Portrait de Nabhi

Bonjour,

J'ai perdu un bébé à 7 mois de grossesse. C'était notre premier bébé. C'est très récent et nous n'aurons les résultats des analyses et de l'autopsie du bébé que dans qq mois. Nous sommes conscients que ces résultats ne nous apporteront peut-être pas d'éclaircissements. Comme nous souhaitons avoir un autre enfant j'aimerais savoir si certaines d'entre vous ont pu connaître une situation semblable.
Les examens n'ont rien décelé d'anormal jusqu'à 27 SA, où le médecin a vu que le BB était plus petit que la normale. Après une échographie et un autre examen (doppler), ils n'ont vu aucune anomalie et m'ont conseillé de me reposer un peu, sans plus. Une autre échographie 15 jours plus tard et apparemment le BB avait repris une croissance normale, avec 15 jours de retard sur la taille prévue mais il n'y avait selon le médecin pas de souci à se faire. A l'échographie de contrôle suivante, encore 15 jours plus tard, le coeur ne battait plus.
J'avais déjà des contractions et j'ai accouché presque normalement. Notre petite fille pesait 1 kilo, et avait l'air d'un bébé normal.
J'ai tellement de doutes sur tout ça que si quelqu'un pouvait me répondre à quelques-unes des questions que je me pose, ne serait-ce qu'en apportant un témoignage d'un accident similaire (ou pas), je crois que ça m'aiderait un peu.
Par exemple, je ne sais pas si avec l'amniocentèse on aurait pu voir s'il y avait ou non un problème car vu les risques pour le BB, j'avais refusé d'en faire une.
D'avance merci pour les réponses,

Portrait de anonymous
J'aime 0

Ton message m'a beaucoup touchée. J'ai perdu moi aussi un bébé, mort-né à terme, il y aura 10 ans le 24 juin. C'était mon 3ème enfant. La grossesse s'est déroulée normalement jusqu'à 7 mois et demi, où j'ai perdu du liquide amniotique. Echo, monitoring : "tout va bein" m'a-t-on dit. Ca a recommencé à 8 mois : "tout va bien" m'a-t-on répété. Et à 9 mois, 3 jours avant la date prévue d'accouchement, mon bébé est mort.
C'est une épreuve terrible que ne peuvent comprendre, je crois, que celles qui l'ont vécue. Je dis "celles", car le père, aussi bouleversé soit-il, ne peut imaginer ce que ressent la maman, qui a porté son enfant, l'a senti bouger, est prête physiquement et psychologiquement à être mère, et qui se retrouve du jour au lendemain "vide" et perdue. J'ai eu droit à de la compassion, bien sûr, mais aussi à beaucoup d'incompréhension. On m'a dit "ce n'est pas grave, tu ne l'as pas connu". On m'a dit qu'il fallait arrêter de pleurer. Alors, j'ai essayé de faire semblant d'aller bien, mais à l'intérieur, j'étais brisée.
Le pire, c'est de ne pas savoir pourquoi. On a pratiqué une autopsie sur Dimitri, mais elle n'a rien donné : on ne sait pas pourquoi il est mort. Enfin, moi, j'ai su, plus tard. J'ai compris que mon obstétricien ne m'avait pas prise en charge comme il aurait dû. Il est d'ailleurs venu me demander pardon 1 an après.
J'ai eu un autre enfant 2 ans plus tard. Pas pour remplacer Dimitri, mais parce que je voulais 4 enfants. Ma grossesse a été surveillée de très près, par un autre obstétricien bien entendu. A partir du 5ème mois, une sage-femme est venue à la maison 2 fois par semaine pour me faire un monitoring. A la moindre inquiétude, je filais à l'hôpital qui me suivait pour un examen. Tout le monde a été très compréhensif. J'ai passé une amniocentèse. Tout s'est bien passé. Et mon 4ème fils est né en pleine forme à terme.
Le décès de ta fille est très récent, et j'imagine dans quel état de détresse tu dois être. Si je peux me permettre un ou deux conseils, surtout, n'essaie pas de minimiser cet évènement : tu as perdu un enfant, et tu as de quoi être bouleversée. Il faut vivre pleinement ton deuil si tu veux pouvoir dépasser ta douleur. Et ne te culpabilise pas : tu n'as pas commis d'erreur. Nous confions notre santé et celle de notre enfant à des spécialistes, et nous n'avons pas de compétence pour savoir ce qu'il fait faire. C'est leur rôle. Je ne crois pas qu'une amniocentèse aurait pû éviter qui que ce soit, puisque c'est fait pour détecter les anomalies génétiques. En plus, tu aurais pensé que c'était peut-être ça qui avait tué ton enfant, et tu aurais culpabilisé toute ta vie.
Je te souhaite beaucoup de courage, et surtout, ne perds pas l'espoir d'avoir d'autres enfants.
Ta petite fille fera toujours partie de toi, comme Dimitri fait toujours partie de nous.
Je t'embrasse.

