Portrait de zouzou91

Bonjour,
il y a une semaine, j'ai accompagné ma meilleure amie aux urgences pour des douleurs intenses dues à des coliques néphrétiques. Elle m'a signalé qu'elle avait des frissons. Diagnostique à l' oscultation de la présence d'un calcul rénal. La douleur cède à la perfusion d'anti-inflammatoire (profénid). Je constate sur le monitoring que son rythme cardiaque, qui s'était accéléré sous la l'emprise douleur, est maintenant de 60/70 pulsations, avec une tension de 11/ 6 . Mon Amie passe la nuit aux urgences, afin que l'on puisse lui faire des examens dès le lendemain. On constate alors que le calcul ne migre pas. et une pyurie du rein. Puis les choses se complique avec tout l'arsenal qui accompagne un choc septique: tachycardie, hypo tension, oligurie , essouflement etc etc etc... prélevements, analyses, première descente au bloc opératoire pour une coelioscopie, puis, peu après la remontée en service de réa intensive, deuxième descente au bloc en urgence, (ou plutôt, descente en enfer...) Le coeur est très faible. Plus le temps d'attendre les résultats des analyses (antibiogrammes, je crois) Injection massive de drogue (dopamine ou cocktail...), et dans un geste ultime, ablation du rein. Et pas le temps de faire dans la dentelle. Arrêt cardiaque. Stop.

Elle est décédée moins de 48 heures après son admissions aux urgences.

Questions :
Se peut-il qu'un rein se remplisse de pus en moins de 48 heures?
Est elle entrée avec déja une infection au rein?
A-t-elle pu faire l'autruche et supporter le mal?
Y a- t-il une manifestation automatique de cette infection?
Ne ppouvait -on pas eviter le choc septique?
N'y a -t-il pas eu un manque de réactivité de la part du personnel soignant?
(elle m'a dit le deuxième jour que le médecin n'était pas passé de la journée)

Portrait de anonymous
J'aime 0

devant une situation aussi grave que délicate, avec toutes les difficultés que cela doit représenter, il faut déjà essayé d'ecrire sur un cahier tout ce que toi tu as vécu, vu, entendu en respectant le mieux la chronologie, les personnes interventantes, etc...il faut l'écrire au plus vite car avec le temps les détails s'echappent, cependant je pense qu'il y aura enquête, il faut fournir tous les éléments pour lesquels tu es certain à 100%, ne pas chercher à tout de suite trouver "le" coupable, mais la ou les réponses à cette seule question : pourquoi...peut être qu'il y avait effectivement des soucis de santé sous jascents, peut être qu'il y a eu deffaillance médicale, peut être que , peut être que, mais sur un forum il est parfaitement impossible de donner un tel avis, seules les enquêtes de la police et interne doivent apporter les réponses...en attendant je ne peux que te présenter mes sincères condoléances :-(
(procure toi le maximum de documents, rapproche toi pour cela le plus possible de sa famille car elle seule y aura accès, et transmets bien le tout à qui de droit en gardant toujours une copie et en y ajoutant à qui tu as passé ce document avec la date et l'heure....)

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour zouzou
Votre message ma tres émue, car début septembre j'ai vécu le meme probleme que votre amie, mais je suis encore la pour en parler.
J'avais des douleurs au dos depuis deux ans, et tout les médecins que j'ai vu m'ont répondu "perdez du poid, ça ira mieux pour vos lombaires", en Aout dernier j'ai vécu un enfer, j'ai souffert tout le mois, avec toujours les memes réponses et des anti-inflamatoires pour "passer la douleur" .
Fin Aout, je reprend mon travail, avec toujours ces memes douleurs, assosciées a de la fièvre, des frissons, et des douleurs du coté gauche, Je fais une prise de sang sur mon lieu de travail (laboratoire) qui montre des résultats perturbés, mais rien a voir avec le rein! (du moins, c'est ce que je croyais au début), j'appel donc mon médecin traitant un vendredi soir, (trois jours après le début de la fièvre), qui m'envoi faire une ecchographie, et une prise de sang le lendemain matin (donc le samedi), pour une probable Hepatite!

