Portrait de scarabée

Bonjour,
On vient de trouver un pseudomonas aeruginosa de sérotype O11 dans un ECBC de mon petit garçon atteint de mucoviscidose (et, de façon moins significative, des candida albicans).
Les médecins sont pour l'instant très évasifs et nous ont dit qu'ils ne s'inquiétaient pas vraiment mais que, compte tenu de la présence importante de cellules buccales (le prélèvement avait été assez "sportif" : mon petit costaud a 2 ans 1/2 et refuse un peu ses exercices de kiné respi, en ce moment...), il fallait refaire un ECBC.
Quelqu'un peut-il d'ores et déjà me renseigner sur les traitements contre le pyocyanique O11 ? Je suis allé sur Internet mais je n'y ai trouvé qu'une prose assez incompréhensible pour le profane que je suis. Par ailleurs, je commence à me méfier de la fausse nonchalance affichée par certains toubibs qui semblent adopter cette posture le temps que nous nous fassions à l'idée que nous avons VRAIMENT un GROS problème...
Merci d'avance !

Portrait de Dr Julebra Justine
J'aime 0

Et pan sur le nez des vilains toubibs...

Pseudomonas aeruginosa contamine deux sortes d'éléments si l'on peut dire tout d'abord les salles de réanimation (à l'origine des maladies nosocomiales) avec absolument tout y compris les antiseptiques eux-mêmes, je répète bien absolument tout. Et d'autre part les patients présentant une mucoviscidose préférentiellement. Je vous passe sur les détails médicaux de la contamination par contre j'insiste lourdement sur la résistance de presque tous les antibiotiques à cette saloperie.
Puisque vous désirez connaître la vérité c'est celle-ci. Il n'est donc pas évident de traiter ce type d'infection.
D'autre part, il faut savoir également qu'il s'agit d'une bactérie qui normalement est présente à l'intérieur de l'ensemble des individus y compris vous et moi. Et que celle-ci se développe parce que l'immunité est en chute libre.

En ce qui concerne les résistances aux antibiotiques voici la liste :

Pseudomonas aeruginosa est naturellement résistant à de nombreuses b -lactamines par deux mécanismes : production de céphalosporinases d'origine chromosomique ou mauvaise perméabilité membranaire. Les souches sauvages sont résistantes aux pénicillines G, M et A, aux céphalosporines de 1re et 2e génération et à certaines céphalosporines de 3e génération (C3G) comme le latamoxef ou le céfotaxime. Elles sont sensibles aux carboxy et uréidopénicillines, à certaines C3G (cefsulodine, ceftazidime, céfopérazone, cefpirome, axépime), à l'aztréonam et aux carbapénèmes.

En ce qui concerne les antibiotiques efficaces. Parmi toutes les molécules, l'imipénème, seul carbapénème commercialisé en France, possède la meilleure activité pondérale, mais la comparaison des pourcentages de souches résistantes à une b -lactamine, établie à partir d'études épidémiologiques multicentriques, montre que la ceftazidime, l'aztréonam et le céfépime demeurent les antibiotiques les moins touchés.

En conclusion peut dire que grâce aux techniques qui ont permis au patient de survivre en état grave, les infections à base de pyocyanique ont vu leur fréquence augmenter en milieu hospitalier et surtout en réanimation .

Autrement dit à force de vouloir utiliser des antibiotiques partout et n'importe comment on a fini par sélectionner des germes beaucoup plus résistants que d'autres.

Portrait de scarabée
J'aime 0

Désolé si je vous ai donné l'impression de m'en prendre aux "vilains toubibs"... j'ai la plus grande estime et la plus grande reconnaissance pour l'équipe du CRCM de l'hôpital Trousseau qui suit notre garçon. Médecins et infirmières sont admirables de dévouement et de gentillesse ; cela dit, ils ne peuvent pas adapter leur communication à l'immense diversité des patients, qui ne sont pas toujours en mesure d'entendre et de comprendre les mêmes choses. De ce fait, mon épouse et moi avons déjà eu la très nette impression qu'on ne nous annonçait les mauvaises nouvelles que morceau par morceau, ce qui nous paraît un peu infantilisant et nous amène à aller chercher l'information globale qu'on ne nous donne pas spontanément, au risque de nous fourvoyer.
Heureusement, Vulgaris et ses médecins sont là ;-)
Quoi qu'il en soit, merci pour vos informations.
Pour l'instant, notre petit bonhomme a pris le dessus sans autre traitement et nous avons appris que la présence de bacille pyocyanique était considérée comme vraiment problématique à partir de 3 analyses à hauteur de 10 puissance 6 (et Arthur n'était qu'à 10 puissance 2).
Bien entendu, nous restons vigilants !
Merci encore, et toutes mes excuses si je vous ai blessée par ma remarque sur les "toubibs".
Cordialement vôtre,
RV

Participez au sujet "infection à pseudomonas aeruginosa de sérotype O11 sur mucoviscidose"