Portrait de sinaia

Bonjour,

J'écris ici en désespoir de cause et peut-être parce que j'espère encore que quelqu'un pourra m'éclairer ou m'aider. Tout à commencé en avril 2016, avant j'étais en parfaite santé (hormis une insomnie chronique qui durait depuis 10 ans et demi), très active (et relativement sportive mais pas à l'excès), j'avais une très bonne hygiène de vie (excepté le stress et les levés à 5hoo du matin pour prendre le train), je n'étais jamais jamais malade et j'allais donc très rarement chez le médecin. Mais un peu du jour au lendemain au cours du mois d'avril je me suis mise à dormir les weekend à peu près 17 heures par nuit (alors que j'étais insomniaque, et sans prendre de médicaments). Je dormais mais je me réveillais épuisée comme jamais. J'ai finit par aller voir mon médecin en mai 2016 parce que ça ne s'arrêtait pas et que j'avais même finit par perdre deux kilos (je suis passée de 46kg pour 1m60 à 44kg - sachant que j'ai toujours été d'une nature assez fine même en mangeant beaucoup mais pas maigre). J'ai fait une prise de sang : Leucocytes à 4610 pour des valeurs entre 4000 et 10000 (donc basses mais normales), polynucléaires neutrophiles à 1489 pour des valeurs entre 1800 et 7500 (donc en dessous des taux). Le reste était normal. Je suis donc retournée voir le médecin avec les résultats d'analyses, les symptômes toujours présents et elle a n'a pas jugé utile de faire quoique ce soit ou de dire quoique ce soit concernant les polynucléaires neutrophiles. Je suis donc reparti en me disant que ça allait passer.
Fin mai, le stress et la fatigue n'ont cessé d'augmenter. J'ai commencé à avoir de l'acné, alors que je n'en avait jamais eut (en 2016 j'avais 21 ans). Progressivement elle a empiré, j'ai continué à perdre du poids (moins 1 kg --> 43 kg) alors que je mangeais toujours normalement et que je n'avais rien changé à mes habitudes alimentaires ou à mon hygiène de vie. Plus aucun vêtements ne m'allait. J'ai commencé à déprimer énormément, ce qui n'a rien arrangé concernant le stress. L'insomnie à reprit de plus belle fin mai/début juin 2016. Pendant trois ou quatre jours je ne dormais pas du tout du tout, ensuite je dormais quelques heures pour une nuit et puis ça repartait : insomnie de quelques jours de nouveau. En juin j'ai commencé à avoir je plus en plus d'acné (acné moyenne sur le visage et très légère sur le décolleté et le dos), une acné inflammatoire, j'avais des règles très très abondantes, longues et très douloureuses. J'étais toujours de mauvaise humeur et j'étais très émotive, même en dehors des règles. Je me sentais très mal moralement à cause de mon amaigrissement soudain et de mon acné, et mal physiquement à cause de l'épuisement, des douleurs (règles), du stress. Ma peau était terne. Toujours en juin, j'ai commencé à avoir froid tout le temps, alors que l'été commençait à pointer le bout de son nez et que je n'ai jamais été frileuse, j'ai dans le même temps eut une petite angine et un rhume (que j'ai encore aujourd'hui en août 2017, ça revient tout le temps). Ensuite j'ai perdu quelqu'un et j'ai remarqué que dans les moments ou je stressais plus (période de deuil, etc) mon acné s'aggravait ainsi que la fatigue. J'ai aussi pensé à une cause hormonale (stress et hormones sont parfois liées). J'ai donc prit RDV avec la gynéco. Elle m'a dit que mon acné était probablement hormonale - mais elle m'a dit qu'aucune prise de sang n'était nécessaire et que tout allait passer (je précise que je ne prenais plus la pilule depuis 1 an et demi déjà et qu'il n'y a donc aucun lien). Ensuite en août 2016, j'ai commencé à perdre mes cheveux et mon cuir chevelu était plein de pellicules (je n'en avait jamais eut, sauf une fois, des années avant, à cause d'un coup de soleil). Mes cheveux étaient très très secs et fragiles. J'en perdait vraiment des masses et ça bouchait le siphon de la douche. A partir de là, j'ai commencé à utiliser des produits beaucoup plus naturels et doux pour mes cheveux. Ça n'a rien arrêté, mais au jour d'aujourd'hui ça m'a permis de réduire la perte de trois fois au moins. J'en perd quand même toujours plus qu'avant d'avoir tout ces soucis mais bon.
En août, pendant deux semaines paradoxalement ma peau à été mieux, j'avais quelques boutons mais ils n'était pas rouges et ne se voyaient pas du tout (j'ai aussi mis un écran solaire indice 50 pour éviter l'effet rebond de l'acné après l'été). J'étais en vacances et donc moins stressée, je dormais mieux (4 heures par nuit). J'étais fatiguée encore par contre, j'avais encore froid tout le temps. Ensuite au retour, j'ai eut une nouvelle poussée d'acné. J'étais stressée, j'avais toujours mes problèmes de règles irrégulières mais longues et douloureuses. En septembre elles ont durées 13 jours (j'ai aussi de nouveau perdu 1 kg - avant mes règles - donc je faisais 42 kg). J'étais très mal, j'avais très mal, j'étais stressée, j'avais froid. Et c'est là que j'ai eut la plus grosses poussée d'acné. Ma peau est très résistante à la base (mixte à tendance grasse - mais elle l'a toujours été sans aucun soucis d'acné avant) et donc je n'avais aucune cicatrices d'acné, je ne touche jamais à mes boutons non plus. Mais d'un seul coup, en octobre ma peau s'est mise à devenir très sèche. Au point de squamer. D'abord sur le visage et le crâne. J'ai commencé à remarquer que chaque nouveau bouton laissait des cicatrices (cicatrices que j'ai toujours aujourd'hui). En parallèle, j'ai trouvé des solutions pour mon sommeil (chlorure de magnésium et huile essentielle de géranium rosat), maintenant je dors bien, mais je suis toujours aussi épuisée et je ne trouve aucune explication à cela.