Portrait de Nabhi
J'aime 0

Merci pour ta réponse, Marieflor, c'est vrai que c'est une chose difficile à comprendre pour ceux qui ne l'ont pas vécue. Heureusement que les personnes qui me sont le plus proches, dont ma mère, ont l'air de comprendre qu'il s'agit d'un vrai deuil. Comme tu dis, certaines personnes croient miminiser la douleur et pensent que ce n'était qu'un enfant pas encore né, mais toi tu sais que c'était une petite vie qui commençait.
Et s'ajoutent tes propres doutes quant à ce que tu as pu faire ou ne pas faire. Les derniers jours je la sentais moins bouger, et je me souviens avoir dit à son père, à un moment d'angoisse, que c'était ça le pire, que peut-être elle était en danger, là, dans mon ventre et que je ne le savais pas. Puis j'avais des contractions que je prenais pour des mouvements différents, et comme on avait une visite de contrôle 2 jours après, j'ai attendu.

En fait, un docteur qui nous a suivies nous a dit après l'accouchement que ça pouvait être un problème d'échange entre le placenta et le bébé, que si c'était le cas il suffirait, pour une éventuelle prochaine grossesse, de prendre des aspirines à très faible dose. Hier soir après avoir mis ce post j'ai jeté un coup d'oeil sur divers forums et je me suis mise à pleurer comme une madeleine en voyant des témoignages de mères à qui on avait diagnostiqué que leur bébé avait un retard de croissance, à qui on avait prescrit de l'aspirine et qui avaient eu leurs bébés.. vivants.
Même si nous ne sommes pas sûrs qu'il s'agisse de ça, c'est assez plausible dans la mesure où j'ai des problèmes de circulation. Et si ça se confirme, ça me tranquiliserait un peu car ça pourrait éviter plus de soucis si j'attends un autre enfant mais en même temps ça signifierait qu'avec un bon diagnostic à temps et un traitement facile notre petite fille aurait vécu. Mon compagnon était aussi très ému en voyant tout ça, en se rendant compte qu'il s'en était fallu de peu pour qu'on soit trois.

Dans ton cas, je n'ose pas imaginer ce que ça peut être que ton médecin te demande pardon.. Parfois tu te demandes si certains ont conscience que même si les bébés ne sont pas encore nés, il s'agit déjà, à partir d'un certain moment, de petits êtres à part entière. D'ailleurs dans la tristesse ça nous a fait du bien de pouvoir lui donner un prénom, une identité qui pourra figurer sur le livret de famille si nous avons d'autres enfants. (Je vis en Espagne et ici c'est très différent: le bébé n'est inscrit à l'état-civil que s'il vit au moins 24 heures..).
Les questions que je me pose sont entre autres d'ordre médical, si ça ne te fait pas de peine de repenser à tout ça (pour l'instant, moi ça me réconforte de parler de Luz, mais j'imagine que ça dépend des personnes), je voulais te demander:
Tu avais fait une amniocentèse aussi pour ton petit Dimitri? Tes autres grossesses s'étaient bien passées? Tu as attendu plus d'un an pour concevoir ton 4ème enfant parce que les docteurs te l'avaient conseillé ou parce que tu le voulais / sentais comme ça?
J'arrête mes questions, juste te remercier pour ta réponse, tout ça, d'en parler, de connaître d'aures cas, etc., je crois que ça me fait avancer.
Des bises à toi et à ta "petite" famille

Portrait de anonymous
J'aime 0

Chère Nabhi,
J'essaierai de répondre à toutes tes questions, alors n'hésite pas à m'en poser.
Sache qu'aujourd'hui, ma blessure s'est cicatrisée, même si Dimitri grandit dans ma tête : je sais toujours quel âge il aurait, dans quelle classe il serait, et quand je vois ses 3 frères, je l'imagine au milieu d'eux, j'essaie de deviner comment il serait ... Mais je peux en parler sereinement (j'ai mis 4 ans à arriver à en parler sans pleurer).
Mes 2 premières grossesses s'étaient déroulées sans problèmes : c'est pour ça, m'a dit le gynéco, qu'il ne s'est pas inquiété (réponse inadmissible).
Je n'avais pas fait d'amniocentèse pour Dimitri, car rien ne le justifiait (j'avais 36 ans, c'est recommandé à partir de 38).
Si j'ai attendu 2 ans avant une nouvelle grossesse, c'est parce que je n'étais pas prête avant, parce que je ne voulais pas d'un bébé "de remplacement". Je voulais avoir dépassé ma douleur et être prête. Je voulais vraiment un AUTRE bébé. Je ne te cache pas que cette 4ème grossesse a été hyper-angoissante pour moi, car je passais mon temps à appréhender de revivre ce qui s'était passé : quand Dimitri est mort (j'ai compris plus tard que c'était sûrement à ce moment-là), j'ai ressenti comme une décharge électrique dans le ventre. J'ai voulu croire que c'était une contraction (puisque j'étais à terme), mais ça n'y ressemblait pas. Puis, je ne l'ai plus senti bouger. C'était un samedi après-midi. Le lundi, j'ai appelé mon gynéco qui m'a dit de partir pour la clinique. J'ai déposé mes 2 fils (âgés de 1an et demi et 2 ans et demi) chez mes parents, nous sommes allés au resto, et puis je suis partie tranquillement, pour accoucher. Tu vois, j'étais à mille lieux de me douter ...
Arrivée à la clinique : chambre, monitoring ... silence.
L'infirmière a fait sortir l'autre future maman qui partageait la chambre et a appelé la surveillante. Je restais cool. On n'imagine pas ces choses-là.
Echographie, et verdict : "le bébé est mort".
Incompréhension : de quoi parle-t-elle ? Brouillard.
Examen du médecin (appelé en urgence) et confirmation : le bébé est mort, il faut provoquer l'accouchement naturel (pas de césarienne, car on ne connaît pas les causes de la mort, donc infection possible).
Cauchemar : je ne veux pas accoucher, je ne veux pas voir cet enfant mort.
Piqûres pour déclencher, accouchement (le gynéco, sans doute perturbé, me massacre).
Puis, souvenirs très flous : il paraît que j'ai voulu voir mon fils, que je l'ai pris dans mes bras ... je me souviens juste d'une infirmière qui le tenait emmailloté près du lit, et de lui avoir effleuré la joue de mon doigt.
A la clinique, j'étais comme une pestiférée : aucun suivi, pas de contrôle de ma température ou de ma tension ... aucun personnel médical n'est venu me voir.
L'autopsie n'a rien donné, une des hypothèses est, comme pour toi, un problème circulatoire (je crois qu'ils disent ça quand ils n'ont pas d'autre réponse).
Je n'ai rien pris pour la grossesse suivante.
Surtout, NE TE CULPABILISE PAS. Tu n'y es pour rien. Tu ne pouvais pas prévoir, tu ne pouvais pas savoir. Si une solution existait pour ta fille, ce n'était pas à toi de la connaître.
Peut-être que Luz et Dimitri n'étaient pas viables, peut-être que si on les avait "sauvés", ils auraient souffert ... C'est ce que me dit souvent mon mari. Je n'arrive pas vraiment à me convaincre.
Quoi qu'il en soit, ils ont vécu en nous quelques mois de paix et de bien-être, j'aime à le croire.
Je t'embrasse.

