit à la lecture des examens - et sachant le problème d'alcool - que l'alcool est forcément la cause principale et probablement unique - dans ce cas le traitement existe : seuvrage et vitamines. Compte tenu de l'info essentielle qui manquait lors du diagnostic, qui doit faire le premier pas, le patient ou le docteur ? comment débloquer une telle situation ?

Merci de votre aide

Portrait de GhislainLeBelge
J'aime 0

Le probléme ne reside pas seulement dans le fait de lui dire de se soigner ,le plus difficile (un grand pas vers l'abstinence) est qu'il reconnaisse son alcoolisme. Je ne comprends pas l'attitude du neurolgue les analyses et les tests doivent demontrés cette dépendance et le généraliste est-il docteur?
Moi j'ai soigné des nevrites au pieds par des injections de vitamines B6 etB12
par la suite (2/3ans) quand j'ai rencontré un psychiatre pour mon alcoolisme,
il me reprochait de ne pas aller le voir dès ces premiers symptomes.
Pour le convaincre parle-lui des ses trous de mémoires (à court termes) pour moi se sont les deux faits qui m'ont fait réagir.
Bon courage pour la suite parce qu'un alcoolique n'est jamais guéri je pense..

Portrait de LOLOG
J'aime 0

Merci de ta réponse. Après discussion entre proches, nous préparons un dossier documenté à son attention sur les polynévrites - puisque tous les articles mettent l'alcool en exergue - pour lui mettre le marché entre les mains. Restera à revoir un docteur pour un diagnostic avec tous les éléments cette fois.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Les analyses ont montré que j'avais une polynévrite, due à l'alcool et autres toxines: tabac, TAC, médicaments.....
J'ai passé une IRM cérébrale et je dois passer une IRM médullaire.
Je souffre aussi du syndrome de Babinski et d'une paresthésie distale.
J'ai 38 ans et je ne peux ni conduire, faire du vélo, du ménage........
La marche me fatigue car ma jambe droite ne répond pas, ma cheville tourne.
Je dois effectuer une post-cure en novembre et j'espère "récupérer" physiquement......
Combien de temps faut-il pour retrouver une autonomie?
Merci de me répondre car je suis très inquiète quant à l'évolution de la maladie.

Portrait de Boufeldja Mekkaoui
J'aime 0

Répondre

Portrait de bob
J'aime 0

la polynévrite ne se soigne pas ,sachant que les nerfs se reconstitue que d'un centimetre par mois a condition d'etre totalement sevrer pour les polynévrites alcooliques et de ne plus avoir la moindre carences en vitamines b1 et b6 .

Portrait de Andrée
J'aime 0

L'ami de ma mère souffre de polynévrite ils viennent tous deux de le découvrir je suppose que sont cas et très avancé il a beaucoup de mal a marché ne peu quasiment plus monté les escaliers, il est aussi a la limite du squelettique il a de grosse perte de mémoires au point de lui répété plusieurs fois dans la journée quel jours nous sommes. Est ce qu'il y a plusieurs étapes de la maladie, si oui a quel niveau en sommes nous ? Après un sevrage peut on totalement guérir de cette terrible maladie ? A l'aide...

Portrait de anonymous
J'aime 0

Vous trouverez des informations sur cette pathologie dans notre rubrique Encyclopédie :

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/polynevrite-alcoolique-5423.html
Polynévrite alcoolique : causes, symptômes, traitements, dans l'encyclopédie Vulgaris-Médical

Portrait de DRINESAN
J'aime 0

bonjour
Mon père est alcolique "sévère" depuis des années et souffre d'une polynévrite. Il s'est arrêté de boire depuis octobre dernier. Depuis 1 semaine il a replongé et depuis hier se trouve à l'hopital, suite à une paralysie du bras droit et à une montée du rythme cardiaque. Y'a t'il relation de cause à effet. J'attends vos témoignages. MERCI...