Ensuite, pendant des mois ma peau n'a cessé de peler de plus en plus (mais presque plus d'acné = acné légère), elle tirait et s'ouvrait même parfois si je souriais trop ou si je baillais trop fort.
En janvier 2017, ma peau à commencer à devenir sèche partout, même sur le corps, le dos, les jambes, les oreilles, le visage, partout partout. Je n'avais jamais eut la peau sèche sur le corps, avant tout ça j'avais la peau normale et seulement sèche sur la plante des pieds comme tout le monde. J'ai donc pris rdv chez une dermato. Mon état empirait, alors en attendant de voir la dermato j'ai été consulter mon médecin traitant en avril. Je lui ai parlé du fait que j'avais froid tout le temps, que j'étais fatiguée alors que je dormais bien et que mon rythme de vie était très tranquille (comparé à l'année précédente), que je mangeais bien, que je m'hydratais convenablement mais que j'avais toujours des angines et rhumes à répétition depuis juin 2016, que j'avais perdu du poids que je n'arrivais pas à reprendre, que j'avais commencé récemment à avoir des fourmis dans les doigts et au niveau des lèvres, que je ne pouvais plus faire de sport parce que je me fatiguais trop vite, que je n'avais plus faim, etc. Et quand elle a vu ma peau elle a eut un peu peur. Alors, prise de sang : Anti-collagène de type 2 à 0.9 UA/mL pour des valeurs qui doivent être Au mois de mai je vais chez l'allergologue qui me dit que j'ai une rhinite chronique. Je ressort, elle ne me donne rien contre ça. Je vais à la pharmacie, on me donne quelque chose pour traiter ça, ça passe pendant cinq jour et puis ça revient.
Ensuite je vais à mon RDV chez la dermatologue, toujours en mai. Elle ne regarde même pas mon visage, pas de bonjour, rien. Elle se moque de moi et me donne des crèmes (108 euros de crèmes et savons). J'insiste juste pour avoir un dosage de ferritine (je n'en avais pas fait depuis longtemps et j'ai toujours eut des carences depuis bébé, je l'absorbe très mal). Elle ne veux pas, j'insiste. Elle me dit donc d'accord. Deux jour plus tard je fait la prise de sang. Résultat : carence. Ne voulant pas rappeler la dermato qui s'était moqué de moi, je vais chez mon médecin traitant. Elle me dit que c'est normal et qu'il ne faut rien faire. Très étonnée je ressors donc.
Je rentre chez moi et je commande du Floradix (je connais bien) et je commence à en prendre au cours du mois de mai, donc. A ce moment là, le seul symptôme qui disparaît c'est mon essoufflement à l'effort. Un mois après, je reçois une lettre du cabinet de la dermatologue. Elle vient enfin de lire mes résultats du bilan de ferritine et me prescrit du Tardyferon 80mg pour traiter la carence en fer. Je vais l'acheter. Malheureusement, je ne le supporte pas (énormes douleurs abdominales). Du coup je reprend le Floradix (14 mg/jour, c'est moins mais je le supporte). En attendant, j'ai toujours tout les autres symptômes (froids, mauvaise cicatrisation, peau très sèche, fine ridules de sécheresses un peu partout, peau de plus en plus fine et transparente, on voit les veines à des endroits où on ne les voyait pas avant, ongles cassants, épuisement, stress mais moins important, tremblement dans les situations de stress et/ou fatigue). Pour le reste, les règles ne sont plus aussi abondantes qu'avant (ce depuis le mois d'octobre/novembre 2016), l'acné va mieux et le sommeil aussi.
Juin 2017, la situation empire tout les jours. Fatigue ++, peau sèche ++, angine, etc. Nouveau problème : langue craquelé, irritée, enflammée, bords irréguliers et couverte d'un résidu blanc. Je me brosse toujours les dents deux à trois fois par jours et la langue au moins une fois par jour depuis toute petite. Parfois petit saignement au milieu de la langue.
Juillet 2017, la facia-thérapeute que je vais voir (maux de dos) me conseille des gélule d'hydra 7 (huile d'argousier, pour l'hydratation de la peau en interne) et de l'huile de bourrache/onagre (huile que j'avais essayé contre les douleurs prémenstruelles un an avant, très efficace mais me rendait la peau très grasse). Ors là, ne me rend pas du tout la peau très grasse (c'est la même marque), j'en prend pourtant plus, et suffit tout juste à me soulager au niveau de la sécheresse de la peau. Autre symptôme nouveau : très grande sensibilité à la lumière.
Août 2017, aujourd'hui je ne sais plus quoi faire. J'ai toujours froid, j'ai toujours cette angine, j'ai toujours cette peau très sèche et fragile qui marque de plus en plus (comme si je vieillissais plus vite ou que ma peau se reconstruisait moins bien), je n'utilise plus les produits de la dermatologues car je ne les supportait pas. J'utilise seulement son huile de douche qui est très bien. Pour le reste, je me tartine de crèmes, de laits pour le corps, d'huiles, de crème solaire et j'ai commencé à me renseigner pour le laser contre les cicatrices (rdv avec une excellente dermatologue, j'ai maintenant toute les informations pour le jour où mon problème sera réglé, pour l'instant je n'ose pas faire du laser de peur de ne pas cicatriser correctement). Je bois du cacao pur tout les matins pour me donner de l'énergie dans la journée, mais ça ne suffit pas à compenser.