Portrait de Nabhi
J'aime 0

C'est très gentil à toi de me répondre si longuement, surtout avec tes enfants, même s'ils sont un peu plus grands, je suppose que ça prend du temps de s'occuper de tout ce petit monde..
La seule question que je voudrais te poser c'est juste de savoir, puisque tu dis que les médecins t'avaient parlé d'un possible problème circulatoire, si tu avais des soucis de ce côté-là à l'époque, et si Dimitri était plus petit que tes deux premiers bébés. (Apparemment, ça va souvent de pair, un retard de croissance, avec ce problème de circulation).

Pour ce qui est de la réaction de certaines personnes du corps médical, c'est vrai que dans ces cas-là, ça ne fait qu'aggraver ta tristesse. Comme si les soins et les attentions n'étaient pas pour les mères dont les bébés ne sont plus là, comme si tu ne l'avais pas porté et attendu comme les autres, cet enfant. et que tu ne souffrais pas de l'avoir perdu.
Pour ma part, j'ai eu de la chance, et pas de chance à la fois. Ici on ne voit quasiment jamais le même médecin deux fois de suite, et pendant ma grossesse j'ai dû en voir 7 ou 8 différents, la plupart assez indifférents et expéditifs, le seul qu'on ait vu 4 fois était très compétent et surtout très humain. (Mais en même temps, toujours la même question, si c'était lui qui nous avait suivies dès le début, et surtout si c'était lui qui avait fait l'écho de la mi-avril.. ). Et les deux jeunes femmes qui se sont occupées de moi pour l'accouchement ont été très bien elles aussi; j'étais tellement triste et tellement groggy que pour un peu j'aurais cru que c'était les bonnes fées de notre bébé. Elles nous l'ont apportée au milieu de la nuit, 3 heures après l'accouchement, à notre demande, et c'était presque irréel, un instant si triste et en même temps presque magique.

Je dois revoir le médecin en principe vendredi. Je redoute un peu, d'une part qu'il ait un empêchement et que ce ne soit pas lui, mais aussi, presque, de le revoir et de ne pas pouvoir lui poser toutes les questions que je voudrais, et surtout, de ne pas avoir toutes les réponses, même si je sais qu'il ne pourra pas me dire grand chose.
Ce qui me peine c'est que nous déménageons à la fin du mois et que je ne pourrais pas le revoir. Ni l'hôpital où Luz est née, ni les chemins où on se promenait..
Moi aussi bien sûr je me dis que peut-être elle aurait pu vivre mais avec des problèmes, mais c'est comme tout.. Qui sait, peut-être pas.
Et malheureusement, je ne peux pas vraiment me dire, comme toi, qu'elle a vécu bien au chaud des mois de paix et de bien-être.. On préparait déjà notre retour en France à l'époque, on avait des travaux à la maison, j'ai eu un rhume carabiné qui m'empêchait de dormir et me (nous) secouait pas mal, etc. etc.
Elle m'a apporté malgré tout de si beaux moments, quand elle bougeait, quand j'ai vraiment compris que j'allais être mère, quand j'imaginais nos regards, et plein d'autres choses, que j'aimerais avoir un autre enfant très bientôt, d'une part parce que les 40 ans approchent et je voudrais que tout se passe le plus naturellement possible et aussi parce que j'attends d'avoir un enfant depuis pas mal de temps, et encore plus depuis que je sais qu'en plus de ce désir plus "raisonnable", il y a toutes ces belles choses.

Je pourrais parler de tout ça pendant des heures, mais je m'aperçois qu'il est tard.
Des bises et à bientôt peut-être

Portrait de Nabhi
J'aime 0

On a eu les résultats hier - voir autre message: infarctus placentaire.
L'impression qu'on vient de nous l'enlever de nouveau.

