Portrait de Invité

pourquoi les anti-inflamatoires non stéroidiens (ains) favorisent la nécrose chez les malades qui soufrent d'un érysipel

Portrait de coco67
J'aime 0

Nous aussi on cherche des réponses. Mon fiançé a eu des streptocoques hémolytiques béta du groupe A. Suite à la prise d' AINS (diclofénac) il a fait un choc toxique avec une grave septicémie et a eu une fasciite nécrosante (maladie mangeuse de chair ). Après trois mois d' hospitalisation et plus d' une dizaine d' opérations, il a aujourd' hui le 3/4 de la jambe greffée. Nous sommes à ce jour en procès contre le medecin.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour. On ne sait pas avec certitude pourquoi les anti-inflammatoires non stéroïdiens induisent ce type de réaction. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont pour but le de freiner le processus inflammatoire au sein de l'organisme. Pour cela ils font intervenir de nombreuses substances immunitaires dont il est très difficile de parler ici car il s'agit d'une cascade d'éléments très compliqués (voir encyclopédie médicale Vulgaris : inflammation). Pour résumer on peut penser qu'ils modifient les mécanismes immunitaires et donc les capacités de défense d'un organisme sans doute en les affaiblissant. Mais rien n'est sûr, il s'agit que d'une hypothèse. D'autres processus sont induits par les anti-inflammatoires non stéroïdiens, il s'agit entre autres du phénomène d'anticoagulation du sang ou de la diminution de la coagulation sanguine et donc une fois plus de la perturbation du métabolisme sanguin en général.
Je vous invite à lire, dans l'encyclopédie médicale Vulgaris, tout ce qui concerne:
Immunité
Inflammation
Coagulation
Anti-inflammatoire
entre autres.

Participez au sujet "érysipél"