Mes recherches récentes, étant donnée que personne ne semble savoir ce qui provoque tout ces problèmes et cette immense fatigue (ces derniers jours j'ai du mal à sortir tellement je suis fatiguée), m'ont amenées à penser à la thyroïde et à la fatigue surrénale. Je me dis que peut-être que mon acné à été déclenchée par le stress l'année dernière (stress qui aurait peut-être déséquilibré mes hormones) et la fatigue. Qu'ensuite les choses se sont enchaînées et qu'à cause de ce stress à la fois prolongé et intense mes surrénales se sont épuisées. Dans ce cas, cela pourrait expliquer ma perte de cheveux (puisque la prise de fer n'a pas diminué ce symptôme), la fragilité de ma peau, la mauvaise cicatrisation (tâches et cicatrices légèrement creusées pour certaines), la sécheresse cutanée anormale, le fait que je n'arrive plus à gérer mon stress comme avant, que je sois fatiguée alors que je dors, que je sois régulièrement malade (angines/rhumes), que j'ai perdu du poids (j'ai repris deux kg ces deux derniers mois --> 44 kg aujourd'hui), que je sois déprimée, etc. Cela a peut-être affecté ma thyroïde aussi, et donc ça expliquerait peut-être que les bords de ma langue soient irréguliers (mon père à des problèmes de thyroïde, mon oncle et ma grand-mère en avait aussi, leur langue à des bords irréguliers comme la mienne). Bref, je dit tout ça, mais je ne sais rien en réalité de ce qui cause mes soucis, seulement ce sont deux pistes. Alors je vais prendre rdv avec un autre médecin généraliste dans la semaine qui vient et lui parler de mes symptômes. En attendant, je voulais juste savoir si d'autre gens étaient dans mon cas ou pouvaient avoir une idée de ce qui m'affecte.

P-S : Récemment j'ai trouvé un petit test simple à faire chez soi et qui permet de donner une indication (ce n'est pas un diagnostique bien-sûr) sur l'état des surrénales et une possible insuffisance en cortisol et peut-être en aldostérone. On se plonge dans le noir complet pendant une minute. Puis, on allume une lampe, sur le côté de la tête, dirigé vers les yeux, face à un miroir - pendant une minute. Si la pupille n'arrive pas à rester rétracté pendant une minute le test est positif. Je l'ai fait et effectivement ma pupille ne restait pas rétracté, au bout de deux secondes exactement elle se dilatait. Ceci pourrait donc expliquer ma grande sensibilité à la lumière depuis quelques temps.

Voilà, si quelqu'un à le courage de me lire jusqu'au bout et encore de me répondre, merci beaucoup!!

Portrait de sinaia
J'aime 0

J'ai oublié de préciser que mes cicatrices ne se trouvent pas que sur le visage ou les zones d'acnés. Ma peau marque partout, par exemple une coupure légère sur la jambe (qui n'aurait laissé aucune marque avant tout ces problèmes) m'a laissé une cicatrices. Ces cicatrices sont de type colorées, beaucoup plus rarement légèrement creuses.

Participez au sujet "Peau anormalement sèche symptomatique"