Portrait de Saya
J'aime 0

bonjour
je n'ai pas de réponse médicale à te donner, simplement te dire que je comprends dans une certaine mesure. J'ai perdu deux "bébés" à 11 SA et 14SA. Et personne ne comprends l, pourtant, ça fait très mal ... alors à sept mois ... je te souhaite, ansi qu'au papa beaucoup de courage et j'espère que vous ferez de beaux bébés

Portrait de melanie
J'aime 0

bonjour j me retrouve dans vos messages car jai perdue mes jumeaux Noam et Chaîma a 5mois de grossesse et j ressent un vide énorme sans eux. J'ai accouché très prématurément a cause dune béance de mon col et ces dur ca j me dit que si j navai pas eu ça ils seraient tjs dans mon ventre car ils allaient très bien mais tro petit pour vivre parmi nous.
Jessaie de reprendre gout a la vie mais je pense kil faudra du tps mai j ne pert pas espoir et jaimerai avoir dautre enfant pas pour les remplacer mai car je veu etre mère ces ancrée en moi au plus profond.
Personne ne pourra remplacer mes premiers enfants ils sont dans mon coeur et j prie tous les jours pour eux!
Je me fais aider quand ça va pa par une psy de la clinique car je perd pied par moment et je ne veux pas menfermer dans une dépression.
Il est vrai kon entend parfois des propos kon naimerait pa entendre comme : tu les a pa connu, ten aura dautre, tu es jeune, il fau oublier...
Je suis de tout coeur avec toute celle qui vivent ou on vécu la perte dun enfant;

Portrait de anonymous
J'aime 0

Je n'ai jamais connu la meme chose que vous, mais je suis en larmes devant vos messages.J'admire votre courage car en plus de la douleur due à la perte du bébé, il doit y avoir celle de ne pas "etre sur la meme longueur d'onde" que le papa, savoir qu'il ne ressent pas la meme chose, qu'il ne pourra jamais comprendre le traumatisme que vous vivez car une partie de vous meme est partie.

Je vous souhaite beaucoup de courage.

Portrait de mahude
J'aime 0

C'est affreux de perdre son bébé. Notre fils est mort il y a 3 mois jour pour jours. Nous nous avons eut la chance de le connaitre. Les médecins m'ont césarisée pour me sauvée.Mon petit ange est mort 3 semaines aprés sa naissance, il est né à 26 semaines, pour sauvée sa maman. J'aurais telement vouilmu moi aussi y rester... Mais je me dis que malgrès la douleur et le vide qui subsiste au fond de moi, il faut croire en la vie, et trouver la force de se reconstruire, et dfe donner à notre peztit ange des petites freres ou des petites soeurs..
Il faut se battre.. Bon courage!

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour à vous tous,
moi aussi j'ai perdue ma petite Célia à 8 mois de grossesse à cause d'un décollement du placenta.
c'est arrivé le vendredi 28 juillet dernier, suite à des contractions très douloureuses je me suis présentée aux urgences, arrivée là bas il m'ont fait 1 écho et on constaté que mon bébé était déja "mort". de la ils ont voulu déclancher le travail mais ma vie étant en danger ils ont décidé une césarienne d'urgence car je faisais une hémoragie. en plus de perdre Célia j'ai eu droit à une césarienne!!!!!!!!!!
a la date d'aujourd'hui je n'ai toujours pas la cause qui a provoqué ce décollement du placenta ni le résultat de l'autopsie.
je ne souhaite à aucune femme ce qui m'est arrivée c'est un bouleversement total, on s'attend en tant que future maman à donner la vie et non la mort!!!!!!!!!!
aujourd'hui j'attend avec hatte le feu vert de ma gyneco pour pouvoir recommencer, mais j'appréhende car j'ai lu qu'après une césarienne il fallait attendre 1 an!!!! et c'est trop long pour moi, je me sent tellement seule, vidée meme si papa est pret de moi dans les moments de faiblesse, j'ai besoin de connaitre les "joie de la maternité".
jespere avoir des témoignage de votre part pour m'aider un peut à comprendre.
bon courage a tous

Portrait de melanie
J'aime 0

Coucou!

Je sai k ces dur de perdre un bébé et kon se sent seule, perdue et vidé! ça va faire 3mois k jai perdu mes bébés et le manque est toujours là et il sera toujours la car mes enfants ne seront jamais avec nous!

Je viens d'avoir le feu vert pour essai bébé et j'avoue k ces un soulagement de me projeté dans une futur grossesse. Pour le fait k tu attende 1an je pense k tu devrait demandé a ta gygy car je trouve ça bizzare mai je ne m'y connait pa donc je ne sui pa sur!

Bon courage a toi et j'espère k tout ira bien pour toi!!