C'est l'ecchographe, voyant que j'avais mal a gauche, qui a pris l'initiative de regarder, et qui a trouvé un calcul, le scanner fait en urgence à la suite, montre un rein plein de pus, avec un calcul bouchant le tout, et le rein ne fonctionnais plus...

Le generaliste n'a fais ni une ni deux, il a apelé directement le service d'urologie de l'hopital, a demandé le chef de service, lui a expliqué mon cas, et en fin de matinée j'etais hospitalisée en urgence, dans l'apres midi j'avais hémoculture et prise de sang, et une heure après, sans attendre les résultats, Deux antibiotiques en perfusion.

Je suis passée au bloc le dimanche matin, pour la pose d'une sonde, car un calcul ne peux etre traité avec une infection. Initialement elle aurai du etre interne, mais le chirurgien a changé d'avis au bloc, posé une sonde externe, afin d'observer l'evacuation du pus du rein, et surtout s'il se remettais à fonctionner!!

La sonde devais etre débouché toutes les heures, car le pus est un liquide tres dense, et ça fais tres tres mal un rein bouché.
Le rein a mis une semaine a se remettre a fonctionné, et je suis maintenant avec une sonde interne, car j'ai encore des antibiotiques (six semaines en tout, depuis le 02 septembre)

J'ai frolée le choc sceptique, ce qui m'a sauvé c'est un rein droit qui a parfaitement fait son role, et les antibiotique dès le début.

On ne peux pas désigner de responsable, c'est vrai que c'est une affection tres tres grave, ne donnant pas toujours les symptomes assosciées, et on peux la confondre (pour une prise de sang par exemple, hepatite et infection du rein donne parfois les memes résultats)

ce que je sais (mais que maintenant) c'est qu'un calcul fais tres tres tres mal, et que c'est tres tres dur de supporter la douleur, a moins de se bourrer d'antibiotique, j'aurai fini comme votre amie, si je n'avais pas eu le reflexe de la prise de sang, sur mon lieu de travail, et sur les conseil de mon patron, car moi, j'aurai meme continuée a travailler, je fais souvent la superbe autruche face a mes douleurs, enfin, c'etait le cas avant, maintenant la moindre douleur me fais peur, m'imaginant une rechute.
Mais j'en ait voulu a ces generaliste "banalisant" la moindre douleur, et n'approfondissant plus leurs consultations, comme c'etait le cas auparavant.
Maintenant je dois me battre contre l'empressement de ce meme médecin, a me renvoyer au travail en répliquant "prenez du doliprane si vous avez mal" malgrès une fatigue persistante, des douleurs occasionée par la sonde, et un traitement antibiotique en cours....
je pense a vous tres fort, et vous envois toutes mes condoléances, et n'hésitez pas...

Portrait de anonymous
J'aime 0

je rectifie "se bourrer d'antidouleurs, et non d'antibiotiques"

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour,
Tout d'abord mes sincères condoléances a zouzou 91.Je suis peut etre bete mais qu'est ce qu'un choc septique?Vos messages me font peur,car il y a quelques semaines,ma maman a du etre hospitalisée d'urgence pour au départ des calculs aux reins.Donc sous perfusion,car elle souffrait martyr.On lui a posé une sonde double j pendant trois semaines,ensuite on lui a enlevé,elle a passé des tas d'examens...On lui dit qu'elle a peut etre un rétrécissement de l'uretere?Maintenant la douleur est toujours la au niveau du rein gauche comme avant l'hospitalisation.On lui fait des examens au niveau osseux,je ne vois pas ce que ca vient faire?Je suis inquiète pour ma maman .Que va t-on lui trouver exactement et quand?J'ai peur du résultat.Il y a bien quelque chose,si elle souffre toujours?Que peut elle avoir en ayant mal son rein gauche si ce n'est pas un problème de calculs?Si vous avez des réponses ou que vous avez eu la mme chose,je vous remercie de me rassurer car je suis inquiète pour maman.Merci d'avance.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour
un choc sceptique, c'est lorsque on fais une infection du sang,
lorsqu'on ne soigne pas une infection tres tres avancé elle peux passer dans le sang, et c'est tres grave...
Maintenant c'est tres peu fréquent (j'ai travaillée dans un labo de clinique pendant un an et demi et n'en ait vu que deux).
As-t-on retiré les calculs à votre mère?
je porte une sonde depuis presque un mois, parceque ils ne pouvaient pas enlever le calcul a cause de l'infection, et je sais que la sonde provoque des douleurs, et j'ai eu des voisins de chambre qui souffraient encore meme après le retrait de la sonde, car ils avaient autre chose qu'un calcul
Rassurez vous, si ils lui font plein d'examens, c'est qu'ils trouveront...

