Portrait de ztk

Bonjour
Mon mari a eu un infarctus il y a un mois, après une coronarographie on lui a placé un stent (ou ressort) dans une artère.
Quel régime alimentaire pourra t'il suivre, quel sport pourra t'il pratiquer et pourrons nous avoir des relations sexuelles normales.
Merci pour toutes vos réponses.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Normalement votre cardiologue est sensé donner ces informations.
Si il ne l'a pas fait ce n'est pas normal du tout.

Pour l'alimentation, il faut éviter tout ce qui peut faire augmenter le cholestérol.
Pas d'intoxication tabagique, pas d'alcool.
Surveiller les risques éventuels de diabète.

Et quand au sport ou les relations sexuelles, ce n'est pas interdit. Il faut conserver et même avoir des activités physiques afin de permettre une bonne activité cardiaque.
Mais attention ces activités physiques doivent être faites en collaboration avec l'équipe médicale, qui pourra vous dire les activités possible pour votre mari en fonction de l'évolution.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de cardio in
J'aime 0

Bonsoir, je me présente, je suis infirmier en Cardio Soins Intensifs et Cardio Interventionnelle (coro et pose de stents=angioplastie).
Je me permets de vous répondre car l'information au patient est très importante.
Vous a t-on proposé une réadaptation cardiaque dans un centre spécialisé ou dans votre hôpital ? Si oui il faut y courir.....
Si non, et bien c'est dommage.
Passons sur ce fait; votre mari doit recevoir une éducation soit par un médecin soit par une infirmière spécialisée.
Il faudrait que vous rencontriez le chef de service ou le cadre de l'unité de cardiologie et en faire la demande orale.
Pour répondre à vos interrogations, oui hygiène diététique,arrêt du tabac, activité physique régulière (ex: 20 mn de marche x 3/ semaine) et relations sexuelles normales. A noter: éviter les efforts violents.(déménagement, bêchage longs...)
Le traitement médical est à suivre à la lettre: PLAVIX obligatoire + ASPIRINE ( Kardégic 75 ou 100 ou 160 mg) obligatoire, plus le reste du traitement.
Je reste à votre disposition .

Portrait de Elyotte
J'aime 0

Bonsoir Cardio in,

Je suis nouvelle sur ce site.
J'essaie de trouver des réponses à mes questions, malgré les nombreux témoignages , je n'ai pas trouvé de réponses à mon questionnement.
J'ai fait un infarctus le 7 novembre dernier. En milieu de nuit, j'ai été réveillée par de vives douleurs thoraciques et dorsales, brûlures au niveau de l'oesophage, tension un peu élevée à 15/9 et pulsations à 140. La douleur intense a duré environ 15 minutes. L'ensemble des douleurs deux heures environ. J'ai pensé à des douleurs gastriques, mais sans nier de possibles douleurs cardiaques.
Je me suis recouchée, j'ai passé une bonne fin de nuit.
Le lendemain matin, j'ai consulté chez le cardiologue. Ce dernier m'a fait un électro qui était normal. Il a conclu à des douleurs gastriques, mais pour être certain de son diagnostic, il m'a fait faire un bilan sanguin à la recherche des enzymes cardiaques.
Un taux de troponine à 0,19 ug/l (bioMérieux) a permis de déceler un problème cardiaque.
Immédiatement, je suis dirigée en cardiologie (soins intensifs).
Pas de récidives des douleurs, électro normal, échographie normale (muscle un peu épais ??? a dit le médecin), coronographie normale.

Le cardiologue a diagnostiqué un micro-infarctus, sans plus de détails.
J'ai un traitement à base de kardéjic, flavix, coversyl.
Malgré le traitement, je me sens fatiguée, un peu essoufflée. Je ressens quasiment en permanence une gêne au niveau de l'oesophage et de légers fourmillements au niveau des doigts.
Je ne sais pas si ce sont des réactions normales dûes au traitement ou des suites de l'infarctus.
Les coronaires n'ont pas de sténose, par contre, ce que je ne sais pas, si l'enzyme troponine au taux indiqué a pu provoquer une nécrose importante et comment elle se cicatrise.
Si vous avez des réponses à mon questionnement, merci de me les faire partager.
Bien sincèrement. Elyotte

Portrait de dennis40
J'aime 0

Bonjour Elyotte,

Je crois que vous avez beaucoup de chance dans votre malheur.
Vous êtes passée au travers. Perso, ça a été un "petit infarctus" (petite nécrose inférieure), mais j'ai failli y rester (2 réanimations).

Le seul conseil que je peux vous donner, c'est qu'au moindre doute, vous composiez le 15. A quelques minutes près, ils m'ont sauvé la vie.
Il ne faut pas hésiter.