Portrait de anonymous
J'aime 0

Je suis très touchée par vos histoire, je suis navrée pour vous
Une amie a été confrontée à ce problème il y a bientôt deux ans. A présent elle fréquente ce forum http://nesansvie.grafbb.com/ où elle trouve du réconfort et en donne
J'espère que cela pourra vous aider

Bises

Portrait de anonymous
J'aime 0

Juste un petit bonsoir, quelques mois après mon premier message.
J'ai déménagé, j'ai changé de pays, je suis revenue vivre en France où tout paraissait aller mieux même si notre petite Luz est restée là-bas. Mais ce n'est pas si facile. Il y a le fait qu'ici personne - à part ma famille - ne sait que j'ai seulement attendu cette petite fille. Une de mes collègues est enceinte et les conversations tournent souvent autour du sujet. Quand je n'en peux plus d'écouter (car bien sûr, je ne me vois pas en parler devant elle), je m'en vais.
Et pour la famille, c'est comme un sujet tabou, pourtant j'ai l'impression que ça me fait plus mal de le taire que d'en parler.
Je me sens de plus en plus seule, d'autant que jusqu'ici les essais pour retomber enceinte n'ont pas abouti (2 seulement mais..), et à chaque fois je m'effondre.
Je suis toujours dans le doute quant aux raisons de la mort de notre bébé, si cela était inévitable, etc
C'est pourquoi je suis revenue à ce forum. Je m'aperçois de nouveau que c'est une chose qui arrive plus souvent qu'on ne le croit malheureusement. Je vous souhaite à tous et toutes beaucoup de force pour continuer et de retrouver un bout d'espoir. Surtout, sachez que vous n'êtes pas seuls, contrairement à ce qu'on pense souvent. Même si ce n'est qu'à travers des messages, de forums, on peut se confier et recevoir - en partie - la compréhension et l'appui dont on a tant besoin. C'est déjà ça, ça soulage un peu et ça aide à se remettre en route.
Courage, des bises à toutes et à tous
Nabhi

Portrait de mahude
J'aime 0

Oh que oui c'est dur de voir apparaitre ses regles quand on décide de retenter l'expérience... Cela fait 6 mois que justin est né et presque autant qu'il est mort...
C'est pareil pour nous cela fait 2 tentatives qui "échouent".. Normalement demain je suis en fin de cycle... Tout ce bonheurs et ces "gros ventre" sont souvent dur à supporter, ma cousine ( De qui je suis trés proche) a accouché au moment ou mon fils aurait du naitre si tout c'était bien passé, et je n'arrive plus a l'appeler ni a etre heureuse pour elle, j'ai l'impression d'etre un monstre.
Puis je reprend le dessus, parce que je n'ai pas le droit de flancher, c'est pour me sauvée que mon amour est mort..

C'est dur, mais la vie continue, nous avons eté enceinte une fois, il n'y a pas de raison que ça ne marche pas une deuxième, c'est la vie qui décidera quand, c'est tout !

Tiens nous au courant...

Bon courage !

Portrait de lealine
J'aime 0

Je ne suis pas confrontée à ce probleme, bien qu'ayant deja fait trois fausses couches, mais dans le premier mois de grossesse, je n'ai donc pas ressentis la douleure qui est la votre aujourd'hui. Je voulais juste vous souhaiter beaucoup de courage dabs cette épreuve.

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour a tous,
hier je suis retournée chez ma gigi. Gynecologiquement tout va bien.
Elle m'a dit qu'il fallait attendre le rdv avec l'hématologue pour qu'il me fasse un bilan sanguain complet, pour savoir s'il y a une quelcquonque anomalie dans mon sang. Après tout ces examens, s'il ni a rien d' alarmant, nous pourront recommencer à faire un bébé. J'ai hate d'etre au 7 novembre(rdv avec l'hematologue) et jespere qu'il ni aura rein d'alarmant car j'en ai un peu "marre" des galeres!!!!!!
Ma gigi m'a dit que lorsque je retomberais enceinte il faudra que je prenne de l'aspirine pour éviter une coagulation sanguine.
Bref, jespere que tout iras pour le mieux et surtout jespere que ma prochaine grossesse se passera mieux que la précedente.
A bientot...

Portrait de anonymous
J'aime 0

Ce qui m'étonne, c'est que tout le monde a l'air de connaître ce remède de l'aspirine, on dirait que les médecins le prescrivent assez souvent. J'ai parlé hier soir à une amie qui vient de faire une fausse couche et apparemment, on lui en a parlé à elle aussi. Et ce qui me désespère c'est que moi, je n'en avais jamais entendu parler, au contraire, c'était "surtout ne prenez pas d'aspirine, du paracétamol oui, si nécessaire, mais pas d'aspirine". Pendant ma grossesse, j'ai eu 2 ou 3 fois un mal de tête très fort et je me dis que c'était peut-être alors que se produisaient les infarctus du placenta, et que si j'avais pris de l'aspirine... (mais ensuite, quand j'en parlais au médecin, ça ne semblait pas le préoccuper).
Sylvie, tu as RDV chez l'hématologue le 7, moi c'est demain matin, et le 7 je vais voir un spécialiste de la maternité. Comme je n'étais pas ici quand tout ça m'est arrivé, ils veulent voir un peu le dossier en vue d'une prochaine grossesse. Au début, je ne savais pas trop si le passage par l'hématologue était un passage obligé quand on avait perdu un bébé, là je crois comprendre que c'est quand on a eu un problème de placenta..
Tu avais des problèmes de circulation avant ou pendant ta grossesse?