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour,merci pour votre réponse
Oui les calculs se sont tous dissout(apparament).On lui a dit qu'elle avait autre chose mais je me demande quoi?Qu'est ce que vos voisins de chambre avaient eux?Merci

Portrait de anonymous
J'aime 0

ls avaient eu des calculs qui avaient eu du mal à se dissoudre, deplus la pose et le retrait d'une sonde est un acte chirurgical, meme si on a pas de cicatrices, et il faud se dire que, comme après toute intervention, on en garde des douleurs meme après le retrait.
Ma voisine de chambre avais un troisième rein (c'est une malformation de naissance), c'est encore une fois peu fréquent, et ça peux s'infecter car c'est pas un "vrai rein", mais c'est tres bien soigné.
Ne vous inquietez pas pour votre mère, ils la soigneront, c'est vrai que parfois ça parait un peu long, et on a l'impression que les médecin tournent un peu en rond... mais ce qui est arrivé a l'ami de zouzou est tres malheureux et tres rare, et ça m'a énormément bouleversé.
Si elle le sait, demandez a votre mère ses résultats, renseignez vous sur internet de ce que veulent dire les termes techniques en vous disant bien que les cas les plus grave sont tres tres rare... (j'en ait appris énormément sur ce que j'ai eu comme ça...)
Donnez lui plein d'eau à boire (environ 2-3 litres) c'est le meilleur remède pour un rein qui est ou a été malade, eviter les rechutes de calculs (ça peux arriver parfois) et surtout soutenez la énormément, ça marche parfois mieux que tout ce qu'on peut imaginer
mon ami me faisais plein plein de massages quand j'avais mal, ça faisais du bien!
bon courrage!!!

Portrait de zouzou91
J'aime 0

Merci à tous. Le frere de ma copine à demandé, sur mon conseil , le dossier méical... tout le monde est dans le flou. Avec le temps, on saura. Ou peut etre pas... Mais j'ai un gout amer dans la gorge. "La peur", car ma copine était méconnaissable, ravagée par ce choc septique . La peur, car on se dit que la vie est précaire, et que l'on ne s'en rend pas compte, tant que l'on a pas été confronté a cela... Alors j'espere que cette peur va disparaitre, elle aussi, et que je profiterai à fond de ma vie. Je vous embrasse tous du fond du coeur...Merci

Portrait de boudablanc
J'aime 0

bonjour mon petit
tout d'abord courage pour la perte de votre meilleure amie et surtout dans de telles circonstances. Il y a 15 ans lors de l'accouchement de mon dernier fils j'ai fait un choc septique avec hemorragie et je suis restée presque deux ans à ne pas pouvoir en parler, la gynéco qui suivait ma grossesse ne s'est pas déplacée pour venir me voir je tairais le nom de la clinique et de le gynéco mais quel horrible souvenir. Les sages femmes ont avertis ma mère ainsi que mes 2 autres fils pour leur dire que je ne m'en sortirai peut-être pas. Mon petit dernier avait la même fièvre que moi et il l'ont emmené avec la samu en réa.
Il m'a fallut beaucoup de temps mais je n'ai toujours pas accepté le comportement de cette gynéco. Je suis restée dans le non dit.
Je suis vraiment triste et désolée pour votre amie vraiment courage à vous et merci pour elle d'avoir été là. Seulement c'est pour vous que c'est dur maintenant essayez de voir quelqu'un qui puisse vous entendre.
De gros bisous à vous.

Participez au sujet "infection sur calcul et choc septique"