Concernant la fatigue et les séquelles, je crois que c'est très variable.
Pour ma part, j'ai récupéré "médicalement" (bons résultats aux tests médicaux) assez vite grâce à une nouvelle hygiène de vie, mais il m'a fallu plus d'1 an pour vraiment me sentir mieux, càd sans fatigue, douleurs et effets secondaires divers et variés.

Je pense qu'il fallait ce temps pour trouver les médicaments adaptés (molécules et dosages), accepter l'infarctus et la médicalisation qui va autour. Cela a été l'occasion de jolies négociations avec mes médecins. Ils ont une fâcheuse tendance à généraliser les traitements et à rester dans leur domaine, sans intégrer le reste.

Concernant les effets secondaires, j'ai eu les mêmes que vous au niveau de l'oesophage. Traité avec du Librax (non remboursé)
Concernant la fatigue, je m'endormais sans cesse et trainait une tension de sportif à 10/6 max. On a baissé les beta-bloquants à 1,25 au lieu de 5 et hop, c'est reparti.

Aujourd'hui, je peux dire que la vie est redevenue "presque normale".
J'évite les gros efforts physiques (ça m'arrange plutôt), le tabac et l'alcool sont proscrits, et je m'astreins à une observance thérapeutique sans faille, associée à du sport au moins 3 fois par semaine et à un régime alimentaire (mais sans excès).

Restez ferme avec les médecins et négociez votre traitement, acceptez les effets secondaires des médicaments et envisagez votre accident cardiaque comme un rappel à l'ordre de votre corps.

Alors, bon courage et patience..
Tout va se remettre dans l'ordre, même si ce n'est pas le même ordre qu'avant.

Denis

Portrait de aurore36
J'aime 0

bonjour à tous,

Pouvez vous me dire comment avec une réanimation immédiate le coeur ne repart pas. Cela m'est arrivée en début d'année, mon ami a cessé de respirer et j'ai commencé le massage cardiaque et le bouche à bouche de suite tout en apelant le samu mais malgrès ça rien son coeur n'est reparti à aucun moment.

Merci d'avance

aurore36

Portrait de M7R3
J'aime 0

Bonjour Aurore,

De façon à essayer de répondre au mieux à votre question, pourriez-vous nous indiquer de quoi votre époux est décédé ? Etait-ce un infarctus ou autre ? Votre mari avait-il des problèmes de santé particulier qui pourraient être liés ?
Il faut savoir que la réanimation n'est pas une science exacte, elle est très dépendante de la personne, et son taux de succès n'est malheureusement pas encore suffisamment élevé, même lorsque tout est fait comme il le faut.

Portrait de aurore36
J'aime 0

bonjour M7R3,

Le medecin du samu m'a parlé d'une embolie cardiaque. Il était suivit car il avait eu une greffe de la valve aortique gauche mais tout c'est examen était bon, sauf sa dernier écho où il y avait un petit suintement, mais le chir a dit que c'était normal au bout de 7 ans. Par contre, il avait aussi le sida, je ne sais pas s'il y a un rapport et franchement pour obtenir des réponses c'est la galère. Je me sens coupable, j'ai l'impression d'avoir mal fait le bouche à bouche et le massage cardiaque, ça faisait tellement longtemps que je ne l'avais pas fait.

Mille merci
aurore

Portrait de M7R3
J'aime 0

Bonsoir Aurore et merci pour votre rapide réponse.

Pour ce qui est de la cause même du décès de votre mari, il faut savoir que ce dernier additionnait malheureusement les facteurs à risques de faire une embolie cardiaque. En effet, la pose d'une valve prothétique aortique ainsi que le fait d'être atteint du SIDA (favorisant la survenue d'endocardite, elle-même favorisant l'embolie) sont peut-être un début d'explication.
D'un point de vue plus personnel, étant moi-même secouriste à la Protection Civile, il ne faut pas que vous culpabilisiez sur les gestes que vous avez entrepris. Ils étaient au contraire très bons et, à lire votre récit, vous avez agis exactement comme il le fallait. Le plus important, et qui est pourtant loin d'être toujours fait, c'est d'agir. Un massage cardiaque et le bouche à bouche (qui d'ailleurs n'est plus imposé actuellement) sont des gestes très simples techniquement qu'il est presque impossible de "rater". Même si les gestes ne sont pas faits à la perfection, l'action engagée est toujours bénéfique. Si tout le monde réagissait comme vous, plus de vies seraient sauvées en France. Vous n'avez donc pas à vous sentir coupable de quoi que ce soit, au contraire, vous avez fait tout ce que vous pouviez faire pour venir en aide à votre époux.

Participez au sujet "Infarctus du myocarde"