Mahude, ta réaction est plus que normale; surtout si le bébé de ta cousine a l'âge que ton petit Justin aurait. Pour ma part, il ya des gens de mon entourage qui viennent d'avoir des bébés ou en attendent un pour bientôt, et je sais que je préfère ne pas les croiser pour l'instant. Ensuite, ça dépend aussi de l'attitude des autres.
Alors au moins si on peut trouver un peu de soutien ici, il est plus que bienvenu. C'est pour ça que je me suis reconnectée, en fait, j'ai l'impression d'une indifférence totale autour de moi, style, on 'en parle plus, même si parfois ça peut partir d'un bon sentiment, de ne pas vouloir en parler parce qu'on croit que ça me blesse, et c'est difficile.
Merci donc, bon courage à vous aussi, on se donnera des nouvelles, en espérant qu'elles soient bonnes très bientôt.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Pour Nabhi,
Je n'ai jamais eus de problème de circulation aussi bien avant que pendant ma grossesse. Alors je ne comprends pas ???
Bon courage pour ton rdv et pour la suite

Portrait de mahude
J'aime 0

Les problemes liés à la circulation peuvent se déclencher uniquement pendant la grossesse, pour moi ce sont des anticorps qui se sont developpés, mais ma gygy me disait l'autre jour que tout les problemes de ciculation ( qui, cela dit en passant sont une réaction normale de la grossesse , vu que beaucoup d'hormones sont présentes, et que la pression augmente à condition bien sur que les symptomes soient moindre) se produisent le plus souvent chez les primipares ( 1ère grossesse), et qu'ils sont beaucoup plus rare lors des autres grossesses... Elle me conseille donc une deuxième grossesse, avec une surveillence accrue, et du paracetamol.
En discutant avec elle, l'aspirine est effectivement déconseillé à dose adulte. A ce qu'elle m'a dit, il s'agira de prendre de l'aspirine nourrisson, à petite dose donc..
Elle m'a également donné de l'acide folique, censé prevenir les problemes de moelle osseuse ( Je précise que Justin n'avait rien à ce niveau là..) mais il parait qu'il en donne à titre preventif lorsque la grossesse est prévue...
Moi qui revait de grossesse on ne peut plus naturelle, avec le moins d'invention médicale possible, c'est raté !!! Mais si c'est pour avoir le bonheur avoir d'un enfant, je crois que je suis prete à tout!

En tout cas je vous souhaite à toute bon courage pour vos exam', pour moi ca en est fini des spécialiste en tout genre, et le plus extra c'est que tous les résultats vont dans le meme sens : IL N'Y A PAS DE RAISON QUE CA SE PASSE MAL... c'est un veritable soulagement, et je vous souhaite vraiment de tout coeur qu'il en soit de meme pour vous !
Surtout, tenez nous au courant !

Portrait de anonymous
J'aime 0

je viens de tomber sur ce post par hasard et je me retrouve propulsée 17 ans en arriere.
enceinte de mon 2éme garcon, je suis allée passée ma visite du dernier mois le
8septembre et on me dit tout est ok.
le 9 au matin je me reveille dechire par une douleur violente et je m'evanouis ,mon medecin arrive et dit a mon mari d'aller a l'hopital. moi tordue de douleur mais heureuse d'avoir mon petit bout ,arrivée a l'hopital et la ,froidement on m'annonce ;decollement du placenta ,votre bebe est mort.6 heures de martyre pour mettre au monde mon fils que je ne verrais jamais.
je n'ai jamais vraiment su quel étais le probleme mais on"suppose"(les medecins bien sur)queje manquais d'acide folique et que ceci expliquerais cela.
heureusement depuis la medecine a fait de grand progres et je m'apercois que l'on prescrit maintenant regulierement l'acide folique pendant la grossesse.
j'ai eu un 3eme enfant (encore un garcon) 7 ans après ce drame.
alors mesdames ,ne desesperez pas. l'enfant que vous desirez arrivera au moment ou vous l'attendrez le moins et tous les sacrifices que vous pourrez faire seront effacés lorsque vous tiendrez votre petit bout d'homme(ou de femme) dans vos bras.
je me permets de vous embrasser toutes comme je le fais avec mes enfants .

Portrait de djess04
J'aime 0

bonjour jai perdu un enfant o sixieme mois de grossesses et c tres dure je comprend ce ke tu vie moi ce ki ma aider c mon premier enfant et mon mari et aussi d en avoir bocou parler et maintenant jai un autre enfant ki a 3ans et jai passer une grossesse super courage

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour a toutes moi aussi je connais votre probleme je suis enceinte de 5 mois et demis et il ya deux jour j' ai fait mon echographie qui a decelee un symdrome de potter pas de rein ni de vessie lundi nous avons rendez vous avec un medecin pour je pense parler d' ivg je suis sous le choc mais j' ai trois autre adorables enfants qui me font tenir je vous embrasse a bientot