Portrait de chtomcail
J'aime 0

j'ai ce qu'on appelle "bien vécu "avec beaucoup d'occasion de trinquer j'ai donc vécu une période alcoolique .j'ai la chance de ne pas etre dépendant mais je souffre tout de méme d'une polynevrite alcoolique .mon médecin m'a dit que c'était incurable car la gaine des nerfs est détruite et elle ne se reconstitue pas .j'aimerais que BOB confirme sa réponse qui fait part d'un centimétre reconstitué chahe mois

Portrait de chtomcail
J'aime 0

alors BOB dis moi

Portrait de chtomcail
J'aime 0

je vois que bob ne répond pas .moi je ne bois patiquement pas d'alcoolet je suis pourtant atteint pa cette maladie .mais je me rends compte que c'est comme souvent différent por chacun d'entre nous .d'autre part j'ai perdu une correspondante et je voudais bien qu'elle se manifeste

Portrait de chtomcail
J'aime 0

je voudrais dire a anka 3100 ET QUI FAISAIT PARTIE DE CE FORUM QUE JAI PERDU SON ADRESSE MAIL REPONDS MOI SUR CE FORUM

Portrait de sylvie du 62
J'aime 0

a croire qu'il faut etre alcoolique pour communiquer enfin bref !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Portrait de chtomcail
J'aime 0

réponse a sylvie du 62:je te trouve bien pessimiste sur que le malheur rend les gens plus bavard mais ce n'est pas un mal bien au contraire et pour ma part je trouve cette rubriqueformidable

Portrait de mamaia
J'aime 0

bjour chtomcail; je suis par la....egarée dans ce monde qui tourne en rond ..... j ai fait une folie ce wk.... une bonne bouteille de vin avec la moitie de mon traitement contre la bipolarité........... j ai atteri aux urgences....bien evidemment, de 157 gamma je suis a 300 maintenant. je suis tombée sur une equipe tres pro, tres a l ecoute..... mais mon maletre est plus fort que la dependance..... j ai coupé les ponts avec tout le monde; je fonctionne tres mal au travail....je n ai qu une idee en tete: Mourir!!!!! j ai commencé une autre therapie , avec encore plus de medicaments........... je flotte.... j ai dit a ma mere que je suis seule au monde........et je me sens comme ça...... aujourd hui mon divorce va se prononcer......ce qui est drole , c est que mon corps tiens encore la route....juste une tension basse et manque d appetit..........merci de votre ecoute, c est vraiment tres altruiste de votre part et je me rends compte que les choses doivent etre vecues pour comprendre la detresse de l autrui.....vous etes mon seul lien avec ce monde virtuel.... je vous redonne mon adresse mail:

(c est mon prenom, anca!!!!). bien a vous et encore merci...........

Portrait de mamaia
J'aime 0

a sylvie du 62..... c est du sarcasme ou quoi??????? a votre place j aurais honte! regardez autour de vous, bon sang!

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Désolée, ce message de Sylvie m'a échappé, j'en avais supprimé d'autres mais apparemment pas tous.

Voir mon message : http://www.vulgaris-medical.com/forum/s15942-cirrhose-consomme-eau.html#p64653

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de maeva48
J'aime 0

Mon mari alcoolique est atteint de polynévrite depuis 10 ans. Depuis un mois environ il ne peut presque plus marcher et il espère que cela va s'améliorer. Il ne sort plus de la maison. J'ai lu que l'on pouvait stabiliser la maladie (en arrêtant de boire) mais après un sevrage en mai il a rechuté. C'est la 2me fois. Comment lui faire comprendre que la situation ne peut plus s'améliorer et qu'il doit l'accepter : cannes anglaises à la maison et chaise roulante pour l'extérieur. Ce n'est pas simple. Demain nous voyons un neurologue. Ce ne sera pas la 1ère fois. Je reproche aux médecins en général de ne pas dire la vérité et de laisser croire à l'impossible ce qui ne fait pas avancer les choses. Voilà 10 ans que j'essaie de l'en sortir et maintenant je n'en peux plus. Il souffre c'est sûr mais moi aussi.

Portrait de lefour
J'aime 0

bonjour,
on me dit qu'un nerf malade ( absence de myéline) ne se reconstitue que d'un centimètre par moi aussi j'aimerais connaître la longueur totale du nerf. En vous en remerciant.
lefour

Portrait de lefour
J'aime 0

Cela fait 2 ans que je suis abstinent et ma polynévrite me fait toujours souffrir. Je crois que l'on ne guérit pas de cette maladie, il faut apprendre à vivre avec
courage
lefour

Portrait de vauban
J'aime 0

Bonjour
Je souffre depuis 8 mois mais avec évolution négative.
L'alcool est-il directement toxique ?j'en ai l'impression vu mes symptômes.
Vauban

Portrait de lefour
J'aime 0

comment vivre avec une polynévrite ?

Portrait de vauban
J'aime 0

Rassurance des 3 premiers médecins vus mais aggravations épisodiques avec seulement 2 ou 3 verres de vin ou bière sur un seul jour. Possible ?
Angoisse pour l'avenir...Vauban

Participez au sujet "Polynévrite et alcool : comment en parler ?"