Portrait de Zohra
J'aime 0

Chère Nabhi,

Je m'appelle Zohra, j'ai 29 ans, je me suis connextée sur ce site pour faire une recherche pour ma fille Zina Aïcha, 2 ans, qui a un pblème vaginale et je ne sais ce que c'est. Je n'ai jamais perdu d'enfant mais j'ai perdu ma maman et mon frère Abou Sofiène "lahermou paix à leur âme" lorsque j'avais 8 ans. Ma maman était sur le point d'accoucher, mon frere et moi n'étions pas à la maison. Les jours passaient notre mère nous manquait terriblement et on allait avoir un petit frere ou une petite soeur. on était heureux. on vivait chez notre tante avec nos cousins et un jour ce faleux coup de téléphone et tout le monde pleurait. on nous disait rien puis au bout de 15 jours notre tante nous a balancé en pleine figure "fermez la, votre mère est morte". mon frere de 7 ans s'est mis à hurler et moi je la regardais méchament. on ne comprenait rien mon père ne venait pas nous récupérer. et ou était le bb. on a vécu un calvère durant des années car personne n'a voulu nous expliquer ce qui s'était passé. après plusieurs années de recherche et de courage g appris que le médecin qui devait l'accoucher était à une soirée et qu'il ne voulait pratiquer l'accouchement donc ils ont fait appel à un de ses confréres. celui - ci énervé et bourré n'a pas pris le temps de lire son dossier médical et lui a injecté un produit, la péridurale. son corps n'a pas supporté l'injection, elle a fait une hémorragie interne. mais ils n'ont rien vu venir ils ont d'abord essayé de sauver le bb mais c'était trop tard il était déjà mort puis ma mère se vidait de son sang, ils l'ont perfusé à plusieurs reprises afin de lui administrer du sang mais ca sortait de l'autre côté. elle est morte. dans la religion mulsumane l'autopsie est interdite d'ou le refus catégorique de mon père et de mon grand père de l'autopsier. j'étais enragée à la nouvelle car j'ai voulu l'a détererpour l'autopsier, mais ma famille s'est retourné contre moi alors je n'ai rien fait et lui ce médecin de merde vit calmement sa retraite paisible entouré de ses enfants et des ses petits enfants. je suis tombée enceinte de mon fils à 24 ans, Nabil Mohamed, 4 ans aujourd'hui. ma grossesse s'est tres mal passée tout le temps hospitalisée sous perfusion, le coeur de mon fils battait trop vite et à 4 mois de grossesse il voulait déjà sortir. le calvaire mais je l'aimais tant ce petit bout j'avais trop besoin de lui. ils ont voulu me faire avorter car soit disant que mon fils était malade. j'ai refusé puis je suis allée voir un privé. les tets génétiques étaient négatifs, comme je suis marié à mon cousin, ils insinué que mon fils serait malade.mais rien ne montrait à l'échographie qu'il le serait tout était normal sa croissance son développement tout sauf moi qui devenait de plus en plus malade. à 8 mois de grossesse mon utérus a faillit éclater. beaucoup de fièvre et ils m'ont césarisé sous anesthésie générale.Nabil a été placé tout de suite en couveuse.il éait malade de quoi ils ne savait pas .toujours fièvreux, il avait une couleur noire de la mort mais je l'aimais ce petit bout.les mois ont passé je disait au docteur que nabil a chaque fièvre environ tous les 15 jours devenait noir et tremblé. il me répondait ce n'est rien .puis à ses 10 mois je suis tombée enceinte de ma fille zina sans le faire exprès. mais tant pis elle était là. nabil à 15 mois est rentré dans le coma, j'étais de nouveau enceinte, personne ne me comprenait, je criais mon cerveau se serré et ne voulait rien comprendre.0je passais des nuits blanches à ses côtés et ma fille restait bien accroché à moi dans mon ventre.il se réveilla mais son pediatre n'a pas voulu faire de recherche puis une semainee après rebelotte puis on lui fit un EEG pour voir son cerveau. celui ci était endommagé.nabil ne savait plus marcher ni parler ne comprenait rien puis toutes les semaines ca recommencé.on l'a emmené cette fois ci non plus dans le privé mais dans le public l'hopital d'enfant tout de suite ils l'ont pris en charge et depuis il a un traitement contre l'épilepsie et à pleins d'effet secondaire nocif pour lui.mais je me bats avec lui à ses côtés car le perdre lui aussi comme j'ai perdu ma mère et mon frere je ne le suppoeterai pas. aujourd'hui psychologiquement je suis tres fatiguée et pertubée. mais je ne lâche pas prise car je n'ai trouvé personne dans ces moments là.meme pas mon mari car il est infirmier mais malgré ca il a essayé mais ce n'était pas ca il s'est vite lassé.mes 2 bb sont là aujourd'hui mais tout dépend en faite du médecin que l'on a en fae de soit. et on ne le sait jamais à l'avance si celui ci fera le nécessaire.
Toute mes condoléances à toi et à ton mari, mais surtout essayes de refaire un bb et durant toute ta grossesse ménages toi physiquement et psychologiquement. je suis à ton écoute si besoin et ça me ferait tres plaisir. a bientôt. Zohra

Nabhi wrote:
Bonjour,

J'ai perdu un bébé à 7 mois de grossesse. C'était notre premier bébé. C'est très récent et nous n'aurons les résultats des analyses et de l'autopsie du bébé que dans qq mois. Nous sommes conscients que ces résultats ne nous apporteront peut-être pas d'éclaircissements. Comme nous souhaitons avoir un autre enfant j'aimerais savoir si certaines d'entre vous ont pu connaître une situation semblable.
Les examens n'ont rien décelé d'anormal jusqu'à 27 SA, où le médecin a vu que le BB était plus petit que la normale. Après une échographie et un autre examen (doppler), ils n'ont vu aucune anomalie et m'ont conseillé de me reposer un peu, sans plus. Une autre échographie 15 jours plus tard et apparemment le BB avait repris une croissance normale, avec 15 jours de retard sur la taille prévue mais il n'y avait selon le médecin pas de souci à se faire. A l'échographie de contrôle suivante, encore 15 jours plus tard, le coeur ne battait plus.
J'avais déjà des contractions et j'ai accouché presque normalement. Notre petite fille pesait 1 kilo, et avait l'air d'un bébé normal.
J'ai tellement de doutes sur tout ça que si quelqu'un pouvait me répondre à quelques-unes des questions que je me pose, ne serait-ce qu'en apportant un témoignage d'un accident similaire (ou pas), je crois que ça m'aiderait un peu.
Par exemple, je ne sais pas si avec l'amniocentèse on aurait pu voir s'il y avait ou non un problème car vu les risques pour le BB, j'avais refusé d'en faire une.
D'avance merci pour les réponses,

Portrait de sylviezu
J'aime 0

bonjours à toutes,
moi je vais vous parler de ma maman qui il y a 28 ans à perdu son garçons Xavier à 7 mois de grossesse. En raison d'un décollement placentaire. A l'époque les médecins ont refusé de lui montrer Xavier. Ce bébé a été enterré mais ma maman ne sait pas où elle est parti plusieurs fois dans des cimetières pour pleurer sur toutes les petites tombes sans nom qu'elle trouvait.
Elle a cru perdre la tête' ce sont ses mots. Elle croyait tour à tour qu'on le lui avait enlevé mon père ayant dit " il vaut mieux ça qu'un enfant handicapé" ou qu'elle était toujours enceinte elle levait plusieurs fois sa chemise de nuit pour constater que son ventre était plat.
Les médecins ont voulu qu'elle accouche du bébé naturellement, ils ont provoqué des contractions pendant 24 heures jusqu'à ce que mon père menacent de leur" casser la gueule" alors ils ont fait une césarienne elle ne dilatait pas.
Mon père et elle n'en n'ont parlé que trois fois:
- la première le jour même lorsqu'il lui a dit "il vaut mieux ça qu'un enfant handicapé"
- la seconde lorsqu'il l'a surprise à regarder son ventre.
- la troisième il y a trois ans où maman lui a dit avoir souffert de ce silence; Mon père a pleuré mais n'a rien pu dire.
Pour ma part je m'appelle Sylvie parce que la première fille de mon père qui avait 9 ans à ma naissance lorsqu'on lui a demandé quel nom elle voulait me donner a dit "si il vit" dans un premier temps mes parents ont compri Sylvie et ont dit oui, la décision était prise ils ont eu l'explication un peu plus tard.
Xavier est toujours resté dans nos coeurs.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonsoir,
Je me sens moins seule de lire toutes vos réponses, et en même temps.. ça m’attriste énormément, vos histoires et la souffrance qu’elles expriment.
SylvieZu : tes parents t’ont-ils parlé de Xavier quand tu étais très jeune ? Ta mère a-t-elle pu retrouver une certaine sérénité avec ta naissance ?
Zohra, ton histoire est si poignante, est-ce qu’on a diagnostiqué de quel mal souffre ton petit Nabil ? J’espère qu’il peut avoir quand même une véritable enfance malgré tout. Pour ta petite fille, j’espère qu’elle va bien. Tout ce que tu as vécu et ce que tu continues de vivre est tellement douloureux, est-ce que tu peux voir un psychologue pour t’aider un peu, pour apprendre à gérer toute cette douleur ?
Et à l’autre Sylvie : tu as vu l’hématologue ? Des nouvelles ?

Pour ma part, j’ai vu le spécialiste de la maternité la semaine dernière, c’est le chef de service du service de médecine fœtale etc., il s’occupe des grossesses à risque (même si pour le moment je ne suis pas enceinte et que je me demande si je le serai de nouveau un jour..).
Il nous a expliqué que les problèmes du placenta peuvent avoir différentes causes, et donc différents traitements, selon lui ça arrive parfois lors d’une première grossesse, et pas pour les suivantes, et les traitements vont de prendre de l’aspirine à faible dose à des choses plus complexes, des injections d’anti-coagulants tous les jours, d’après ce que j’ai compris. En fait, je suis tellement lasse de tout ça, de cette impression de tourner en rond que je ne lui ai même pas demandé si le protocole ici en France aurait été le même ou s’il y aurait eu un suivi plus pointu à partir du moment où on a découvert que Luz avait un retard de croissance.
Apparemment, dans beaucoup de cas on ne trouve pas la cause de ces accidents. Pour le moment, je dois faire une autre analyse de sang et une échographie rénale..
Pour le reste, l’impression que pas grand monde ne comprend, comme de dire, ça y est, passe à autre chose, comme une maladie qui serait terminée. Je ne veux pas ressasser cette perte nuit et jour, mais je ne peux pas non plus faire comme si rien ne s’était passé. Et on dirait que la plupart des gens ne comprennent pas la tristesse qu’on a quand on pense au berceau absent à côté de nos lits. Pour pouvoir commencer une nouvelle grossesse sereinement je crois qu’il faut qu’on comprenne et qu’on accepte la perte de celle-ci, et ça passe par la reconnaissance des autres que c’est arrivé. Même si je suis de celles qui n’en parlent presque jamais, qui ont retrouvé une vie « normale », les très rares fois où j’évoque ne serait-ce que ma grossesse, si on m’écoutait, je crois que ça me ferait un bien fou.
A bientôt,

Pages

Participez au sujet "Perdu BB - besoin de conseils"